site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

LOGRONO, UN "NON INDULTO" POLÉMIQUE

  



Grande corrida de Victorino Martin, samedi à Logroño : bien présentée, dans le type, homogène; le sixième aux armures impressionnantes. Deux grandes faenas de Juan Bautista qui a tutoyé les sommets à la cape comme à la muleta: varié, sobre et élégant, sans aucun déchet et grand tueur. Franchement il est difficile de faire mieux et beaucoup s’interrogeaient à la sortie: pourquoi ne lui-a-t-on pas accordé la queue ? Sans doute cela n’est pas dans la tradition riojana... cela ne l’était pas non plus à Mont-de-Marsan et pourtant le président, Jacques Gruet, n’a pas hésité à décerner cette récompense suprême le jour des La Quinta. Quand c'est bien, c'est bien et il faut marquer le coup. Juan, admirable, coupant trois trophées au total, est sorti dans un délire triomphal. Comme disait le regretté Manzanares père: « eso hace aficion »

Il y eut pour « Verdadreo », negro entrepelado bragado né le 01/13 et pesant 517 kilos, second élément de ce lot magnifique, une forte pétition d’indulto. Juan Bautista se tourna à plusieurs reprises vers la présidence qui se montra inflexible et envoya deux avis. Pendant ce temps la pétition grondait, montant d’un cran à chaque seconde rapprochant Verdadero de la mort. Dans le callejon, Victorino Junior faisait signe au matador de tuer l'animal. Parole d'éleveur respectable. L’arlésien s’exécuta d’un magnifique recibir, le toro mourant en brave, bouche fermée, solide sur ses pattes jusqu'à la fin et roulant comme une balle ensuite : sin puntilla. Il fut récompensé par un une vuelta posthume émouvante – c’était le moins !

Ainsi le règlement était justement respecté et il n’y aurait pas de polémiques sur le thème : " ce toro méritait-il oui ou non sa grâce ?" (Il y en eut pourtant...) Brillant sous la muleta, « Verdadero » a pris deux piques sans éclat. Dont acte… Il se révéla par la suite: humiliant, répétant ses charges sans naïveté et avec de la transmission. Ce « non indulto » pose pourtant deux questions à nos yeux. Le refus présidentiel place le matador dans une position délicate. A chaque fois que Juan se profilait pour tuer il entendait un chahut terrible qui s’adressait plus à lui qu’au président bien à l’abri des lazzis dans sa «cahute ». Le matador céda ainsi à la demande du "respectable" à plusieurs reprises et le toro repartit avec alegria et détermination pour une ou plusieurs séries enthousiasmantes. Que faire ? Il fallut tout le sang-froid et la force morale de Juan Bautista pour donner à "Verdadero" une mort digne de ses qualités. Il y parvint. L’issue fut triomphale. Elle aurait pu être tout autre dans d'autres mains.

Et le public, ce respectable -comme on le disait autrefois-, ne s’est-il pas senti frustré ? Incompris ? Il paye et ses demandes –fussent-elles injustifiées- ne sont pas prises en compte. Ainsi ses désirs, ses rêves ne sont pas entendus. C’est une autorité suprême, qui lui est étrangère en tout, qui décide de ce qui est bien ou mal à sa place. Après la mort de "Verdadero", le palco entendit une bronca de gala et, comme le dit le proverbe : « L'autorité qu'on méprise est bientôt bravée ». Cela vaut la peine d’y penser…
Pierre Vidal

Logroño (La Rioja). Feria de San Mateo. Toros de Victorino Martín, bien présentés, encastés, braves et qui embistaient. la vuelta al ruedo au second
Curro Díaz, oreille et silence;
Juan Bautista, deux oreilles après deux avis et oreille;
Román, silence et silence.
Entrée: Media plaza.
Sortent à hombros Juan Bautista, Victorino Martín et Félix Majada, mayoral de la ganadería
En grand professionnel Victorino Martin a refusé que le second soit indulté.
L'arlésien , le ganadero et le mayoral sont sortis à hombros.


CASARRUBIOS DEL MONTE (Tolède). Moins de 1/2 plaza.
Novillos de Mariano León, le 3ème vuelta al ruedo.
Salvador Barberán, oreille et silence.
Mathieu Guillon, ovation et salut.
Esaú Fernández, deux oreilles et deux oreilles.

Le: 12/09/10
Arles samedi, deuxième de féria. Lleno.

Toros de Daniel Ruiz, et un pour rejones (1º) de Palla.

El Juli, oreja, oreille, deux oreilles et deux oerilles .
Juan Bautista, oreille, deux oreilles et deux oreilles.
Manolo Manzanares, silence.

Le: 11/09/10
Le corps du picador Luis Antonio Vallejo "El Pimpi" a été retrouvé sans vie ce matin dans la banlieue de Salamanque par la police. Le picador installé dans le sud-ouest de la France avec sa cuadra devait piquer hier aux ordres de Thomas Dufau à Salamnque, selon le site burdalero.com il avait quitté le sorteo en taxi et ne s'était pas présenté à la corrida. Cette nouvelle a provoqué un choc ce matin quand elle a été connue, dans les arènes de Dax où il avait de nombreux amis.

Le: 11/09/10
Dax samedi matin, 2/3 d'entrée: 4 novillos de Camino de Santiago, bien présentés, nobles mais juste de force
Roman: silence et vuelta après avis.
Juan David Garzon : silence et un avis et sifflets après deux avis.

Débuts de Toros y Salas déçevant. Novillos manquant de force et novilleros encore trop vert pour ce genre de rendez-vous. Les meilleurs moments à la charge de Juan David Garzon au dernier le plus maniable; le jeune madrilène a perdu l'oreille à l'épée.


Le: 11/09/10
Changement ce matin pour la novillada sans picador: novllos de Santiago de Camno pour Juan David Garzon et Roman. Her gros succès de la "Nuit du toro". Lleno total.

Le: 11/09/10
 «  1  2  3 ... 2252  2253  2254  2255  2256  2257  »