Mois : août 2020 Page 1 sur 15

Añover de Tajo, vérité et courage de Guiterrez

Plaza de toros de Añover de Tajo (Toledo). Lundi. Deuxième corrida de feria. Plus de 3/4 de la jauge autorisée. Corrida télévisée par CMMTV.

Novillos de San Isidro.

FRANCISCO MONTERO, ovation et silence

RUBÉN FERNÁNDEZ, ovation et silence après avis.

Image

LEANDRO GUTIÉRREZ, qui débutait avec les picadors ovation après avis et deux oreilles

Salut de la cuadrilla de Leandro Guiterrez au sixième Rafaël Gonzalez pour sa brega sensationnelle, David Adalid et Jesus Arruga pour leurs paires de banderilles.

Impressionnante novillada de San Isisdro sur le point de faire quatre ans, haute, pas toujours rématée mais très armée. Un ensemble exagéré, c’est sur, pour une arène de 3ème catégorie compte tenu de l’inexperience des trois jeunes gens notamment de celle de Leandro Guiterrez qui débutait avec les castoreños. Il fut néanmoins le plus capable… On ajoutera que le novillada a donné un jeu dur pour les toreros, se réservant, querenciosa, ne rompant qu’avec parcimonie. Sans classe. Une exception pour le quatrième, toro plus complet qui assura un bon tiers de pique.

Les jeunes gens ont montré leur désir de plaire. Montero dans un style tremendiste gâché par un effectisme superflu et un peu racoleur. Ruben Fernandez dans une ligne plus orthodoxe ne put s’imposer devant aucun de ses deux adversaires. Il tua avec beaucoup de difficultés.

Très au dessus du trio le jeune colombien Leonardo Guiterrez qui avait déjà fait forte impression sans picador dans le sud-ouest, s’imposa par son courage remarquable, la vérité de son toreo et son entrega totale. Il fut pris deux fois lors de son second trasteo, très émouvant, conclu par une estocade fulminante. Il avait été remarquable à la cape, dans un style classique, avec classe.

Il faudra compter avec lui.

PV

Le retour des écarteurs et sauteurs à Dax

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte

4 Octobre 2o20 – ça va bouger du côté des Arènes de Dax //🔴⚪️N’ayant pas pu, pour raison sanitaire, organiser la Feria 2020 et donc le traditionnel Grand Concours Landais, la Ville de Dax et la Commission Course Landaise de la Régie des Fêtes vous donnent rendez-vous le Dimanche 4 octobre à 15h30 pour « Le Retour des Champions ».

8 acteurs, déjà vainqueurs de la Coupe Tauromachique de la ville de Dax s’affronteront de nouveau dans les Arènes de la cité Thermale face aux coursières des Ganaderias Armagnacaise, Dal, Dargelos et Deyris.

5 écarteurs :Cyril Dunouau (Dal) Dax 2008 & 2014 + Champion de France en TitreLoïc LAPOUDGE (Deyris) Dax 2005, 2006 & 2009 + Champion de France 2007, 2008, 2016 & 2017Mathieu Noguès (Armagnacaise) Dax 2010 & 2018 + Champion de France 2010, 2011, 2013 & 2014Alexandre Duthen (Dargelos) Dax 2015 + Champion de France 2015Thomas Marty (Dal) Dax 2016 Remplaçant : Rémi Latapy (Armagnacaise) Dax 2013

Les 5 sélectionnés affronteront 8 coursières, 2 par Ganaderia, dont SOLTERA la Corne d’Or 2018 & 2019 de la Ganaderia Dal.

3 sauteurs :Kevin Ribeiro (Deyris) Dax 2018 & 2019 + Champion de France 2018 & 201 9Louis Ansolabehere (Armagnacaise) Dax 2009, 2010, 2012 & 2016 + Champ France 2009 & 2012David Laplace (Deyris) Dax 2011 + Champion de France 2013

Les 3 sélectionnés affronteront 2 coursières pour la compétition + une en sortie Festival

.Pour respecter le protocole sanitaire mis en place par la FFCL, les entrées se feront uniquement en gradin et sur présentation d’un billet. Une place restera libre entre chaque spectateur et le masque sera obligatoire durant toute la durée de la compétition.⛔️ Aucune invitation et aucun accès talenquère ne sera distribué

Réservations et Renseignements à la régie des fêtes de Dax au 05 58 909 909

Yecla (Murcie)

IMG-20200826-WA0001

Añover de Tajo, grande dimension de Juan Leal

Plaza de toros de Añover de Tajo. Dimanche. Première de feria. Corrida télévisée par CMMTV. 1/2 arène.

Toros de Murteira Grave. Un sobrero du même fer ; 2ème bis

 SERGIO SERRANO, oreille et ovation 

JUAN LEAL, ovation après avis et silence après avis 

JOSÉ GARRIDO, silence et deux oreilles.

Ovation au picador Oscar Bernal au sixième.

