Mois : mars 2024 Page 1 sur 18

S√©ville: La corrida des si…

SEVILLE- 31 mars 2024.Corrida du dimanche de P√Ęques.

15¬į. Ar√®nes combles. Paseillo retard√© d‚Äôune demi-heure , le temps de remettre en √©tat la piste apr√®s la pluie incessante depuis plusieurs jours sur S√©ville.

5 toros des frères Garcia Jimenez et Olga Jimenez et 1 de Roman Sorando (6ème bis) pour :

Morante de la Puebla, silence et silence.

Sébastian Castella, une oreille et silence.

Andrés Roca Rey, une oreille et silence.

Saluts des banderilleros Curro Javier y Alberto Zayas au premier. Antonio Joao Ferreira et Alberto Zayas au quatri√®me; Jos√© Chac√≥n, au cinqui√®me.

Il √©tait impensable que la corrida du dimanche de r√©surrection soit suspendue apr√®s l‚Äôannulation de la nuit de la Madruga,  du jeudi saint au vendredi saint, sans donc les processions de la Macarena, de l‚ÄôEsperanza de Triana et du Grand Poder. Une tristesse infinie pour les S√©villans.

Après donc plusieurs jours de pluie il y eut le miracle du jour avec le retour du soleil à 18h30 précises.

 A croire que J√©sus lui-m√™me √©tait revenu lui-m√™me pour  voir tor√©er Morante de la Puebla, Sebastian Castella et Roca Rey. Le num√©ro 1 espagnol, le num√©ro 1 fran√ßais, le num√©ro 1 sud-am√©ricain et num√©ro 1 absolu actuel.

Ce fut la corrida des si :

Si l’on aime les toros toros il n’y a rien à raconter, mais on s’y attendait. Quand les vedettes sont là, les toros ne sont pas là, c’est bien connu. Bien présentés, mais sans force et sans race dans l’ensemble. Rien à écrire, n’usons pas les touches de notre clavier.

Si l’on aime le travail de cape il ne fallait pas venir non plus. Une véritable désolation pour Séville qui aime tant le travail de cape. Il n’y eut aucun quite après les simulacres de pique, à part un seul, hasardeux, de Castella au deuxième toro. Seules deux ou trois véroniques de Morante à la réception de son premier toro.

Si l‚Äôon aime en revanche les banderilles il fallait venir, les banderilleros rivalisant tous. Curro Javier, Alberto Zayas, Rafael Vioti, Antonio Joao Ferreira, Jos√© Chacon durent saluer apr√®s des paires ¬ę extra ¬Ľ , mais tous auraient pu saluer vu l‚Äô√©tat pr√©caire de la piste.

Si l‚Äôon est ¬ę de Morante ¬Ľ on a pu appr√©cier ses trois v√©roniques de r√©ception et son d√©but de faena sur la corne droite √† son premier toro. Mais c‚Äôest tout. Certes les toros n‚Äô√©taient pas bons mais l‚Äôheure d‚Äôune retraite bien m√©rit√©e n‚Äôest-elle pas venue pour l‚Äôamateur de cigares ?

Si l‚Äôon aime dans la taureaumachie l‚Äôart de dominer les toros, alors on peut dire que Castella a donn√© ce jour une v√©ritable le√ßon √† son premier toro qui avait tous les d√©fauts de la terre pour un torero : batailleur, sans charge, beaucoup de genio, un danger sourd. Un travail de grand ma√ģtre termin√© par des naturelles de face et une grande √©p√©e concluante. Si  l‚Äôon avait √©t√© √† Madrid les deux oreilles auraient √©t√© assur√©es, mais √† S√©ville on aime surtout les jolies passes esth√©tiques. Pour nous ce fut un travail sensationnel mal r√©compens√©.

Si l‚Äôon aime le sitio et le temple alors on put se r√©galer du travail de Roca Rey au troisi√®me toro bis de l‚Äôapr√®s-midi, Ce jeune homme n‚Äôa aucune h√©sitation  dans sa tauromachie faite d‚Äôemplacements ad√©quats et d‚Äôembarquement du toro dans la passe, et comme il tue √† chaque fois de fa√ßon fulminante il n‚Äôest pas √©tonnant qu‚Äôil remplisse actuellement les ar√®nes sur son seul nom.  Une oreille bien m√©rit√©e √† son premier toro, son second, un rempla√ßant Roman Sorando n‚Äôoffrant aucune option pour le bon toreo.

