Catégorie : course landaise Page 1 sur 2

Communiqué UVTF

uvtf28ph

L’UVTF met en place un modèle durable et solidaire pour préserver l’avenir de la tauromachie en France…

L’UVTF a communiqué ce jour aux organisations professionnelles du secteur la feuille de route détaillant les prochaines étapes du processus engagé dès le mois de janvier afin de garantir la pérennité de la tauromachie en France par la mise en place d’un Modèle économique durable et solidaire, dans l’intérêt des aficionados et des professionnels.

LES ÉTAPES DE LA CONCERTATION

Le 21 janvier, faisant suite aux inquiétudes de certains organisateurs français quant à la viabilité économique des spectacles taurins dans leurs arènes, le bureau de l’UVTF a décidé de mettre en place un projet de Transmission solidaire.

Le 7 mars, celui-ci a été présenté aux éleveurs français lors de leur AG tenue à Arles et à l’ensemble des villes et organisateurs par circulaire.

Début février, après qu’il soit apparu que la temporada 2020 serait gravement compromise, voire peut-être la prochaine, par les conséquences du COVID-19, l’UVTF a jugé indispensable d’élaborer un modèle économique français destiné à assurer l’avenir à long terme de la tauromachie dans notre pays.

Le 8 avril, l’avant-projet élaboré en interne a été détaillé lors du bureau tenu en téléconférence durant le confinement.

Le 2 juin, le bureau tenu à La Brède a validé ces dispositions.

Le 10 juin, ce projet a été adopté à l’unanimité lors du CA tenu à Toulouse qui a par ailleurs validé le programme de transmission solidaire et la poursuite des consultations avec les partenaires.

Durant l’été, en concertation avec les représentants des organisateurs et des toreros, un avant-projet de Convention Collective du Spectacle Vivant Tauromachique a été élaboré, afin de servir de base au modèle durable et solidaire qu’il s’agit d’implanter.

DES MESURES CONCRÈTES POUR RÉPONDRE À UN CONTEXTE INÉDIT ET ANXIOGÈNE

La crise du COVID19 aura des conséquences à court et moyen terme dont nul ne peut prédire l’ampleur au niveau de la perte d’affluence que devront supporter tous les spectacles vivants jusqu’à éradication complète du virus : -20, – 25, – 30 voire – 40% ?

Face à cette incertitude, l’UVTF estime nécessaire, dans l’intérêt des arènes françaises, des aficionados, des professionnels et de la culture taurine, d’implanter un nouveau modèle économique permettant d’atteindre trois objectifs prioritaires :

– Adapter l’offre à la demande pour garantir l’équilibre financier et préserver l’emploi.

– Organiser l’avenir de la filière en allégeant le coût des spectacles de formation.

– Faciliter la relève générationnelle en diversifiant la programmation.

Ce nouveau modèle offrira en outre trois avantages supplémentaires :

– Renforcer la défense de la tauromachie reconnue comme spectacle vivant.

– Obtenir pour les toreros français la qualification de métier à risque.

– Rationnaliser la couverture sociale des toreros étrangers dans leur intérêt et celui des employeurs français.

METTRE EN PLACE L’ÉCONOMIE DU PROCHAIN QUART DE SIÈCLE ET ASSURER L’AVENIR DE LA TAUROMACHIE

En septembre, diverses réunions auront lieu avec les partenaires français afin de finaliser la Convention Collective du Spectacle Vivant Tauromachique en concertation avec eux.

En octobre, sa ratification sera proposée aux organisations professionnelles espagnoles, l’UVTF apportant quant à elle les modifications pertinentes dans son règlement.

En novembre, les organisateurs français pourront débuter la programmation de leurs ferias de 2021 sur de nouvelles bases susceptibles de compenser la perte d’affluence possible dans leurs arènes consécutive à l’incertitude de la crise sanitaire…

(Communiqué)

Course landaise: explications du président

La Fédération Française de la Course landaise est très critiquée pour sa gestion depuis le début de la crise du COVID 19. https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitaine/landes/dax/federation-francaise-course-landaise-s-explique-1831322.html


Elu à la tête de la Fédération depuis le mois de février avec Max Lacave, Bertrand Capuch s’explique

Bertrand Capuch, les éleveurs de vaches landaises reprochent à la Fédération Française de la Course Landaises de ne pas répondre à la situation d’urgence économique dans les ganaderias. Pourquoi ce silence ?

