El Melli et les siens avant l’alternative samedi

German Vidal “El Melli” le grand espoir de Sanlucar de Barrameda prendra l’alternative samedi dans ses arènes du ‘Pino” des mains de Roca Rey avec Pablo Aguado comme témoin. Toros de Torrealta. On le voit ici à Séville pour sa despedida de novillero où il a coupé une oreille. Il est entouré des ses proches l’excellent banderillero Sanluqueño Eloy Hilario son père Juan Mi Vidal qui fera ses débuts en France à Castelnau Rivière Basse et l’ensemble de la cuadrilla et des proches. Manque sur la photo Carmelo Garcia son apoderado.

Suerte Melli!
PV

Istres présenté par Bernard Marsella sur torofiesta

bm12wz

Rencontre avec Bernard Marsella à vingt jours du coup d’envoi de la Feria d’Istres 2024…Ayant pour habitude de s’y prendre tôt, le directeur des Arènes du Palio a déjà en tête l’architecture de sa feria dès que la nouvelle année pointe son nez car il a horreur de laisser les choses tributaires du hasard.

ist01k
Pour cela, il faut évidemment tenir compte de plusieurs paramètres essentiels, comme le caractère de la plaza vouée à recevoir un public éclectique, venu parfois de loin, aux aspirations différentes, mais toujours tournées vers la qualité. Avec l’assurance de voir des vedettes confirmées et de découvrir aussi de nouveaux talents. A cela, on peut ajouter la fonctionnalité de l’enceinte et la chaleur de l’ambiance. Et si en plus, la météo…Pour 2024, Marsella a joué la carte originale de la « main tendue », à savoir associer une figura avec des toreros émergents qui auront au Palio l’opportunité d’étayer leur réputation. Pour eux, une plaza de consolidation, en quelque sorte…Lui qui aime bien raconter des histoires a trouvé un angle nouveau dans lequel beaucoup hésitent à s’engager. Et pourtant, cette competencia intergénérationnelle est plutôt séduisante sur le papier et a au moins le mérite de bousculer des cartels plus conventionnels…« Istres a un fonctionnement bien différent des autres arènes, les cartels s’annoncent très tôt, dès le mois de janvier, et l’on se rend compte que l’on arrive au moment de la feria qui a maintenu tout l’intérêt qu’elle avait quand on l’a annoncée. L’actualité nous favorise une fois de plus, cette main tendue avait séduit le nombreux public à la présentation des cartels et on a énormément d’espoir sur cette feria. Si l’on fait l’état de la taquilla, on a une très longue période de vente de billets puisqu’on l’ouvre en janvier pour le mois de juin, et ce que l’on peut dire, c’est que l’on a quasiment doublé le nombre d’abonnés ! C’est quelque chose de formidable, d’autant plus qu’il y a pas mal de nouveaux abonnés venant des quatre coins de la France et même de l’étranger. On se rend compte aussi que sur le plan taurin, les trois figuras qui sont les piliers de cette feria, Luque, Castella et Ponce maintiennent tout leur intérêt parce que Luque continue d’être au somment de son art, Castella on l’a vu à Nîmes, s’est distingué, et Ponce, c’est une autre histoire. Il revient pour dire adieu et quel honneur pour nous qu’il puisse le faire à Istres car il y a beaucoup d’arènes qui auraient aimé l’engager pour ses adieux et qui ne pourront pas le faire ! Nous avons l’embellie qu’il ait dit oui au Palio car c’est une arène qu’il porte dans son cœur et bien évidemment, on se souvient encore tous de son encerrona historique et inoubliable qui a constitué une des plus belles pages du Livre d’Or istréen.ist24c Page 06
En ce qui concerne tous ces toreros émergents, et Dieu sait s’il y en aura pas mal cette année chez nous puisqu’il y en a neuf parmi lesquels, certains fouleront pour la première fois en qualité de matador le sable du Palio. Si on les prend par ordre chronologique, Borja Jiménez a déjà démarré la temporada en trombe, nous sommes ravis de l’accueillir car on se rend compte qu’il a très peu toréé dans le Sud Est et qu’Istres lui donnera l’ouverture pour la France, et ça, on en est fiers. Thomas Joubert continue à maintenir un intérêt évident auprès des aficionados. Tout le monde est ravi de le revoir au Palio, c’est une arène qui lui a toujours souri et j’espère qu’il va se sentir bien et qu’il pourra cuajer un toro de Jandilla. Une magnifique corrida qui ouvrira donc la feria.ist24c Page 07
