site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

MAUBOURGUET: LE JOUR DE YOAN LAMOTHE

  


Yoan Lamothe: deux sorties en triomphe: le matin Rion, le soir Maubourguet



Maubourguet, dimanche, novillada sans picador des fêtes: une moitié d'arène.

3 novillos de Sanchez Fabres (1, 5 et 6) et trois de Sanchez Arjona (2,3 et 4). Vuelta du quatrième "Tallador" n° 42.

Hector Guiterrez: une oreille et vuelta,
Joao d'Alva : silence après un avis et une oreille,
Yoan Lamothe: silence après avis et deux oreilles.

Le prix de l'Accosso a été partagée entre Hector Guterriez et Yoan Lamothe.

Une minute de silence a été respéctée à la mémoire d'Ivan Fandiño.

Les petites arènes méritent mieux que le sort que leur réserve les aficionados, c'est également vrai des spectacles dits mineurs. La preuve nous l'avons eu une nouvelle fois à Maubourguet pointe avancée de l'aficion gasconne. Un lot de novillos palpitants et trois jeunes gens qui se la sont donnés sans réserve avec la générosité qui sied à la jeunesse.

Je ne sais s'il y a compétition entre le cousinage Sanchez, le fait est que la branche Fabres n'était pas, durant la course, dans le secteur Arjona. Les deux, pourtant, ont porté, dans des styles différends, haut les couleurs de l'origine Coquilla en voie de disparition mais pourtant si séduisante. Nous donnerons l'avantage aux Arjona qui firent tous les trois preuve d'une bravoure égale, chargeant sans mollir, bouche fermée. Le troisième eut les honneurs d'une vuelta que les deux autres auraient aussi bien méritée. Un ton au dessous le premier Fabres noble cependant mais le second et surtout le troisième impressionnèrent eux aussi. Ils eurent le mérite de finir fort et d'aller de menos à mas. Un poil de faiblesse néanmoins chez les Fabres.

Beaucoup de métier déjà chez le jeune torero d'Aguascalientes Hector Guiterrez. Savait-il qu'il foulait le sol de l'arène ou débuta Joselito Adame, son compatriote? On lui souhaite de faire aussi bien. C'est un jeune qui maîtrise déjà son sujet: varié à la cape et solide avec la muleta. Il a bien tué son premier. Sa seconde faena nous a enchanté avec ce "corte" typiquement mexicain et bien qu'il tua laborieusement, il fit une vuelta justement fêtée.

Jao d'Alava nous a plu aussi. On le vit sous de bons auspices à la cape comme à la muleta face au premier Arjona. Faena centrée, allurée, décidée mais hélas, il lui manque l'essentiel: l'épée qu'il manie piètrement. Il eut plus de chance avec l'acier à son second passage et fut crédité d'un trophée. A revoir.

C'était le jour de Yoan Lamothe avec un rude examen de passage: le matin Rion et le soir les Coquilla. Il fallait le faire, il l'a fait en obtenant la mention puisqu'il est sorti en triomphe les deux fois. Il nous a fait peur néanmoins à son premier passage en se faisant prendre durement.On craignait qu'il n'y ait de la casse mais le gaillard est solide et il repartit pour un travail qui se ressentit sans doute un peu de l'incident. Il donna la plénitude de son jeune talent face à l'excellent dernier dont il prit la mesure à gauche surtout. Un gros mental mais aussi beaucoup de lucidité Yoan a franchi un cap important. Il aura convaincu les plus sceptiques.
PV
Madrid, samedi 3ème de la Feria de Otoño. 3/4 de plaza.

Toros de Torrealta y uno de Martín Lorca (3º bis)
Juan Mora, deux oreilles et oreille.
Curro Díaz, saluts et oreille.
Morenito de Aranda, silence et oreille.

Juan Mora sort par la grande porte pour la seconde fois 16ans après. Un exploit historique! Injustement oublié, Juan Mora a reconquis Madrid après 15 naturelles parfaites et une grande estocade. Cela servira-t-il? Ca n'est par certain. Il s'est du moins assuré le remplacement de Manzanares à Saragosse le 11 octobre ce qui est déjà as mal. Il a été légèrement blessé : Parte facultativo: El matador de toros Juan Mora fue atendido de 'un puntazo en la cara posterior del muslo derecho y una contusión con erosión en región nasal. Pronóstico leve que no le impide continuar la lidia'

Le: 02/10/10
Plaza de toros de Úbeda. Première corrida de la Feria de San Miguel, jeudi. 1/2. Toros de Juan Pedro Domecq, nobles et faibles.
Morante de la Puebla, oreille et oreille;
Curro Díaz, ovation et oreille
El Cid, deux oreilles et oreille.