En conclusion tous les amateurs de corridas ont eu quelque chose pour se mettre en √©moi malgr√© des toros peu toros. Merci aux trois maestros qui ont su nous ¬ę inventer ¬Ľ une corrida de toros, merci aux banderilleros, et merci aux areneros, ces travailleurs de l‚Äôombre qui ont rendu possible ce spectacle.

A 18h20, quand Morante, Castella et  leurs cuadrillas vinrent tester la piste, il fallait vraiment √™tre optimiste pour croire que la corrida allait avoir lieu.

Mais les aficionados, c’est bien connu, croient aux miracles, et parfois ceux-ci se réalisent.

EXIR

Madrid: Roman confirme

Ar√®nes de Las Ventas (Madrid). Corrida traditionnelle du dimanche de P√Ęques. 7 998 spectateurs. Taureaux de Pedraza de Yeltes et Carmen Valiente (5e bis). De bonne pr√©sence et un bon jeu en g√©n√©ral. Le deuxi√®me et le sixi√®me, applaudis √† l’arrastre.

ROMAN, oreille après avis et silence

MANUEL DIAS GOMES, qui confirme l’alternative, applaudissements et le silenc

FRANCISCO DE MANUEL, silence après avis et silence

Nouvelle Puerta Grande avec le  triomphe de Talavante en Arles

Au son de Chicuelo les aficionados du rejon et de la corrida √† pied sont unis pour cette corrida mixte. Seule l’incertitude m√©t√©orologique plane. Un lot de la Ganaderia Espartales pour Diego Ventura et un lot de Jandilla pour JM Manzanares et Alejandro Talavante.

Le lot de toros d’Espartales est homog√®ne et le lot de la Ganaderia Jandilla aussi pour les hommes √† pieds

Pr√©sidence Jacky Boyer. M√©t√©o vent nuage mena√ßant et 14¬į

Public  6/10. Cavalerie  Bonijol  4 piques

Diego Ventura une oreille et silence

JM Manzanares silence et silence

Alejandro Talavante  deux oreilles / avis deux oreilles et vuelta au toro

A son premier toro, Diego Ventura est tr√®s √† l aise et sa ma√ģtrise lui permet d assurer. Un bon rejon de muerte lui permet de couper la premi√®re oreille de la corrida.

A son second toro. Il hausse le niveau. Sa cavalerie est parfaitement en phase avec lui. A la fin de la faena il enl√®ve les r√™nes du cheval et r√©alise une pose avec une banderille dans chaque main d’anthologie. Un bon rejon de muerte mais il rate le premier descabello et ne coupe pas d’oreille.

Premier toro pour JM Manzanares. Ce toro poss√®de un joli trapio de couleur jabonero et fait impression en rentrant dans le ruedo. Le vent emp√™che le Maestro d’ex√©cuter des V√©roniques. D√®s le tercio de banderilles le toro garde la gueule ouverte. JM Manzanares entame la faena plein centre. La majorit√© de sa faena sont des derechazos. JM Manzanares lutte contre le vent pour ex√©cuter des derechazos devant son toro. Aucune √©motion ne ressort de cette faena. Une √©p√©e enti√®re engag√©e sur le c√īt√©.

Le second toro du Maestro √† un trapio identique √† son premier. Le travail de JM Manzanares est identique, √† peine mieux que le pr√©c√©dent. Des s√©ries sans profondeur. L’√©p√©e est correcte.

Avec un toro de Vegahermosa , Alejandro Talavante le Maestro de Badajoz ex√©cute le premier tiers engag√© avec des farols et finit avec une belle rebolera. Le public est touch√© par l’√©motion de son geste. Le toro avec une robe noire ne pose aucune difficult√© pour exprimer la diversit√© des passes. Dans la querencia du toril derechazos et naturelles profondes donnent de l’alegria aux public. Kirikiki et Luquesina pour finir en feu d’artifice. Une √©p√©e enti√®re efficace engag√©e permet d’obtenir deux oreilles.

