Catégorie : non-classé Page 1 sur 48

Communiqué de la FSTF

Ultime hommage à Rodolfo: “La mort du torero”

Une pépite retrouvée sur You Tube où l’on peut voir le regretté Rodolfo Arias entouré notamment de Jacques Durand et de Pepe Linares dans un court signé Eddie Pons.

Alicante, la novillada

Plaza de toros de Alicante. Quatrième de la Feria de Hogueras 2024. Plus de 1/2 entrée. 

Novillos de Fuente Ymbro, de presence inégale mais de bon jeu en général.

KEVIN ALCOLADO, oreille et oreille.

MARCO PÉREZ, oreille et oreille.

JAVIER CUARTERO, ovation après avis et oreille

Communiqué des éleveurs français des toros de combat

Communiqué de Presse

Suite à l’article de José Manrubia paru dans Le Figaro où il renie ce qu’il a été dans le monde du toro, 100% des ganaderos français se mobilisent pour dénoncer l’incohérence de ses propos. La corrida existe depuis des siècles par l’essence même du toro de combat qu’est sa bravoure. Sans cette bravoure, la corrida n’existerait pas.

Communiqué des associations de matadors, banderilleros et picadors

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Les quatre associations et syndicats professionnels de toreros français et espagnols dénoncent les organisateurs et le gérant de Beaucaire.
En engageant directement les picadors et les banderilleros, puis en tirant au sort la composition des cuadrillas, l’association « Associacion taurine beaucairoise » et monsieur Thierry Cazaubon, gérant de la SAS Poderosa, respectivement organisatrice et gérant des novilladas programmées les 27 et 28 juillet 2024, à Beaucaire, portent atteinte aux droits des novilleros et aux usages de la profession qui confèrent à chaque torero le droit d’engager la cuadrilla de son choix, droits garantis par le Règlement taurin municipal de l’UVTF (art. 71.1) et par la Convention collective du secteur.
Afin que cette initiative condamnable ne crée pas un précédent préjudiciable au libre exercice de leur profession, l’Asociacion des Matadors français, l’Association des picadors et banderilleros français, l’Union des Matadors et l’Union nationale des picadors et banderilleros espagnols dénoncent cette violation de leurs droits et présenteront des réclamations auprès de l’Union des Villes Taurines françaises et
devant la Commission permanante de suivi de la Convention collective.

Association des Matadors de Toros Français
Association des Banderilleros et Picadors Français
Unión de Toreros
Unión Nacional de Picadores y Banderilleros Españoles

Le dernier des Malabat lidié à Castenau

La agnaderia landaise a décidé de fermer ses portes. Il y aura un dernier novillo qui sera combattu lors de la novillada sans picador de Castelnau-Rivière-Basse. Un événement à ne pas manquer.

Débuts de Tibo Garcia en Espagne

Cartelazo à Palma

AVEC JEAN YVES BLOUIN: GANADERIA DONA MARIA ANTONIA DE LA SERNA

Petite ganaderia de la région de Colmenar Viejo, la ganaderia Dona Maria Antonia de la Serna appartient à la « Associacion » et ne fait pratiquement jamais lidier de corridas ou de novilladas. C’est une de ces ganaderias qui, selon Thomas Thuries, ( l’auteur du site Terre de toros) permet de conserver vivants des encastes qui n’auraient plus leur place dans la tauromachie car négligés par les empresas et les figuras.

A la mort du ganadero Ignacio en juillet dernier, la ganaderia est passée au nom de sa veuve mais elle est gérée par son fils Jacopo qui a essayé des mayorals professionnels, mais avec trop de déboires et a donc choisi un jeune pour le former afin qu’il devienne le titulaire de l’élevage.

Veaux de la ganaderia MA de la Serna. ©JYB

Le sang d’origine est du Santa Coloma par Dionisio Rodriguez, auquel s’est rajouté du Vega Villar d’où la présence au sein du cheptel de taureaux blancs à bouche noire et de berrendos en cardenos.

V.eau de la ganaderia MA de la Serna. ©JYB

Ces robes sont propices aux attaques de loups, fréquentes car les loups prennent les veaux pour des moutons !

