Catégorie : torero Page 1 sur 9

Cristina et Antonio c’est fini!

Cristina Sánchez a annoncé qu’elle avait conclu la relation d’apoderamineto avec Antonio Ferrera, ce qui prendra effet à partir de janvier prochain de l’année à venir, une position confirmée par la matador madrilène elle-même, à travers un bref communiqué de presse.

« Je tiens à vous annoncer, en tant que représentant du maestro Antonio Ferrera, que je mets fin à la relation professionnelle que nous avons entretenue au cours de la dernière saison. Tout d’abord, je tiens à remercier le torero pour la confiance qu’il m’a accordée pour mener sa carrière dans cette saison triomphale en Espagne, au Portugal, en France et en Amérique. Le 5 janvier, après les festivités prévues en Colombie au cours desquelles Antonio Ferrera est annoncé, l’engagement sera résilié par les deux parties. Je remercie également les journalistes et les médias pour l’attention reçue pendant tout ce temps.

Salutations,

Cristina Sanchez.

Talavante et Joselito se séparent

Le torero Alejandro Talavante et José Miguel Arroyo “Joselito” ont décidé de mettre fin à la relation professionnelle qui les unissait depuis janvier 2020. Cela a été communiqué par le torero d’Estrémadure à travers ses réseaux sociaux. La décision a été prise d’un commun accord et cordialement entre les deux parties.

Le camp de la générosité !

Pendant qu’une association animaliste propose 10 000 pour retrouver le crétin qui a pendu 2 renard, nous offrons 17 000 euros au service pédiatriques d’Arles et Nîmes. Merci Marc Serrano. Bénéfice du récent festival taurin de Méjanes où tout le monde a œuvré bénévolement. Remise du chèque ce vendredi soir au domaine de Méjanes. #ouiàlacorrida.

https://twitter.com/b_aller1/status/1598752692133720064/photo/1

“Labrit”, cheval vedette de PHM est mort

La mort du cheval vedette de la cuadra de Pablo Hermoso de Mendoza “Labrit” est intervenue samedi dernier d’un accès de coliques à l’age de 31 ans. Il intervenait lors du tiers de salida et il était d’origine Luso-arabe. Il rejoint de ces chevaux d’exception comme Cagancho, Mazzantini, Martincho, Gallo qui ont brillé dans toutes les arènes du monde.

Après le retrait du projet Caron, déclaration de Sébastien Castella

“Une fois encore, la France a donné une leçon à la tauromachie du monde entier avec une mobilisation de tous les acteurs qui se sont exprimés avec force et élégance, s’est-il exprimé. On a vu que tous, les politiques en faveur de la corrida, les aficionados, les toreros, les éleveurs, ont réussi à s’unir et montrer comment on doit défendre et promouvoir la tauromachie. Déjà, nous étions sereins depuis quelques semaines, mais il était important que les professionnels de la tauromachie soient présents sur Paris et dans tous les médias, ces derniers jours, pour expliquer ce qu’est notre passion et ce que sont nos traditions”. 

Inauguration du local de la peña Christian Parejo

Hommage de Jerez à David GALVAN

Marciano Brena Galan présentant David Galvan dans la bodega Fernandez Gao



La bodega FERNANDEZ GAO était trop petite pour recevoir hier soir toute l’aficion jerezana venue rendre hommage à David GALVAN. Un videoframe préparé par Marciano BRENA GALAN  présentait un résumé de la carrière du jeune diestro de SAN FERNANDO qui fête ses dix ans d’alternative. Issu d’une famille sans attache taurine il frappe à 14 ans à la porte de l’école taurine de JEREZ n’ayant jamais touché ni capote ni muleta et cinq  ans après il prend son alternative des mains de RUIZ MIGUEL avec comme témoins ni plus ni moins qu’Enrique PONCE, une alternative mise au point dans l’avion au retour d’un triomphe de novillero en Amérique du sud où les deux maestros avaient toréé un festival et remarqué le jeune novillero. L’année suivante vient la confirmation à Madrid des mains de Curro DIAZ.