Si on passe au samedi, ce sera une journée intense avec dès le matin les novillos de Juan Pedro Domecq qui arbitreront un mano a mano extraordinaire. Une novillada de luxe pour le jeune Nîmois Nino Julián qui devrait franchir encore un cap cette année. Il sera en competencia avec l’enfant prodige Marco Pérez avec qui on a aussi une histoire forte puisque c’est au Palio qu’il a débuté avec picadors lors d’un encerrona télévisée l’an dernier. Avec le maire François Bernardini, outre la remise d’un souvenir à Enrique Ponce, nous remettrons au triomphateur de cette novillada le souvenir Jean Teisseire, ce qui nous tient particulièrement à cœur. La distinction sera en relation avec la sastrería Fermín puisqu’il s’agira d’une cape et d’une muleta provenant de cette maison dont la réputation n’est plus à faire !
ist24c Page 08
L’après-midi, si Sébastien Castella tend la main à deux jeunes toreros, ce n’est pas n’importe qui, avec le mexicain Leo Valadez qui a aussi une histoire forte avec Istres puisqu’il a triomphé lors de chacune de ses apparitions ici. Il a en outre été héroïque à Madrid. Bien que blessé, il va reprendre le chemin des arènes à Istres et Christian Parejo, que l’on vient de voir confirmer son alternative à Madrid, avec beaucoup de dignité. Un garçon que l’on pourrait considérer français, si l’on tient compte de ses attaches biterroises ! Quant aux toros de Victoriano del Río, ce sera peut-être la corrida la plus harmonieuse de la feria…
ist24c Page 09
Le dimanche, journée encore chargée avec deux corridas, bel exemple s’il en est d’une programmation ambitieuse et fournie, même s’il n’y aura plus octobre. Le matin, un élevage français sera à l’honneur, les Pagès-Mailhan.ist26pm1
C’est un élevage que les aficionados ont envie de voir aujourd’hui. Ce fer a surpris déjà l’an passé par sa régularité et qui a déjà sorti de grands toros à Alès et à la corrida concours de Vic-Fezensac.ist26pm2
Elle est très régulière, très « pareja » comme on dit, et je suis convaincu que ce lot que l’on est allé voir samedi avec la commission taurine est composé de toros qui vont bouger et offrir des possibilités à ceux qui vont les affronter. 
A propos de la commission avec qui je me suis récemment rendu en Espagne pour visiter les toros retenus, c’est elle qui a tendu la main aux jeunes toreros du jour, pour Rafi qui n’est pas passé loin d’un triomphe à Nîmes, Carlos Olsina qui continue à promettre et Jorge Martínez, la pépite d’Almería que j’avais vu l’an passé pour son alternative et qui est pétri de qualités. Un cartel avec trois toreros aux tauromachies bien différentes pour une matinée de grand intérêt qui fera ensuite place à la clôture de la feria avec les Juan Pedro Domecq en espérant que l’on ait le bon lot ! ist24c Page 10
Il est sorti une très bonne corrida à Valencia, donc on a énormément d’espoir et là, nous avons le retour d’Enrique Ponce qui revient pour le plus grand plaisir des aficionados. Il tendra la main à deux jeunes espoirs pétris de qualités, David Galván qui vient de séduire le difficile public de Las Ventas en quinze passes et qui a été extraordinaire dans sa personnalité et sa conception du toreo. Quant à Clemente, ce sera pour lui une saison décisive et par ses qualités artistiques, il devrait lui aussi se mettre en évidence comme il a déjà pu le faire ici ou là.
 ist21bill
En ce qui concerne la taquilla, la corrida qui se détache, et ce n’est pas une surprise, est celle des adieux de Ponce. Il reste encore des places pour toutes les courses, nous avons encore trois semaines pour finir de remplir nos arènes, avec le souhait bien sûr que la météo sera de la partie.ist24c Page 11
C’est le week-end que tout le monde attend car pendant ces jours de fête, la ville reçoit un public venu d’un peu partout et qui consomme. C’est un tout, hôtels, restaurants, arènes, musique… les retombées économiques pour une ville sont forcément très importantes. Dans une dizaine de jours, tout va commencer à se mettre en place et on va sentir progressivement la température grimper… a fait vingt-trois ans que les arènes fonctionnent et il n’y a pas de raison que ça ne soit pas encore le cas cette année. Tout dépend aussi de la créativité et de la composition des cartels. Istres, ce n’est pas un copier-coller et d’une année à l’autre, on essaie toujours de surprendre, ça fait partie de ma mission et je pense que la main tendue devrait rassembler un maximum d’aficionados. On a déjà plus de trois quarts d’arène remplis et dans ces trois dernières semaines, on espère que la mobilisation va se poursuivre afin de créer une grosse ambiance au Palio…
ist24c Page 14
Itw Paul Hermé http://torofiesta.com

Madrid : nouvelle déception

Plaza de toros de Las Ventas, Madrid. 15ème de la Feria de San Isidro. Lleno de ‘No hay billetes’.

Toros de El Capea (1º et 4º) Montalvo et José Vázquez (6º bis), bien présentés mais sans jeu sauf ceux consacrés au rejoneo.

DIEGO VENTURA, silence et ovation 

CAYETANO, silence et silence après deux avis. 

GINÉS MARÍN, ovation après avis et palmas. 