Vache d’encaste Vega Villar et son veau à la ganaderia MA de la Serna. ©JYB

La ganaderia possède 75 vaches de ventre et 25 vaches à tienter, car même si les toros ne vont pas aux arènes, la bravoure des mères est un élément fondamental de toute tauromachie. Les produits sont conservés jusqu’à 4 ans pour être vendus à la rue. Les robes blanches font quasiment l’objet de ventes aux enchères tellement les organisateurs de courses se les disputent!

Jean Yves Blouin in https://facealacorne.fr/

MADRID : PACO UREÑA RESCAPÉ

MADRID le 16 juin 2024 – Corrida hommage à Antonio Chenel « ANTOÑETE » Arène pleine, 30°, soleil et vent .
A l’issue du paseo une minute de silence en hommage à ce grand torero de Madrid disparu il
y a 20 ans.
Toros de JANDILLA, le 3° de VEGAHERMOSA, les réserves de EL PILAR.
535,530,568,564,568,532 Kg. Présentation et cornes de Madrid.
JOSE MARIA MANZANARES, Ovation et Silence.
ALEJANDRO TALAVANTE, Silence et Sifflets.
PACO UREÑA, Silence et Une oreille.
Toros infumables en majorité comme cette année à Madrid.


Le premier manso, sans race et sans charge. MANZANARES s’engage et s’efforce, arrive à toréer de la main droite ce toro fuyard qui lui inflige une cogida sans gravité. Estocade habile, sifflets au toro et ovation au torero.


Le deuxième le meilleur, toréable. TALAVANTE le reçoit à la porte du toril par une larga cambiada très risquée étant donné que le toro ne charge pas à sa sortie, le torée très bien de cape en suivant. Après les piques une série de gaoneras laisse voir la détermination du maestro et du toro . Mais pas d’inspiration ce jour, une faenita de la main gauche profilée et sans intérêt suit les banderilles. Le toro qui faisait l’avion en début de faena s’ennuie et décide d’arrêter son rôle de collaborateur. Il fuit le combat. Pinchazo et estocade. Silence. Dommage.
Le troisième de VEGAHERMOSA faible et ne mettant pas la tête à cause d’un problème de vision dira le matador plus tard. Brindis du centre des arènes à ANTOÑETE. Rien à la muleta. Estocade basse. Sifflets au toro et Silence au torero
Le quatrième de JANDILLA trop faible aux piques, remplacé.
Le quatrième bis de EL PILAR, trop faible également, remplacé.
Le quatrième ter de EL PILAR, faible également mais maintenu en piste. Tombe à chaque fin de série de la main droite de MANZANARES. Mete y saca et estocade. Sifflets au toro et silence au torero.
Le cinquième, de JANDILLA , un « tio » magnifique de presque 6 ans, n’a pas envie de charger après deux piques applaudies, il coupe le terrain aux banderilleros et comme TALAVANTE n’est pas dans un bon jour, il abrège son travail superficiel de la main gauche. Mete y saca, épée et descabello viendront à bout de ce toro vétéran. Applaudissements au toro et sifflets au maestro.


Le sixième, de Jandilla, batailleur à sa sortie et bien reçu de cape par le torero s’avère un retord après ses deux piques, aux banderilles et à la muleta. PACO UREÑA, comme à son habitude s’engage ( trop ) devant ce toro par des séries de la main droite de plus en plus serrées et arrive ce qui est trop fréquent pour ce maestro : Une voltereta qui aurait pu le laisser paralyser car retombant sur la tête en bas. Après avoir repris ses esprits dans la ruelle Paco revient en piste. L’émotion est à son comble, Torero, Toreero scande le public. Après deux ou trois passes dominatrices le matador tue recta le toro par une épée entière. Une oreille amplement méritée pour le courage. Curieux applaudissements au toro.
Voilà, une fois de plus, l’émotion créée par un torero chatié par son toro mais revenant en piste pour montrer à celui-ci qui est le patron entre la bête fauve et l’homme, a sauvé une après-midi bien triste jusque-là .Et puisque cette corrida était donnée en hommage à ANTOÑETE permettez à l’auteur de
cette chronique de saluer lui aussi la mémoire de cette immense torero qui lui a donné, dans les années 80, le bonheur d’assister à Bayonne, avec un toro de Buendia, à la faena la plus complète et la plus pure auquel il a assisté jusqu’à présent, à jamais dans sa mémoire.
EXIR

Page 1 sur 48

© 2024 Corridasi - Tous droits réservés