Catégorie : torero Page 2 sur 12

Victor Cerrato: “Pour moi, la France est un des piliers fondamental de la fiesta”.

A Cebreros, en naturelle

 Victor Cerrato est un jeune novillero qui vient de passer quelques jours en France. Sa carrière est dirigée par le gersois Gérard Ducès. En 2020 il a participé au concours de novilladas sans chevaux de Canal Sur, ajoutant 3 festivals avec un bilan de 3 oreilles. L’année suivante, il a toréé 14 novilladas, obtenant 24 oreilles et 4 queues. Il convient de mentionner qu’il a triomphé au concours des écoles taurines de la province de Cadix. En vue l’an dernier, il a triomphé notamment à Cebreros et à Tudela où il a reçu le prix du meilleur novillero. Le jeune homme s’est produit en privé chez Jean Louis Darré où il a laissé une bonne impression à ceux qui ont pu le voir -plusieurs critiques taurins notamment- et il a également participé avec succès à une fiesta campera chez Tardieu dans le sud-est. Nous l’avons rencontrer il y a quelques jours en compagnie de son mentor; laissons-le se présenter :

Je suis originaire d’une cité de la banlieue de Madrid, Léganes. Je suis né le 5 janvier 2004. Dans ma famille il y avait deux taurins avant moi : mon grand-père qui avait beaucoup d’aficion qui se produisait dans les villages de Guadalajara, dans les capeas et il transmit cette passion à mon père. Ce dernier fut matador de toros et aujourd’hui il est banderillero.

-Comment se sont déroulés tes débuts ?

J’ai débuté très tôt : la première vache devant laquelle je me suis mis, j’avais quatre ans. Une vache de Zacharia Moreno où un de mes oncles était invité à une tienta et il me mit devant elle. J’ai eu alors une sensation que je n’ai jamais retrouvée par ailleurs. J’ai débuté à l’école taurine de Navas de Sans Juan (Jaen) durant deux ou trois ans et après je suis allé à l’école taurine de la Linea de La Concepcion avec le Maestro Juan Carlos Landrove. J’y ai débuté comme novillero sans picador et j’y suis toujours inscrit. J’ai effectué les dix novilladas sans picadors et un festival et je suis passé en piquées. La temporada dernière j’ai tué vingt novilladas piquées ce qui me place au huitième rang de l’escalafon et le premier de ceux qui ont débuté en 2022.

-Comment situer ta manière de toréer ?

Je ne me situe dans aucune catégorie. Je suis attiré aussi bien par le courage que par l’art tout possède son intérêt : donc je ne me fixe pas sur un concept particulier. Je veux être un torero complet qui domine tous les tiers et qui le fasse de bonne manière. Je compte pour commencer continuer à banderiller par exemple. Je pense que c’est important cela rajoute au spectacle. Je dis seulement que je vais bandériller à mes débuts car on ne sait pas comment les choses évoluent. Je ne crains pas de combattre des ganaderias difficiles ; car je pense que chaque toro a sa lidia. Et si on me le proposait cette année je serais enchanté.

-Quels sont tes objectifs ?

Aujourd’hui l’objectif c’est aller à Madrid. Et en fonction de ce qui va se passer à Madrid je voudrais prendre l’alternative après ; dès cette année. Pour ce qui est de Madrid, nous avons parlé avec les organisateurs qui nous ont dit que la chose se ferait au cours de l’année. Il va falloir que l’on reprenne contact avec eux pour voir s’ils peuvent nous mettre dans les toutes premières novilladas.

Qu’attends-tu de la France ?

Pour moi, la France est un des piliers fondamental de la fiesta. J’ai l’impression qu’ici on vit la tauromachie avec beaucoup plus d’intensité. C’est un pays qui vaut la peine et j’aimerais beaucoup y débuter. Jusqu’à maintenant nous avons été plusieurs fois au campo, au Camino de Santiago et chez Tardieu. Cela a été très positif  mais jamais je ne m’y suis encore produit en public en France.

-Comment prépares-tu cette temporada ?

