Catégorie : non-classé Page 1 sur 157

Léganés, Cuellar

Finalement le cycle de Leganes devrait se faire si l’imbriglio sanitaire de dénoue. Voici les catels:

Vendredi 7 mai. Novillada avec picadors: Francisco Montero, El Rafi et Leandro (La Quinta)

Samedi 8 de mai: Javier Cortés, Román y Ginés Marín (El Parralejo)

Dimanche. Concours de recortadores (12.00 h). Cincq novillos (Monteviejo)

                                        Corrida de toros. Enrique Ponce, Emilio de Justo et Juan Ortega (Núñez del Cuvillo)

18.30 h.

Féria de Cuellar:

Le 19 de juin Partido de Resina, Morenito de Aranda, el salmantino Javier Castaño y Gómez del Pilar, Javier Herrero.

20 juin 6 Eduardo  Miura, pour Rafaelillo, Domingo López Chaves et  Javier Herrero.

Torralba

Tentadero en Sanlucar

… devient cygne … Emilio de Justo

Par Inca Virgo Arte

Qui ne connaît pas le conte de Hans Christian Andersen « Le vilain petit canard » ?

Je suppose qu’ils sont peu nombreux les lecteurs, bambins et adultes, qui n’ont pas, au moins une fois, lu ou écouté l’histoire de ce petit volatile qui est rejeté, parce que différent. Aucune chance ne lui est concédée d’être intégré dans la couvée où l’œuf, dans lequel il est naît, a éclos. Alors, pour sa survie, il doit partir, aller dans d’autres contrées où il va grandir en traversant des épreuves. Un chemin initiatique.

C’est un conte… Nous croyons toujours que les contes ne sont que pour les enfants, les petits enfants. Et, à l’âge adulte, nous croyons ne plus être concernés par leur contenu. Pourtant, pourtant, ce que décrit le conte n’est ni plus ni moins que notre vie sociale, une toile sur laquelle le panorama de nos relations d’ombre et de lumière s’étale. Ils sont une source d’enseignements de valeurs…

La trajectoire tauromachique d’Emilio de Justo, – et aussi d’autres toreros ayant connu les mêmes difficultés pour pouvoir toréer et être reconnu-, projette la silhouette de ce conte. Vilain petit canard à qui l’on accordait aucune chance de s’exprimer, est devenu, le CYGNE.

Ce samedi 17 avril, début de la saison, sur le sable de San Luca de Barrameda, avec les élevages de Juan Pedro Domecq et Parladé, le Torero Emilio de Justo a dirigé une symphonie enlevée de passes, à la cape comme à la muleta, réalisant un accouplement d’une sincérité et d’une authenticité intenses avec ses toros. La « juste » compréhension de ses adversaires quadrupèdes lui permettait un « justo » positionnement dans le terrain du duel.

Ancré, zapatillas enracinées dans la terre, sa main guidait une muleta templée, suave, caressant le sable, hypnotisant le fauve séduit. La rigueur de son geste assortie à la souplesse de sa ceinture conférait à ses passes une profondeur mettant en valeur l’expression de la trajectoire du toro. Pas de  fioritures… Une stabilité, une précision, une fermeté, une puissance, drapées d’une élégance marquant le style du toreo classique qui donne à penser au spectateur que tout est aisé.

Emilio de Justo exécute un toreo « justo » d’où émane une pureté enchanteresse, provoquant un frémissement des cœurs.

Dans la matière minérale, inspiré par le toro, partenaire de son combat, Emilio de Justo écrit le conte de son amour pour l’art tauromachique d’une main artiste accomplie.

TORERO …ENHORABUENA !!!

Inca Virgoarte

18 avril 2021

LES CAHIERS DES ÉTATS GÉNÉRAUX DES TAUROMACHIES ANNONCENT LE GRAND DÉBAT


Les travaux se poursuivent avec aujourd’hui la publication des « Cahiers des États
généraux des Tauromachies » accessibles en cliquant ICI.
Ce document reprend les résultats de la consultation initiée dès la fin 2019 face à la
grave situation des Tauromachies. C’était avant que la pandémie ne frappe et
n’impose encore plus la nécessité de profonds changements pour assurer l’avenir de
notre passion.
Les « Cahiers » clôturent la phase consultation et engagent ce qui doit être la suite
de la démarche. Les sujets qui ont émergé sont accompagnés de propositions
d’actions et de l’identification des personnes ou institutions susceptibles de les
conduire.
Ce contenu guidera le Grand Débat du jeudi 29 avril 2021 – 18h30.
Vos réactions, analyses, questions et votre préinscription peuvent être adressées aux
organisateurs au moyen du mail suivant :
etatsgenerauxdestauromachies@gmail.com
Si vous souhaitez participer, merci de le faire avant le 26 avril 2021. Vous recevrez
alors le lien vous permettant d’accéder à la visioconférence.
Communiqué de la FSTF

Riposte!