Les triomphes s’enchainent et avec les blessures dont celle de 2016 à MADRID toujours en présence de Curro DIAZ pour la confirmation de Juan ORTEGA. Le mollet transpercé à son second toro ne pouvant quasiment plus se déplacer il donnera l’une de ses meilleures faena dans un terrain des plus réduit par la force des choses. La temporada 2022 fut l’une des plus complètes avec de nombreuses sortie en triomphe, la première en France à AIGNAN les triomphes s’enchainèrent comme le dit le torero sans pression souvent appelé en substitution de torrero blessé ce fut le cos pour OLIVENSA où remplaçant au pied levé MANZANAREZ, il coupe trois oreilles, indultant au passage un toro de Juan Pedro DOMECQ. David GALVAN a triomphé devant toutes les encastes dont MIURA à SANLUCAR DE BARAMEDA, ou VICTORINO MARTIN à ALGECIRAS.
    La soirée s’est terminée par deux fandangos dans la plus pure tradition jerezana et bien sûr autour d’un verre de Jerez de la maison.
     Cet hommage fut aussi l’occasion de rappeler la nécessité des écoles taurines et surtout réclamer la réouverture de la plus ancienne d’Andalousie, celle de JEREZ fermée par décision politique de la municipalité socialo-podemiste, les petits frères de nos L.F.I.

Le maire d’ALGECIRAS , présent à la soirée, et Maria Jose PELAYO candidate à la mairie de JEREZ ont rappelé cette nécessité. On pouvait noter la présence d’afficionados français Marcel GARZELLI de VIC  FEZENSAC ou Charles CREPIN de NIMES. Ce fût l’occasion pour nos amis andalous de se féliciter de la mobilisation de l’aficion française face aux attaques politiques qui a provoqué le retrait du projet d’abolition français.

J. Dupin

SuperLéa dans “On n’est pas couché”

Le Puerto de Santa Maria rend hommage à Padilla

Le ciel peut attendre

Tel était le titre de la conférence d’Antonio RUIZ LOPEZ  dédiée au Maestro Juan Jose PADILLA dans l’hommage que lui a rendu la pea Jose Luis GALLOSO du Puerto de Santa Maria. Plus de cent aficionados portuense ont suivi le diaporama commenté aussi vibrant qu’une faena du maestro. Du jeune novillero de l’école taurine de CADIZ sous le houlette du Maestro LUIS PARA “JEREZANO” au Cyclon de Jerez puis au Pirata toute la carrière de PADILLA fut évoquée. Carrière faite de sang et de sueur marquée par une volonté extraordinaire qui lui permit de dépasser les blessures terribles et en particulier la pire, celle de SARAGOSSE. Jamais PADILLA n’a baissé les bras revenant inlassablement vers la corne dont son corps porte l’empreinte indélébile. 
La soirée fut marquée par l’émotion en particulier lors des remerciements du maestro à tous ceux qui l’ont accompagné dans cette aventure des temps modernes.
    En effet, le ciel peut encore attendre celui qui tant de fois a frôlé la mort.

Texte et photo Jean Dupin

Roca Rey triomphateur pour l’ACTF

L’Association des Critiques Taurins de France section Sud-est s’est réunie et a défini les lauréats de la temporada 2022 dans le Sud-est de la France taurine.

  • Meilleur torero : Andrés Roca Rey.
  • Meilleur novillero avec picadors : « Solalito ».
  • Meilleur corrida de toros : Dolores Aguirre combattue le 16 Juillet à Céret.
  • Meilleure novillada piquée : Desierto.
  • Prix Nimeño 2 : Domingo Lopez-Chaves pour son engagement et sa qualité de lidiador durant plus de 20 ans dans le créneau des corridas “dures”. (Communqué)

Page 1 sur 9

© 2022 Corridasi - Tous droits réservés