Plus de 300 000 personnes se sont rassemblées hier devant le monument emblématique de l’Ange de l’Indépendance pour se rendre au Zócalo de la capitale dans une marche pacifique pour faire remarquer aux autorités que les corridas, les combats de coqs et les spectacles qui font partie des traditions mexicaines ont une importance qui ne doit pas être ignorée par les autorités, les juges et les personnes qui cherchent à interdire une activité légale et qui génère Je soutiens des milliers de familles et beaucoup de l’argent des impôts. De plus, la tauromachie permet la santé environnementale, puisque les plus de 200 fermes du pays sont des zones écologiques et protégées par les éleveurs de taureaux de combat eux-mêmes.

Des éleveurs dirigés par Ramiro Alatorre, président des éleveurs de taureaux de combat, tels que Germán Mercado, Eduardo Martínez Urquidi, Pablo Suárez, Manuel Sescosse, entre autres, tous issus de la première lignée bovine du Mexique, étaient là. Dans la lignée des matadors, il y en avait beaucoup, certains déjà à la retraite, d’autres aujourd’hui, ainsi que des novilleros et des aspirants. “El Payo”, Arturo Saldívar, José Mauricio, José Luis Angelino ; son frère Angelino de Arriaga, Fermín Rivera, Manolo Mejía, Pepe Díaz, pour n’en nommer que quelques-uns, ont mené cette marche à laquelle ils ont accompagné les galleros qui ont déjà été interdits de toutes sortes de spectacles.

Comme cela s’est produit avec les plus de 30 000 signatures recueillies il y a quelques mois, il a été une fois de plus démontré que la tauromachie n’est pas une minorité qui devrait être disqualifiée et donc, offensé par les juges et les autorités qui cherchent à ce qu’il y ait des gens sans les moyens de subsistance nécessaires..

« La tauromachie est une grandeur et nous ne pouvons pas permettre à des gens qui ignorent tout cela de faire ce qu’ils veulent de la fête. Ils ont besoin de savoir que la vie du taureau de combat leur permet d’être les gardiens de vastes étendues de terre et d’espèces animales comme le puma, le cerf, le sanglier, le renard, parmi tant d’autres, il faut donc remettre les choses à leur place en faisant la vérité et en terminant par les mensonges que les “animalistes” professent de manière irresponsable.

“J’espère aussi que la Plaza México rouvrira ses portes car c’est la cathédrale de la tauromachie et c’est là que nous, les toreros, pouvons-nous montrer”, a déclaré Pepe Díaz, un torero qui, depuis quelques mois, a commencé un combat personnel dans lequel même Il a a affronté le député Jesús Sesma, qui est le principal instigateur du fait que des milliers de personnes se retrouvent sans moyens de subsistance en interdisant le parti brava.

Les autorités du gouvernement municipal, par l’intermédiaire du sous-secrétaire Inti Muñoz, ont reçu les différents dirigeants des groupes qui ont défilé pour écouter leurs demandes.

Source https://www.mundotoro.com/