site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

NIAISERIE DE NOEL

  


Le toro de combat dans son environnement, ici les Pedraza pour Vic



Noël arrive et avec cette belle fête des tonnes de niaiseries. Noël cela devrait être la Fête de la réconciliation, des retrouvailles ; celle des enfants… la célébration du mystère : c’est devenu la foire à la consommation, à la vente forcée et parfois à la débilité pur et simple. Ainsi va le monde et sans doute faut-il faire avec. La dernière de ces stupidités est née d’un grand studio d’animation et s’appelle « Ferdinand ». Vous allez en entendre parler car cela surfe sur la campagne sans précédent des animalistes qui a trouvé de nombreux relais dans les médias ; souvent stipendiés…

Voici comment est présenté le synopsis : « Ferdinand est un taureau au grand cœur. Victime de son imposante apparence, il se retrouve malencontreusement capturé et arraché à son village d’origine. Bien déterminé à retrouver sa famille et ses racines, il se lance alors dans une incroyable aventure à travers l’Espagne, accompagné de la plus déjantée des équipes ! » Vous voyez d’ici le projet : la caricature est double celle de l’animal auquel on prête des sentiments humains (bêtise, lâcheté, grandeur d’âme etc.) et celle de l’Espagne et de ses habitants. L’anthropomorphisme et la xénophobie vont ainsi une nouvelle fois de pair et, plus grave, elle s’adresse, aux enfants que l’on influence dès leur plus jeune âge ; au temps de l’innocence. Je n’amènerai pas mes petits-enfants voir « Ferdinand »… malgré la « promotion » -c’est-à-dire la pub.

Le toro de combat c’est autre chose que Ferdinand. C’est un animal sauvage, royal, qui vit majestueux et libre régnant sur son territoire sauvage. Un animal glorieux qui se bat avec son courage et sa force sans calcul, avec générosité. Son combat est un spectacle car il incarne ces vertus sauvages et primitives qui sont inscrites dans les gênes de l’être humain – le chasseur cueilleur : la lutte pour la vie, le refus de l’asservissement, le courage. On en conviendra, ce sont des valeurs conformes à notre tradition humaniste et plus édifiantes, en cette période de Noël, que celles de Ferdinand et de sa troupe « déjantée ».
PV

PS Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert était l'invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV ; il a déclaré : « Je ne suis pas pour l’interdiction de la corrida ! ». Voilà qui va faire plaisir à son collègue Nicholas Hulot.
Fiesta Campera du Collectif Corridafrance à LUNEL (34)

SAMEDI 20 NOVEMBRE 2010

16 heures, dans les arènes San Juan : Fiesta Campera (avec mise à mort)

2 erales de Patrick Laugier

pour Juan Leal de la Fundacion El Juli et Mateo Julian

18 heures 30, à l'Espace Louis Feuillade :

Remise des deuxièmes "Coups de Coeur Corridafrance". Animation musicale assurée par l'Orchestre des arènes de Nîmes et Arles : Chicuelo II

Entrée gratuite sur invitations à retirer sur place.

Organisation : Collectif Corridafrance (contact@corridafrance.fr / 06 28 20 68 42)




Le: 26/10/10
La dixième édition de la Fiesta Campera de Rion aura lieu les 27 et 28 novembre prochain. Le samedi 27, capea des aficionados practicos avec la participation de Clementito, conférence-débat et soirée grillades, le 28 avec le festival précédé de la traditionnelle croupionnade. Novillos de Jalabert pour Stéphane Fernandez Meca, Juan Bautista, Julien Lescarret, Mario Guirao et Mathieu Guillon.




Le: 26/10/10
Mehdi Savalli en panne d'apoderado au milieu de sa dernière temporada va désormais rejoindre Robert Pilés. On sait que Robert est un grand professionnel qui a remis en selle de grands toreros comme El Fundi ou Barrera. Nous avons toujours cru, par ailleurs, aux capacités de Mehdi, à condition qu'il soit bien drivé. Les réseaux de l'un, homme d'honneur considéré de tous, et le charisme de l'autre pourrait faire mouche la saison prochaine.