Pas de pluie jusqu’√† maintenant, mais de violents coups de vent arrivent pour le dernier toro. Le public est acquis √† Talavante. Il entame √† la cape sous les ol√©s du public.

D√©but de faena dans la querencia du toril. A la muleta les series manquent un peu de profondeur. De belles s√©ries de naturelles et de derechazos mais certaines avec le pico. A l’√©p√©e il mets une efficace enti√®re. Il utilise le descabello. Deux oreilles et une vuelta pour un bon toro de Jandilla. Talavante a bien profit√© du bon lot de toro qu’il a eu et sort triomphateur de l’apr√®s midi.

Texte W.F

photos Bruno Lasnier

Annulation et report à Aignan

Photo JC Lemelle

La corrida prévue ce dimanche à Aignan a pas pu se dérouler en raison de la pluie. Elle a été reportée à dimanche prochain même cartel. Toros de Baltasar Iban pour Ucdea Leal, Dorian Canton et Christian Parejo.

Le matin, Aignan : Ja√Įro Lopez triomphateur de la novillada sans picadors

Jairo Lopez (bleu marine et or) hier matin √† Aignan est sorti et triomphe des ar√®nes Andr√© Ladoues. Il venait de couper une oreille √† chacun de ses adversaires, un Astarac et un Camino de Jean-louis Darr√©. Ja√Įro Lopez a b√©n√©fici√© de deux bonnes mise √† mort qui ont clou√© ses toros sur place, les deux animauc s‚Äô‚Äô√©croulant aussit√īt, provoquant une nu√©e de mouchoirs dans les ar√®nes. Auparavant avec son premier, un Astarac il s‚Äô√©tait montr√© √©l√©gant √† la cape mais aussi avec beaucoup d‚Äôefficacit√© pour r√©duire son adversaire. Pour la premi√®re de ses deux sorties on le voyait poser les banderilles avec un certain succ√®s, m√™me si sur des quiebros volontaires, √† son second, un Camino, il fut parfois en grande difficult√©s. Avec l‚ÄôAstarac il b√©n√©ficia d‚Äôun toro noble o√Ļ il se fit plaisir dans une faena une faena un peu longue o√Ļ prenant confiance, il finit par √™tre s√©v√™rement bouscul√©. Mais il sut se rattraper et terminer d‚Äôune enti√®re fulgurante. Une oreille.

Il attaqua sa seconde sortie par une belle série de naturelles, quelques gaoneras, et après son tercio de banderilles attaque sa seconde faena par une série de très belle aidées par le haut. Par la suite, il faut parfait à droite et chiffona à gauche. Mais là encore une ép

Jeanée très efficace lui fit accorder sa seconde oreille.

Face à un tel adversaire, Hadrien Lucq (bleu marine et azabache) manqua rapidement de confiance.

Face √† son premier Astarac il fut plut√īt bien √† la cape. Il commen√ßa une faena tr√®s sage mais sur sa main droite fut rapidement d√©bord√© et ch√Ęti√©. Mais avec courage il revint dans le copbat sur la main gauche et eut du mal a tuer. Deux pinchazos avec une voltereta, unr demie-lame a recibir, silence. Comme deuxi√®me adversaire, il eut un Camino, lourd et bien fait, v√©ritable petit toro applaudi √† son entr√©e en piste. Avec pr√©cision et application il profita d‚Äôun l√©g√®re faiblesse du novillo qu‚Äôil tor√©a essentiellement √† droite. Il lui infligea tout de m√™me une cogida impressionnante. Hadrien s‚Äôacharna √† voulooir tuer a recibir ce qu‚Äôil parvint √† faire apr√®s deux pinchazos, une enti√®re atravesada, une enti√®re et trois descabellos, silence.

Ja√Įro Lopez emporta le pris de l‚ÄôACOSO remis par Michel Raymond et Hadrien Licq le prix du club taurin d‚ÄôAignan remis par son pr√©sident Michel Pupin

Jean-Michel Dussol

Novillada Piqu√©e d’Arles : triomphe de Marco Perez et bon toreo de Manuel Roman

Meteo : Printani√®re avec quelques gouttes, l√©g√®rement venteux. Temp√©rature 15¬į

Président Jean Paul Marragnon. Cavalerie : Bonijol 6 piques.