Nouveau départ en Equateur

La novillada des Arsouillos reportée au mois d’octobre

Dans un communiqué la peña Los Arsouillos d’Aire-sur-l’Adour a décidé de reporter sa traditionnelle novillada du 1er mai au mois d’octobre prochain.

Il s’agira d’une novillada concours avec du bétail français de Yonnet, Turquay et Astarac et trois élevages espagnols José Escolar, Flor de Jara et Agustinez.

Pour ce qui concerne les novilleros, le cartel prévu en 2020 est reconduit : Carlos Olsina, Montero et Manuel Diosleguarde.

Paseo prévu à 16 heures.

Bolaños de Calatrava, le talent d’Esaü

Bolaños de Calatrava dimanche (Ciudad Real). Presque plein, selon les limites de capacité liées à la pandémie. Corrida télévisée par CMM TV

6 toros d’Albarreal

MANUEL ESCRIBANO, silence après avertissement et palmas.

Esau Fernández, Manuel Escribano, Mario Sotos, Bolaños de Calatrava, Ciudad Real
Photo Mundotoro

ESAÚ FERNÁNDEZ , deux oreilles et silence.

MARIO SOTOS , oreille et ovation après avis.

Correctement présentée la corrida d’Albarreal, armée diversement, a eu un comportement décevant dans l’ensemble allant de mas à menos et finissant aux planches : un manque de race caractérisée. Il y eut une belle exception, le second noble, encasté, humiliant avec de la classe; le troisième alegre est à sauver aussi.

Manuel Escribano hérita du mauvais lot. Le torero de Gerena aurait dans une autre circonstance fait contre mauvaise fortune bon cœur, il semblait ailleurs et peu enclin à transformer le plomb en or ce soir là. Il y avait peu à faire il est vrai avec cette débile opposition. Il banderilla avec facilité ses deux adversaires et reçu à genoux le second. On mettra à son crédit un estoconazo à son second. C’est sa marque de fabrique et ça n’est pas rien. Pour le reste, même quand il ne se foule pas, il ne manque pas d’officio et se sort avec une certaine désinvolture des situations pénibles comme celles là.

Grande tarde d’Esaü Fernandez, qui a réalisé une faena complète, dominatrice et artistique face au second, le meilleur de la tarde. Il su s’accorder aux charges lentes de l’animal qui répétait; toréant par le bas avec temple, développant ainsi le meilleur du toreo andalou: la douceur maîtrisée. Son travail de plus fut construit avec sérieux, sans excès, ni effets, juste l’expression la meilleure du toreo artistique. Esaü nous avait plu lors de son passage à Samadet en 2019. « Bon sang ne saurait mentir » le torero de Camas chasse de race et mérite plus d’opportunités. L’épée un poil desprendida l’a privé d’un succès plus notable encore. Du second toro, il ne put rien tirer.

Très vert encore Mario Sotos qui eut peine à se hisser à la hauteur du bon troisième et qui ne put rien face au dernier, sans race, parti aux planches rapidement. Ce n’est que sa quatrième apparition en costume de lumière on sera donc indulgent. Il a beaucoup à apprendre.

Un mot pour conclure pour le travail réalisé par CMM TV https://www.cmmedia.es/programas/tv/toros/videos/1_k1kp8tkn/ qui fêtait à cette occasion sa 1001 retransmission télévisée, sous la houlette de Juan Martin de Blas. Avec des résultats d’audience remarquables. Bravo! Que serait la corrida sans eux ? Et nous que serions nous sans leurs retransmissions ? Ils nous permettent de garder un lien avec ce monde que nous aimons tant. Il est juste de les féliciter et de les remercier.

Pierre Vidal

Mérida décevante corrida de luis Algarra

Plaza de toros de Mérida (Badajoz). Samedi. Lleno de l’aforo autorisé.

Toros de Luis Algarra, disparates de présentation et de jeu décevant marqué par le manque de race

JULIÁN LÓPEZ ‘EL JULI’, ovation et ovation 

Image

JOSÉ MARÍA MANZANARES, oreille et silence 

Pablo Aguado silence et ovation

Page 1 sur 157

© 2021 Corridasi - Tous droits réservés