Corrida remarquablement présentée de Murteira Grave, au trapio impressionnant, très armée. Elle aurait pu sortir dans une arène de première catégorie. Tous les toros ont été applaudis à leur sortie et le sixième reçu une ovation forte à l’arrastre.  Le jeu de l’ensemble fut fidèle à sa réputation compliqué et âpre sauf le premier ; le second se laissa faire, le dernier fut spectaculaire par sa mobilité, son entrega. Le autres se défendirent sans jamais rompre et finirent immobiles.

Faena ferme et bien conduite de Sergio Serrano, sans fantaisie mais efficace à son premier passage conclue par une entière. Le quatrième ne donnait aucune option, il eut le mérite de ne pas céder et d’en finir dignement avec le portugais.

Travail de grand niveau de Juan Leal au premier qu’il consentit et qui finit par se livrer. Très engagé, pratiquant un toreo de vérité, le travail de Juan eut beaucoup de mérites. Il raccourcit les terrains et avec une sérénité remarquable  provoqua les charges courtes du Murteira qui n’avait rien de docile ni d’évident. Il tua en deux fois et ne reçut pas le prix de son courage. Le cinquième, plus mauvais du lot n’avait aucune fixité et fuyait les leurres. Il s’en vit pour l’occire.

Beaucoup de difficultés aussi pour José Garrido à sa première rencontre devant un animal rétif et vite immobile face auquel il ne put rien bâtir d’intéressant. En revanche le sixième avait une charge violente mais spectaculaire il partit de loin en poussant sous le cheval. José brilla alors à la cape dans un style allègre, vivant sans vulgarité rematant ses quites avec toreria. Il mit ainsi le public de son côté. La faena connut des hauts et des bas face à un animal compliqué mais qui permettait tout de même de lier des séries et qui donnait de l’émotion pr sa violence. Garrido termina par une entière émouvante en sortant bousculé. Il coupa deux oreilles, concluant la soirée sur une note positive.

PV

Linares, la jeunesse triomphe

Plaza de toros de Linares (Jaén). Dimanche.

Toros de Luis Algarra, le second vuelta al ruedo, Parladé (4º bis et 5º) et Juan Pedro Domecq (6º).

JUAN ORTEGA, silence et deux oreilles,

ÁLVARO LORENZO, deux oreilles et oreille

DANIEL CRESPO, palmas et oreille.

Andrés Revuelta et José Ángel Muñoz saluèrent au quatrième.

Sanlucar, grave blessure de Jésus Rivero

Sanlúcar de Barrameda (Cádiz). Dimanche. Coso de El PinoPlein de l’aforo autorisé.

Deuxième novillada « del Circuito de Andalucia ».

Novillos de Rocio de la Camara

FERNÁNDEZ RÍOS, Vuelta et Palmas. 

photo Eva Morales Mundo toro

JESÚS RIVERO, Vuelta et blessure. 

CURRO ORTÍZ, Silence après avis et palmas. 

Au cinquième toro tous les banderileros de la cuadrilla de Jesús Rivero ont salué:  Juan Rojas pour la lidia, Santiago Muñoz et David Pacheco aux banderilles.

Grave blessure de Jesus Rivero au genoux droit. Il a été opéré sur place dans un premier temps. Pronostic grave. 

Parte facultivo:‘Cornada región gluteo derecho con dos trayectorias cada una de 10 centímetros y traumatismo costal derecho. Se intervinie en la misma enfermería de la plaza bajo anestecia regional y se traslada as Hospital Comarcal Virgen del Camino de Sanlúcar de Barrameda’. Pronóstico: Grave.  

Journée au campo

Feria du riz: novillada arlésienne

Image

FERIA DU RIZ 2020 – du 11 au 13 septembre DIMANCHE 13 SEPTEMBRE – 11H00 NOVILLADA ARLESIENNE 2 Yonnet – 2 Fernay ADAM SAMIRA – TRISTAN ESPIGUE (qui débute en novillada piquée) 2 Jalabert FABIEN CASTELLANI (école taurine d’Arles)

Quand il est mort le poète…

Image

Décès du poète, Jean-Pierre Vidal, grand aficionado, il fut aussi l’animateur des nuits des férias nîmoises. Il fit beaucoup pour leur renommée, toujours avec humour et élégance. Nous le regrettons déjà…

Quand il est mort le poète
(Le poète)
Tous ses amis
(Tous ses amis)
Tous ses amis pleuraient

Gilbert Bécaud

In memoriam

Il y a 35 ans disparaissait El Yiyo à Colmenar Viejo. Victime d’un coup de corne dans le cœur par le toro Burlero de Marcos Nuñez. Regrets éternels et occasion de rappeler la belle oeuvre sur ce drame du grand poète gascon Bernard Manciet, Per el Yiyo, Bordeaux : L’Escampette, 1996.

Page 1 sur 15

© 2020 Corridasi - Tous droits réservés