Musique Chicuelo. Spectateurs un peu plus d’un quart

Manuel Roman : une oreille (Nu√Īez Del Cuvillo) silence ( Gallon) salut et Vuelta ¬†deux avis (Santiago Domecq)
Marco Perez : salut (Nu√Īez Del Cuvillo) deux oreilles et vuelta pour le toro (Gallon)¬† silence ( Santiago Domecq)

Les différents taureaux sont de présentation homogène, mais de trapio plus petit que ceux de la novillada de la veille. Difficile le premier de Marco Perez, bon le second et trop faible le dernier. Manuel Roman à deux bons toros le premier et le dernier. Son second de Gallon est noble mais trop faible.

Tout au long de la course les deux novilleros ont fait des quites. On assiste √† un mano a mano qui se reproduira s√Ľrement dans les ann√©es √† venir. La comp√©tencia entre ces deux est r√©elle.

Manuel Roman

L’Andalou sur ces trois taureaux a su exprimer sa technique au-del√† des difficult√©s m√©t√©orologique. Sur son premier toro dans le premier tiers, il ex√©cute de tr√®s belles s√©ries √† la cape . A la muleta, il a du temple et sa faena va √† mas avec des naturelles pour finir. Il donne le ton de la course et le toro est applaudi √† l’arrastre.

Sur le toro de la Ganaderia de Gallon, il n’arrive pas √† trouver la solution sa faena est fade et pour acqu√©rir le public √† sa cause il utilise la m√©thode du desplante (public qui n’adh√®re pas). Il y a plusieurs tentatives √† l’√©p√©e.

Son dernier toro permet √† Manuel Roman de se ressaisir. Les spectateurs ont droit √† une larga et une tr√®s belle farols. Le dernier toro fait une vuelta de campana √† la sortie du cheval ce qui fait l’√©quivalent de trois piques. Comme sur son premier novillo, dans le dernier tiers, il ex√©cute des derechazos avec de la profondeur parfois sans ayuda. Sa tauromachie a du temple de l’alegria m√™me s’il lui arrive de se faire d√©sarmer. Le public est au ange. Il finit sur de jolies manoletinas. Il met une belle √©p√©e enti√®re, le toro met du temps √† mourir et il perd l’espoir de sortir de hombros.

Marco Perez

Son premier novillo manque de race. Il execute de jolis veroniques à la cape. Il se se fait deborder dans le dernier tiers. Son épée est engagé et il doit utiliser le descabello .

Il se resaisi en ex√©cutant une puerta Gayola. Ses v√©roniques expriment de l’√©motion et le public le suit . Plein centre il commence avec de nombreuses s√©ries de naturelles et de derechazos. Il finit avec six redondo. L’√©preuve du fer est une r√©ussite et le toro meurt en plein centre. Les deux oreilles tombent avec un mouchoir bleu.

Son dernier toro exprime de la noblesse mais il est tr√©s faible et manque de race. Le novillero s’emploie avec d√©termination pour tirer le meilleur du novillo. Les s√©ries sont √† mi hauteurs. Il mets deux √©p√©es et la novillada se termine sur une note fade.

texte W.F

photos Bruno Lasnier

Cartel Franco-Mexicain aux Saintes Maries de la Mer

Pr√©sentation dans le cadre des f√™tes d’Arles de la corrida des Saintes Maries de la Mer le 4 ao√Ľt avec des toros de Pedraza de Yeltes pour Clemente, Andy Younes et le mexicain Leo Valadez. Sur la photo : Juan Bautista, Clemente et Andy Younes. Une ganaderia prestigieuse et un cartel de jeunes plein de talents et ambitieux; tr√®s int√©ressant. (Photo Jean Fran√ßois Galeron)

Tlaxcala (Mexique), nouveau triomphe de Ferrera

Tlaxcala¬†(Mexique)¬†Plaza Jorge ¬ęEl Ranchero¬Ľ Aguilar. Corrida de S√°bado de Gloria. Casi lleno.