Le: 26/10/10



C'est à un Festival entretenu qu'ont assisté les aficionados qui avaient quitté leur canapé douillet pour braver les intempéries en ce dimanche d'automne. Entretenu grâce à un bétail français de qualité, tout d'abord, mais aussi du fait de toreros impliqués malgré une météo une nouvelle fois défavorable.

Et au chapitre des satisfactions, bien entendu, la grâce pour le n°80 d'Olivier Fernay, baptisé "Deheso", d'origine Jandilla, des mains d'un Marc Serranoimpérial pour une de ses seules prestations publiques sur son sol national.

Chinito, après une entame précieuse au capote, ne parût jamais en mesure de contenir les assauts répétés de son encasté adversaire de Fernay qui aurait certainement mérité une pique supplémentaire. Il le coucha d'une entière au troisième envoi. Salut

Patrick Varin accueillit son Scamandre avec beaucoup de détermination. Sorti affaibli d'une pique administrée par son éleveur, le toro montra dès les premiers instants de la faena de muleta quelques signes de faiblesse inquiétants. Intelligemment, l'artiste de Franquevaux lui permit de se reprendre en le toréant à mi-hauteur et sa caste reprit le dessus, autorisant quelques séries d'une finesse toujours exquise. Une épée contraire se révélait suffisante pour coucher le cornu. Deux oreilles.

Jamais deux sans trois... Mais cette fois-ci, Marc Serrano est parvenu à ses fins. Après être passé tout près d'un premier indulto en ces mêmes arènes il y a deux ans ; après que le Président de Marbella lui ait volé ce plaisir cet été, le Maestro Nîmois a enfin obtenu qu'un toro de son élevage fétiche rejoigne vivant ses pâturages du Mas des Jasses après un combat vibrant. Deheso s'était déjà signalé au premier tiers en amenant avec application le groupe équestre piloté par Fritero contre les barrières. Puis, après un début de faena timide, il s'est constamment amélioré pour enfin déclencher une pétition d'indulto qui aura raison des dernières réticences du Président Régis Pelissier. Marc Serrano de son côté a pris une nouvelle fois beaucoup de plaisir au passage, arrachant quelques larmes à un Olivier Fernay qui n'en demandait pas tant à l'issue d'une magnifique saison, vingt cinq ans après la disparition de son père. Deux oreilles et queue symboliques.

Julien Miletto avait choisi de toréer un exemplaire issu de l'élevage de son apoderado Pierre-Henri Callet (Malaga). Sortant haut des leurres, le bicho se révéla toutefois intéressant car mobile et encasté. Une estocade un peu plate et trois descabellos privèrent certainement Julien d'une oreille supplémentaire à l'issue d'une faena dominatrice et variée. Oreille

Jonathan Veyrunes toucha un toro de Gallon impressionnant de trapio, qui se révéla malheureusement faible dès les premiers instants de lafaena. Toujours parfait esthétiquement, Jonathan lia quelques belles séries à mi-hauteur mais ne put demander plus à son adversaire qui le bouscula même, heureusement sans mal, du fait de ses charges raccourcies. Oreille

Mateo Julian perdit une nouvelle fois le bénéfice d'une belle faena aux aciers, ne récoltant qu'une oreille de son adversaire de Jalabert mobile et maniable, qui est allé a mas et est mort la bouche close. Varié et calme en toutes circonstances, le protégé de Gilles Raoux semble prêt à passer au niveau supérieur dans les semaines qui viennent. Oreille.

A noter à l'issue du paseo, la remise de lithographies aux toreros et à Philippe Heyral, toujours présent lors de ces opérations à caractère caritatif, pour les 90 ans de sa cuadra.

Laurent Deloye "El Tico"

Le: 25/10/10
 «  1  2  3 ... 2212  2213  2214  2215  2216  2217  2218  2219  2220  »