Depuis le 15 mars, nous travaillons avec les pouvoirs publics et les collectivités locales afin de venir en aide à ceux qui sont le plus impactés par l’arrêt des courses landaises. Les premiers concernés sont bien évidemment les ganaderos.
Le 26 avril, nous avons eu une première visioconférence avec Mme la Préfète des Landes, le Conseil Régional de Nouvelle Aquitaine et le Conseil Départemental des Landes.
Une cellule à d’ors et déjà été créé à la DDTN (Direction Départementale des Territoires et de la Mer) pour venir en aide aux éleveurs. Les dossiers sont en cours mais c’est un travail de longue haleine. Ce sont des procédures complexes calées sur le temps administratif. Nous ne sommes pas les seuls en ce moment à solliciter ces services.
Des initiatives sont déjà en cours comme la bourse au fourrage menée par la Chambre de l’Agriculture ou les actions solidaires associatives.

Les ganaderos cherchent une réponse  plus rapide de la part de la Fédération.

Nous faisons des réunions, nous sommes en contact avec les ganaderias chaque semaine. Nous leur demandons de fournir des pièces et des documents comptables importants pour constituer les dossiers. Il faut des chiffres précis pour apprécier les situations et les besoins de chacun.

Un guide de « bonnes pratiques » a été édité par le Ministère des Sports, la course landaise n’y est pas mentionnée, pourquoi ?

C’est d’un commun accord avec le Ministère des Sports. La course landaise se pratique dans des arènes. Ce sont des lieux publics fermé jusqu’au 2 juin pour le moment. Les acteurs (écarteurs, sauteurs, cordiers, entraîneurs) ne peuvent que pratiquer un entraînement individuel pour le moment.

Avez-vous l’espoir d’une reprise de la saison de course landaise en 2020 ?

A l’heure actuelle, aucune course landaise n’est programmée. L’espoir s’amenuise au fur et à mesure. Notre pratique est donnée dans le cadre de fêtes de villages et de ferias, tout est annulé jusqu’à la fin du mois d’août.

Quelles sont les pertes économiques pour le secteur de la course landaise ?

Il y a chaque saison environ 575 spectacles cela représente 1 375 000 euros de pertes économiques.
Cela sera terrible si l’on passe une saison 2021 comme 2020. Les clubs sont déjà durement touchés. Dans les villages, la course landaise n’était déjà pas rentable, cela serait pire avec des arènes à moitié vides. Avec les difficultés économiques, le mécénat va se réduire voire disparaître. S’il y a une reprise, comment imaginer une distanciation sociale entre les spectateurs ? Entre les musiciens qui animent les courses ? Entre les acteurs sur la piste ?

Justement, la course landaise peut-elle se réinventer avec les règles de sécurité sanitaire préconisées ?

Il va falloir se poser la question. On ne sait pas combien de temps cela va durer, comment va se passer la post-pandémie. Nous sommes à cheval entre le sport et la culture. La course landaise repose surtout sur l’esprit festif de la Gascogne. Il n’y a pas de spectacle sans l’interaction avec le public, la musique.
La course landaise va devoir renforcer sa publicité en dehors des arènes. On s’aperçoit que rien n’est gagné. Avec le projet Gascogne mené dans les écoles, ce sont souvent les enfants qui emmènent leurs parents dans les arènes. Il faut inciter les néo-landais à s’impliquer dans la vie locale.
Nous devons être plus présents sur les réseaux sociaux pour sauver nos traditions.   

Christophe Dussau: « un monde de guerriers »

Suite de notre série « lectures taurines en temps de confinement » avec cette fois un génie de la course landaise, une personnalité hors du commun: « Christophe Dussau ». Pages extraites du livre « Du sacrifice au triomphe » « Paroles des hommes de l’arène ». De Roland et Marie Costedoat (176 pages au format 32×23 cms) avec la participation de Yves Harté et André Viard et la collaboration de Pierre Vidal.

Le livre « Du Sacrifice au triomphe est en vente » auprès de son auteur costedoatroland@gmail.com au prix de 30 euros (pas de frais de port). Un bel hommage à nos amis Coursayres.

Course landaise: démission du président de la Fédé

Dans le journal Sud-Ouest ce matin (édition Landes) : « Mis en minorité par son conseil d’administration, le président Franck Serve a rendu son « costume », comme il l’indique dans une lettre aux clubs taurins. L’élection de son remplaçant aura lieu lundi 3 février » https://www.sudouest.fr/2020/01/28/course-landaise-demission-du-president-de-la-federation-francaise-7119581-3452.php

Course landaise : Franck Serve, le président de la Fédération française démissionne
Photo G. Delahaye (Sud-Ouest)

Hagetmau, les coursayres en assemblée

Image

Course Landaise: du mieux…

« Les acteurs ont obtenu une année de dérogation pour établir un nouveau système »

C’était inespéré… mais grâce à un vrai projet réalisé en trois mois, les choses ont bougé avec notamment le Soutien fort de Geneviève Darrieussecq et Mathieu Ara.

Malgré encore quelques points bloquants, la Course Landaise peut maintenant se tourner vers son avenir.