Toros de Piedras Negras. 

Le rejoneador Fauro Aloi, ovation et oreille; 

Uriel Moreno ¬ęEl Zapata¬Ľ, ovation et ovation apr√®s avis;¬†

Antonio Ferrera, silence et deux oreilles.

Texcoco¬†(Edomex, M√©xico)¬†Plaza ¬ęSilverio P√©rez¬Ľ. Corrida de S√°bado de Gloria.

Toros de¬†Jos√© Arroyo¬†(1¬ļ),¬†Magdalena Gonz√°lez¬†(2¬ļ),¬†Marco Garfias¬†(3¬ļ),¬†Campo Hermoso¬†(4¬ļ),¬†Carranco¬†(5¬ļ) et¬†Marco Garfias¬†(6¬ļ bis) .¬†

Ernesto Javier ¬ęCalita¬Ľ,¬†palmas apr√®s deux avis et palmas;

Arturo Saldívar, deux oreilles et palmas;

Sergio Flores, palmas et palmas après avis.

En Arles Puerta Grande pour Sébastien Castella et Daniel Luque

Apr√®s la novillada piqu√©e matinale premi√®re corrida de la feria. C’est la premi√®re corrida de Daniel Luque de la temporada qui revient apr√®s son triomphe dans ces m√™mes ar√®nes en septembre 2023.

Le lot est de pr√©sentation homog√®ne. Ils sont faibles dans l’ensemble. Le quatri√®me et le cinqui√®me sont les meilleurs toros de la tarde.

Public 7/10 d’ar√®ne. M√©t√©o printani√®re. Musique Chicuelo

Pr√©sidence : Emmanuel Lescot

Cavalerie Bonijol  six piques

S√©bastien Castella : 1 oreille avis et deux oreilles (2 avis )

Daniel Luque : Silence et deux oreilles ( 2 avis)

Juan Ortega : Silence et silence sous les sifflets du public

Sebastien Castella avec d√©termination vient pour couper des oreilles. Lors du premier tiers, avec envie, il entame des v√©roniques appuy√©es. Les banderillos posent les trois paires de banderilles. Le premier toro est faible mais avec de la noblesse. Il commence une premi√®re s√©rie de derechazo pr√™t de la porte des arrastres. Il enchaine des naturelles avec Al√©gria ; Il insiste sur les naturelles. Il prend son temps pour tuer le toro. Il place bien une √©p√©e entiere et un descabello efficace. La premi√®re oreille tombe ainsi qu’un avis.

Son second toro est aussi bon que le premier. M√™me attitude que son premier toro et le public reagi. √Ä la muleta, il fait des derechazos tr√®s profonds, avec du templ√© et de belles trincheras. Sa faena est longue sans lasser le public. Bon coup d’√©p√©e et 2 oreilles avec deux avis.

Daniel Luque dont c’est la premi√®re corrida de la temporada entame le premier tiers avec quelques v√©roniques sans conviction. Il fait un brindis au public. Il commence sa faena avec des passes hautes et des trincheras. La douceur de ces derechazos ne portent pas sur le public. Il n’insiste pas sur les naturelles. Son talent n’arrive pas √† trouver la solution. l’√©p√©e est bien plac√©e mais il doit utiliser le descabello.

Plus determin√© que jamais sur son second toro il commence par des v√©roniques engag√©es. Son talent s’exprime √† la muleta et l’on retrouve le Maestro de la pr√®cedente temporada. Sa faena est suave avec des naturelles, tr√®s abouties. Une satea clin d’oeil √† la semaine sainte r√©sonne. Il execute les luquesina plein centre. Deux avis apr√®s un coups d’√©p√©e engag√© et l√©g√®rement de cot√© et deux oreilles.