Le: 01/10/10
C'est ce jeudi 30 septembre qu'avait choisi Julian López El Juli pour rendre hommage à l'Aficion française à la Finca Feligrés, siège de la Fundacion qui porte son nom à Arganda del Rey (Madrid). Lors d'une journée de colloques autour du thème 'La afición francesa desde la perspectiva del torero' , le Maestro madrilène a remis un prix à l'ambassadeur de France en Espagne Bruno Delaye par l'intermédiaire de l'ancien Maire de Madrid, Alvarez del Manzano. El Juli a notamment déclaré que "La France est le joyau de la couronne de la Tauromachie" (décidément c'était le jour des déclarations historiques!), attestant de son attachement à notre Pays et à ses aficionados. Victor Mendes et Juan Bautista ont également participé à cette journée, qui s'est terminée par un festival taurin dans la plaza de l'école avec la participation des élèves, sous la direction de Ignacio López Escobar.

Le: 01/10/10



Lu sur le site de www.mexicoaztecasytoros.com

"Comme par enchantement, aujourd'hui, deux façons de parler de la persistance de la corrida ( et de la chasse) se trouvent dans les colonnes de deux sites taurins . Il s'agit pour l'un, de "Corrida Si ", où Pierre Vidal affiche ses convictions avec force et clairvoyance, et de Terres taurines, où André Viard défend un point de vue plus "politique" ( au meilleur sens du terme) et pragmatique.

L'un dit : la suppression de la corrida entrainerait ipso facto la perte de lieux de nature sauvage( non , il ne tombe pas dans un "rousseauisme" mièvre en disant cela), puisque la disparition de la chasse et de la corrida déboucheraient inéluctablement sur des friches sans fin.Catastrophe humaine, économique, paysagère,écologique. L'autre expose ce que le Parti Populaire espagnol va demander , sans espoir de l'obtenir: l'inscription de la corrida au patrimoine culturel mondial de l'UNESCO. On sait que le Parti Socialiste espagnol et son chef Zapatero sont opposés à la corrida et ne feront donc rien qui puisse protéger cette tradition bicentenaire d'une histoire millénaire. Au moment où une vraie réflexion poétique (rappelons que la poésie n'est pas rêverie mais ACTE) pouvait rejoindre une position politique , le grain de sable de l'esprit partisan va tout faire capoter. Mais Viard ajoute, très justement, qu'il s'agit d'un échec momentané, car que se passera t il si le PSOE est battu lors des prochaines élections et que le Partido Popular gagne? La question sera reposée et les espagnols qui auront auparavant fait perdre Zapatero ( son entêtement contre la corrida pourrait bien lui coûter des dizaines de milliers de voix, voire davantage) n'oublieront pas de rappeler au PP qu'il doit tenir parole et défendre la corrida de manière non équivoque.La fiesta nacoinal serait alors rétablie non seulement dans ses droits mais protégée définitivement.

Réconcilier nature et politique et les citoyens des deux bords qui aiment l'art taurin, voilà qui serait réconfortant. Car il y a beaucoup de membres, ou sympathisants du PSOE qui ne sont pas contents des positions anti taurines du chef du gouvernement ibérique.Les errances de la démocratie directe avec les referendum d'initiative populaire(ILP) qui ouvrent la porte à toutes les manipulations montrent qu'il faut se méfier des fausses libertés données aux uns comme aux autres avec toutes les apparences , mais seulement les apparences, des bonnes intentions. Le système des pétitions qui ouvrent droit à vote sont d'une démagogie sans nom. Ce n'est qu'un outil de répression offert à qui voudra abuser du pouvoir, n'en doutez pas.Imaginez le thème de quelques pétitions honteuses dans leur propositions et demandez vous si elles trouveraint ou non assez de signatures pour accéder à un examen et à un vote les validant...Je rejoins Pierre Vidal, le meilleur des mondes ne serait pas loin là encore , avec sa barbarie rampante puis ouverte.

En attendant des jours meilleurs, on peut encore se féliciter d'avoir vu Morante triompher à Barcelone, et Serafin Marin le torero catalan indulter le dernier toro de la dernière corrida de Barcelone... pour cette saison !
Viva la fiesta brava".

Jean François Neviere
Président de Mexico Aztecas y Toros

Le: 30/09/10
Arnedo, jeudi 3ème de féria del Zapato de Oro. 1/2.

Novillos de Baltasar Ibán,
Jiménez Fortes, vuelta après avis et vuelta.
Juan del Álamo, oreille et silence après avis.
José Miguel Valiente, silence et silence.

Le: 30/09/10
 «  1  2  3 ... 2197  2198  2199  2200  2201  2202  2203 ... 2374  2375  2376  »