Passez de belles fêtes 🥳 de fin d’année, on se retrouve en 2020 pour écrire une nouvelle page de notre tradition, et travailler pour son avenir pérenne !

Magnifiques « coursayres »

Voici de nouvelles images sensationnelles de la belle manifestation pour la défense de la course landaise qui a rassemblé près de 2500 personnes samedi à Mont-de-Marsan dont nous avons déjà parlé .

C’est le rassemblement le plus important de toute l’histoire de la capitale des Landes. Au son emblématique de « la Cazèrienne », troupeaux, aficionados, de très nombreux maires ceints de leur écharpe et écarteurs mêlés, ont occupé la place de la mairie montoise.

Tout cela avait beaucoup d’allure et témoigne d’un attachement profond à la « Course » qui a su faire taire ses disputes internes et s’unir autour de ses valeurs.

C’est formidable. Bravo et encore Bravo!!! Il vont finir par nous entendre à Paris!

Pierre Vidal

Historique : 2500 manifestants pour défendre la « Course »!

L’image contient peut-être : une personne ou plus, foule et plein air

Très forte manifestation hier matin malgré la pluie à Mont de Marsan pour tous les défenseurs de la Course Landaise attaquée par des mesures fiscales iniques. Près de 2500 manifestants ont défilé dans les rues de la capitale landaise ce qui correspond à la plus grosse manifestation qui s’y soit déroulée depuis de nombreuses années.

Dans la manifestation plusieurs centaine d’élus des communes concernées avec leur écharpe, le maire de Mont-de-Marsan Charles Dayot les députés du Gers et des Landes et la secrétaire d’état Geneviève Darrieussecq. Présents aussi les acteurs du monde taurin, écarteurs en boléro, les ganaderos, les anciens champions et les aficionados à la corrida avec la présence d’André Viard le président de l’Observatoire Nationale des Cultures Taurines.

La Manifestation s’est déroulée dans le calme et la convivialité et s’est terminée dans le ruedo du Plumaçon. C’est dont une très belle réussite qui devrait réfléchir les pouvoirs publics. Moments d’émotion avec la prise de parole du ganadero mythique Michel Agruna, défenseur acharné de la Course landaise :

Elus, acteurs, aficionados ont défilé au son de la cazérienne dans les rues de Mont-de-Marsan. Entre les arènes et la préfecture, ils ont manifesté leur attachement à une tradition chère à leurs cœurs : celle de la Course Landaise. Sur l’air de la marseillaise, devant la préfecture, bandas, chanteurs gascons et landais se sont réunis en attendant le retour de la délégation reçue par le préfet.

A l’issue de cette reunion, le porte parole de la délégation de la Course Landaise, Nicolas Vergonzeanne a annoncé :

« Nous avons assisté à la réunion la plus constructive depuis 3 ans, il a été décidé d’un commun accord avec les membres présents de trouver une solution pour la défense de la Course Landaise Des moyens vont être mis en place à l’initiative de la ministre Geneviève Darrieussecq, un rendez-vous va être pris à Paris avec tous les services de l’URSSAF pour un régime pérenne sans soucis pour l’avenir de la Course Landaise. »

Tous les amoureux de la Course Landaise se sont rassemblés sur le sable des arènes de Mont-de-Marsan afin de faire une photo et ancrer cette date historique.

Marie Costedoat/ photos Roland Costedoat

Le député David Habib vole au secours de la course landaise

Le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a décidé de modifier les dispositifs fiscaux et les prélèvements sociaux applicables à la course landaise. « Cette modification, c’est la mort d’une pratique culturelle et festive à laquelle les Landais, les Gersois, les Basques et les Béarnais sont attachés », estime le député de la 3e circonscription des Pyrénées-Atlantiques David Habib..

« Sollicité par la communauté des écarteurs et les organisateurs de courses landaises, j’ai fait part à Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des comptes publics, et Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, de mes vives inquiétudes quant à la pérennité des courses, précise celui qui est redevenu vice-président de l’Assemblée nationale.

« A la veille de la grande mobilisation du samedi 23 novembre à Mont de Marsan et comme mes collègues sénateurs des Landes et députés du Gers (Gisèle Biémouret) et des Landes (Boris Vallaud), je leur ai demandé de ne pas prendre pour argent comptant les propos rassurants de la technocratie de Bercy qui conteste les craintes des organisateurs de courses landaises ».

https://www.larepubliquedespyrenees.fr/2019/11/21/le-depute-david-habib-vole-au-secours-de-la-course-landaise,2628684.php?fbclid=IwAR0cZUdO-OOA5Frl2NP0Npuol99V7VMoEHOuIZ4ELiplWYwnEYUsm9SzHTw

Pour la défense de la Course Landaise, samedi à Mont-de-Marsan

Page 1 sur 2

© 2020 Corridasi - Tous droits réservés