Tr√®s attendu Juan Ortega n’a pas la t√™te √† la course. Sur son premier toro, dans le premier tiers, il ex√©cute des v√©roniques sans conviction et sa tauromachie est rest√© en Andalousie. M√™me √† la muleta, il fait une esquisse de son style. Quelques s√©ries √† droite et √† gauche. Seul une trincherazo exprime un peu d’Al√©gria.
Sur le second toro il insiste encore moins. Il veut une troisième pique que le palco refuse en demandant le changement de tiers. Quelque passes par le bas et une épée rapide. Il laisse les spectateurs pantois et de nombreux sifflet se font entendre. Il raccourcit la course qui a durée deux heures et demie et un public qui sort content de la corrida.

texte W.F

photos Bruno Lasnier.

Lorca: Paco Ure√Īa proph√®te en son pays

Plaza de toros de Lorca. Corrida de Toros pour la r√©ouverture du coso. Lleno.

Toros, por orden de lidia, de Juan Pedro Domecq, El Torero, Domingo Hern√°ndez  Victorino Mart√≠n, Hnos. Garc√≠a Jim√©nez et Fuente Ymbro

PACO URE√ĎA,¬†comme √ļnico espada; silence, oreille, deux oreilles et la queue, ovation, silence et deux oreilles.

Seulement une oreille pour Samuel Navalon lors de la premi√®re novillada piqu√©e de la Feria d’Arles

Quatre élevages du secteur pour ce mano à mano en novillada piquée matinale avec un encaste Domecq pour la Ganaderia Blohorn, Santa Coloma Buendia pour la Ganaderia Golosina et la Ganaderia Turquay . Le dernier étant une origine Nunez pour la Ganaderia Tardieu.

Présidence Mme Melani. Musique Chicuelo.

Spectateur un quart d’ar√®nes. M√©t√©o printani√®re avec du vent. Cavalerie Bonijol 9 piques

Nino Juli√°n silence  et silence novillo de la Ganaderia Blohorn et Ganaderia Turquay

Samuel Naval√≥n salut avec p√©tition/ 1 oreille Ganaderia La Golosina et Ganaderia Tardieu. 

Nino Julian en chef de lidia entame le premier toro encaste de la Ganaderia Blohorn. Il a de la noblesse. Le novillero fait de joli v√©roniques. Nino Julian, pose les trois paires de banderilles et le public appr√©cie. Il ex√©cute de belles s√©ries √† droite. A cause du vent, il se fait prendre sur un derechazo. Le public l’encourage avec des applaudissements. Le toro est plus compliqu√© sur la gauche. Malgr√© tout, la faena va √† mas. Il finit la faena √† mi-hauteur. Difficult√© avec l’√©p√©e avec un pinchazo et un avis.


Son second novillo est encast√©. Il est dans le type et dans le comportement du santa coloma . Il prend deux piques et la premi√®re est tr√®s longue. Nino Julian subit plus qu’il domine. Il ne pose pas les banderilles, car il s’est bless√© aux c√ītes. Le vent en rafale n’arrange pas le courage de Nino et de son travail pour exprimer les qualit√©s du novillos avec des naturelles puis des s√©ries √† droite. Deux tentatives √† l’√©p√©e dont un r√©cibir sur le second pour finir avec le descabello.

Samuel Navalon commence avec le tr√®s beau novillo de la Ganaderia Golosina . Le toro est distrait . A la cape, il prend la mesure du combat qu’il l’attend. Il brinde le toro √† l’√©leveur Jean Baptiste Jalabert . Il d√©bute la faena pr√®s des planches. En pleine confiance, il commence par des naturelles plein centre. Les derechazos sont compliqu√©s √† cause de la charge courte et d’√©ole. Une √©p√©e plate et enti√®re et un engagement complet pour tuer le toro. Petition d’oreille que la pr√©sidence refuse.

Changement d’encaste et un trapio l√©g√®rement plus petit que les pr√©c√©dents pour son second novillo qui fait deux rencontre avec le cheval. La noblesse du novillo permet √† Samuel Navalon d’entamer √† genoux des derechazos. Le public r√©agi avec des applaudissements. Les naturelles sont rares avec ce toro. Il construit une faena agr√©able et quelques jolies Manoletinas pour finir sur un desplante. Comme sur son premier avec d√©termination, il r√©ussit √† l’√©p√©e et cette fois l’oreille tombe.

texte W.F

photos Bruno Lasnier.

Page 1 sur 18

© 2024 Corridasi - Tous droits réservés