LLENO une fois de plus.
Malgré leur poids (560 et 610 Kg) les deux toros d’El Capea furent les plus mobiles. Arrivant dignement et bouche fermée jusqu’à la fin. Diego Ventura dans son style de centaure effectua deux faenas complètes. Un rejon  de castigo à son premier, deux à son second qui reçut entre autre une remarquable paire à deux mains. Un rejon de mort trasero provoqua une mort lente. Plusieurs pinchazos au second privèrent Ventura de trophées.

Les toros de Montalvo furent (presque) applaudis à leur sortie. Tous du trapio, une belle allure, un poids moyen de 560 Kg,astifinos . Tous sauf le sixième,infirme et remplaçé, firent illusion à la pique. Et puis tout est dit. L’un peu mobile, l’autre avec une charge totalement désordonnée, un autre avec une corne gauche impossible et allant à menos.

Avec tout cela Cayetano essaya sans y parvenir de lier quelques passes . Des estocades médiocres et descabello difficile au second justifient les deux « silences ».
Ginés Marin parut beaucoup plus décidé et avide de succés. A son premier il livra un combat volontaire et de grand mérite face à un adversaire aux réactions désordonnées et imprévisibles. Une demie épée et un descabello clôturèrent ce combat un peu perdu d’avance. Comme c‘était son jour de chance il vit sortir un sixième infirme, fragile et boitillant. Remplacement de l’infirme par un toro de José VAZQUEZ un peu plus léger et de bonne allure, bien armé, tout pour plaire. Sauf qu’il se révéla Manso de première classe refusant totalement la pique de Guillermo MARIN qui dut tricher pour lui infliger un châtiment minimum (bronca pour papa). Ginès Marin qui avait brindé ce toro à Curro Vazquez malgré la « mansedumbre » de ce drôle de toro décida de lui délivrer des passes, d’abord à gauche et le toro s’investit clairement ce qui permit au maestro de faire preuve à la fois de bravoure et de savoir faire. Mais tous ses efforts ne portèrent pas sur le public.Une estocade douteuse mais efficace.
Fin d’une semaine à Las Ventas qui vraiment manqua de TOROS BRAVES,devant une partie d’un  public bavard et manquant de respect.
A Arevalo l’a fort bien dit, il va falloir repenser sérieusement la notion de TORO DE MADRID.

Charles Figini

Brindis de Ginés Marin au grand torero madrilène retiré -apoderado de Cayetano- Curro Vasquez

Séville: efficacité du Melli, sincérité de Palacio

Plaza de toros de La Maestranza, Sevilla. 18ème d e la temporada. Plus d’un quart d’entrée;

 Novillos de Torrealba.

GERMÁN VIDAL ‘EL MELLI’, silence après avis et oreille après avis.

 AARON PALACIO, silence et oreille après.

MANUEL JESÚS CARRIÓNsilence après avis et vuelta al ruedo.

Roque Vega a salué au troisième.

Eloy Hilario a posé deux paires de banderilles très exposées au premier.

Rendez-vous important pour El Melli nouvelle promesse de Sanlucar de Barrameda qui faisait sa despedida de novillero avant de prendre l’alternative des mains de Roca Rey samedi dans ses arènes du Coso del Pino et pour Aaron Palacio qui débutait avec les castoreños après deux temporadas importantes en sans piquées. Rappelons qu’il avait porté le costume de lumières à Arzacq pour la première fois en gagnant le trophée. L’un et l’autre ont rempli leur contrat en coupant chacun une oreille face à un lot présenté comme il faut mais infummable par son manque de race et sa mansenumbre

El Melli a coupé son oreille à son second passage grâce à son expérience et à sa capacité à se mettre le public dans sa poche. à une habileté efficace. Après avoir échoué à la mort lors du premier passage, il débuta à genoux par la suite et put tirer quelques séries honorables et une entière bien placée permirent à ses partisans de sortir leurs mouchoirs.

Plus de sincérité et d’entrega chez Palacio qui avoir perdu les papiers face au premier manso de catégorie mit la gomme par la suite. Un très beau début de faena à genoux mit l’ambiance; la faena fut bien construite sincère menée par des séries autoritaires et templées à gauche surtout. Elle ira à màs avec un final par manoletinas. Une entière pour conclure permit au pupille du Tato de gagner à la loyale un trophée prometteur.

Très vert encore Manolo Carrion qui débutait en piquées; à son crédit tout de même deux bonnes estocades.

Pierre Vidal

Toreo de salon en Algar

Chota grande féria péruvienne

Replay TV : Toro d’Alcurrucen gracié par Gomez Del Pilar

A voir en replay sur Castilla La Mancha Media Toros sur internet.

Arène de Orgaz (Toledo) España dimanche 26 mai 2024 – Toros de Alcurrucén, le cinquième gracié par Gómez del Pilar. Esaú Fernández, oreille et oreille, Gómez del Pilar, oreille et “indulto” et Álvaro Alarcón, silence et silence.

Bus pour La Brède avec la peña Adriano

Flamenco dans les arènes de La Brède

L’histoire taurine de Aire-sur-l’Adour publié par l’UBTF

Page 1 sur 173

© 2024 Corridasi - Tous droits réservés