Pour le moment j’habite dans une finca tenue par Juan Sanchez l’apoderado de Finito de Cordoba. à Villamanrique dans la province de Ciudad Real pour prépare cette temporada qui sera fondamentale pour ma carrière. Je suis très mentalisé. Je sens que mon toreo progresse. Je sais qu’il y a de la concurrence mais je ne pense pas à mes compañeros je pense seulement à mes succès à venir”.

Itw Pierre Vidal

Banderilles à Tudela

El Rafi dans le sud-ouest

L’Association des Matadors de toros Français solidaires de la bouvine

Avec Parejo

Manolo Vanegas nouveau projet au Venezuela

Manolo Vanegas conduit un nouveau projet au Vénézuela Manolo Vanegas, dans la continuité du Festival organisé à Vauvert, a créé un certamen pour les écoles taurines dans son pays d’origine, le Vénézuela. Il s’appellera « Le bonheur d’un torero ».

Décès de Mondeño

Le matador de toros Juan Garcia Mondeño vient de mourir d’une longue maladie à son domicile de Sanlucar La Mayor à l’âge de 89 ans. Il s’agit d’un des toreros les plus importants des années soixante qui aura été présent dans toutes les grandes arènes avec succès. Il pratiquait un toreo vertical, un hiératisme frappant qui l’inscrit comme un des précurseurs de la tauromachie moderne. Il a défilé avec les figuras de l’époque El Viti, Paco Camino ou El Cordobés.

Novillero aux origines andalouses modestes, il avait ouvert la Porte du Prince et pris une alternative de luxe toujours à Séville, le 29 mai 1959 avec Antonio Ordóñez comme parrain  et Manolo Vázquez comme témoin. Il est connu aussi pour sa vie romanesque puisqu’après une première partie de carrière triomphale il devint moine au couvent de Caleruega auquel –dit-on-, il confia aussi les gains substantiels qu’il avait acquis sur le sable des arènes.

Mondeño revint dans l’arène abandonnant le froc monastique pour faire une seconde carrière dans l’arène. Par la suite il vécut un temps à Paris et enfin il prit une retraite définitive dans son Andalousie élisant domicile à Sanlucar La Mayor où il est décédé. Pour ma part l’ayant vu dans mon enfance, à l’âge de 13 ans, triompher à Pampelune, je garde le souvenir d’un torero à la forte personnalité qui a marqué le jeune aficionado que j’étais. Je ne suis pas un cas unique. On parle souvent de toreos hétérodoxes, il en était un assurément dans la vie comme en piste.

Qu’il repose en paix.

PV    

Marco Perez à Manizales: “ils m’ont utilisé”

Après Cali où il était annoncé, le jeune Marco Pérez, jeune torero prodige, très attendu par l’aficion locale a du être déprogrammé aussi, à la dernière minute. C’est un ukase venu directement du nouveau président Petro, ex-leader des guerilleros des Farc – qui prétend s’appuyer sur la “théologie de la libération”-, fait une fixette contre la corrida (c’est plus facile que de lutter contre les “narcos”), qui a interdit au jeune prodige de se produire ce qui est une grosse déception comme il l’explique dans un communiqué:

Photo mundotoro.com
"Ils m’ont utilisé.

Les politiciens actuels en Colombie veulent mettre fin à La Tauromachie et ont utilisé mon nom pour faire la propagande de leurs intérêts.

Il y a un an, j'ai pu combattre sans aucun problème à Manizales, une nuit que je n'oublierai jamais à cause de l'amour de cette aficion. Pour cette année, il avait un visa fait correctement, toutes les autorisations pertinentes et un million d'illusions pour retourner combattre en Colombie.

Je suis arrivé en Colombie avec mes parents et mon avocat, et je constate qu'ils me disent qu'ils ne me laissent pas combattre pour me protéger. C'est faux. Ils ne me protègent de rien, ce qu'ils font c'est m'utiliser et briser tous mes rêves et toutes mes illusions.

Je voulais faire mes débuts à Cali et de revenir à Manizales. Je remercie de tout cœur les responsables, Alberto García, de Tauroemoción Colombia, à Cali ; À Juan Carlos Gómez de Cormanizales, à Manizales, ainsi qu'à Felipe Negret pour son soutien et son aide. A eux tous, merci, pour votre confiance et votre soutien.

Pour tous les éleveurs et professionnels colombiens, et pour tous les aficionados, je vous encourage à continuer à défendre notre culture et nos valeurs. Je vous envoie et vous souhaite beaucoup de force pour faire vivre La Tauromachie à l'avenir.

Et aux politiciens qui m'ont utilisé et qui ont joué avec mes illusions, dites-leur qu'ils ont atteint leur but mais pour peu de temps. Dans quelques mois j'aurai 16 ans et je serai avec les aficionados colombiens pour défendre la tauromachie et la liberté.

J'aimerais pouvoir combattre un jour à Bogotá, le faire aussi à Medellín et dans d'autres arènes colombiennes qui sont maintenant fermées. Nous allons défendre notre culture, nous allons défendre la tauromachie et nous allons défendre la tauromachie colombienne. La prochaine bataille, nous la gagnerons.

Signé : Marco Pérez'.

Lalo de Maria blessé à la main à Manizales

Le novillero Lalo de María se remet favorablement de l’intervention chirurgicale qu’il a subie à la main droite mardi après-midi à Manizales, après laquelle les médecins ont prescrit une quinzaine de jours de repos; comme l’a assuré à mundotoro.com José Antonio Campuzano son apoderado : «Ils nous ont donné 15 jours d’invalidité. Notre intention est de pouvoir combattre à nouveau dans 20 ou 25 jours”. RAPPORT MÉDICAL DE LALO DE MARÍA : « Blessé par une corne de taureau à la main droite. Plaie dans l’éminence thénar, avec lambeau cutané, avec section complète du court fléchisseur du pouce, déchirure partielle du long fléchisseur du pouce. Compression due à un hématome de branche ternaire sans solution de continuité. Aucun signe d’infection ou de contamination ou de sécrétions”.

Lalo a été blessé en entrant tuer son second toro qui lors d’un derrote l’a blessé à la min droite l’empêchant de tuer l’animal. Il avait laissé avant cela une très bonne impression. Nous lui souhaitons un prompt rétablissement.

Nouvelle peña Castellani

Création de la peña Clemente Jaume

En ce début 2023, CLEMENTE JAUME vous souhaite une bonne et heureuse année.
CLEMENTE après avoir fait ses classes à l’école taurine de Béziers, a été pris en charge par le maestro Jose Igniacio Ramos et c’est donc à San Martin De Valdeiglesias dans la province de Madrid qu’il s’entraine à présent.
Notre jeune torero biterrois a réalisé une temporada 2022 prometteuse au cours de laquelle il a toréé 15 novilladas et coupé pas moins de 18 oreilles. Peu programmé à ce jour en France, il a pourtant effectué quatre paséos  à Boujan, Tarascon, Millas et Istres et reste inédit dans le sud ouest. La temporada 2023 s’annonce donc extrêmement riche, CLEMENTE devrait toréer cette saison plus d’une vingtaine de novilladas.
Ainsi, un groupe d’amis et de membres de sa famille ont décidé de créer une peña destinée à le soutenir dans le développement de sa prometteuse carrière afin de lui apporter un soutien moral, une aide matérielle et surtout de lui permettre de s’entraîner au campo.
Toutes les personnes souhaitant soutenir CLEMENTE dans cette nouvelle temporada et partager des moments taurins, festifs et conviviaux autour de lui seront donc les bienvenus lors de la soirée de lancement de la Peña CLEMENTE JAUME qui aura lieu courant mars au domaine SAINTE CECILE à Pézenas
Les renseignements vous seront communiqués ultérieurement mais vous pouvez dès à présent entrer en contact avec nous.

Charot Fabien/ Capillaire Francois / Faisant Charlotte

penaclementejaume@gmail.com

© 2023 Corridasi - Tous droits réservés