site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

Weekend de TOROS en France et en Espagne

  La temporada prend son rythme de croisière avec un weekend "chargé" en France (Istres, La Brède, Saint Sever) et en Espagne (Madrid, Aliicante,.....)
Reseñas à venir sur CorridaSi





Que les arènes soient pleines et les courses entretenues , c'est le plus bel hommage à rendre au Maestro Ivan FANDIÑO
Le torero d'Aguascalients Joselito Adame et Roberto Fernández 'Quitos' ont clos leur relation professionnelle qui les unissait depusi de nombreuses années. Quitos bien connu en France dans le sud-ouest comme dans le sud-est a conseillé le jeune Joselito Adame depuis ses débuts. L'actuel apoderado d'Adame, Víctor López Caparrós, continuera à gérer sa carrière. La rupture qui, disons-le était dans l'air, s'est passé sans drame comme il se doit "entre adultes" des paroles mêmes de Quitos.

[Lire la suite...]

Le: 09/08/10


Le 15 août pour Rafaelillo, Sergio Aguilar et Mehdi Savalli

Le: 09/08/10
Beau temps, deux tiers d’arène. Six toros de Miura bien présentés, dans le type, inégaux de poids (de 551 à 647 kilos !) et tamaño, sérieux, donnant un jeu varié, sans excès d’agressivité et même nobles pour certains, mais toujours avec leurs complications.


Rafaelillo a reçu son premier par de somptueuses véroniques. Applaudissements pour le piquero après deux rencontres bien dosées puis brindis à l’auditoire qui se rendit vite compte que le Miura n’allait pas mettre cent ans pour connaître le solfège ! Alliant curieusement un mélange de genio et de noblesse, il allait toutefois s’engager par à coups dans la muleta, Rafaelillo faisant l’effort de donner le change par des séries méritoires, empreintes néanmoins d’un excès de théâtralité… Echec avec la ferraille et saluts.

Avec le quatrième, bien pris à deux reprises par le piquero, Rafaelillo brinda à Javier Valverde après un salut mérité de José Mora pour avoir casqué une grande paire. La suite sera bien dans le ton d’un maestro courageux, parfois feu follet, qui fit taire la musique pour ensuite la demander, qui n’a pas son pareil, avec quelque malice, pour s’attirer les faveurs du public, et qui n’hésita jamais à accompagner son trasteo de desplantes et autres poses effectistes. Cela dit, l’oreille qu’il a promenée autour du ruedo était méritée après quelques séquences valeureuses, plusieurs accrochages dont il se sortit miraculeusement indemne et une bonne estocade qui tarda à coucher le fauve parti pour une longue agonie au fil des planches, toujours bouche fermée.

Javier Valverde toucha les deux cathédrales, respectivement de 638 et 647 kilos. Il accueillit le premier avec des véroniques bien tracées, avant que le Miura ne prenne une première pique bien dosé suivie d’une autre donnée par le réserve après un imprévisible déboulé… Il parvint toutefois à instrumenter quelques muletazos cohérents, mais isolés, avant que l’épée ne vienne tiédir l’impression d’ensemble. Saluts.

Le quinto, « Malospelos » était le plus lourd, à la fois de la course et de la feria (647 kilos de barbaque !). Bien pris par deux fois au cheval… Valverde brinda ensuite sa faena à Olivier Barratchart, le trrasteo de Valverde se déroulant sans grandes encombres, Javier exécutant des muletazos méritoires, sans grand brio toutefois, l’affaire étant ensuite ternie une nouvelle fois par sa maladresse à l’estoc. Nouveau salut, celui-ci diversement accueilli.

Alberto Aguilar se battit avec beaucoup de cran, comme à son habitude, sans parvenir à transmettre face à un adversaire qui ne lui a pas facilité la tâche, certes, mais qui n’avait rien d’impossible. Saluts après demie tombée.

Devant l’ultime, qui s’en prit aux barrières dès sa sortie, il fit preuve d’un grand dynamisme en le recevant au capote. Ce tío a été bien pris deux fois par Gaben avant de s’invalider au sortir du second tercio. Alberto brinda à Julien Lescarret et s’engagea dans une faena où il traça plusieurs séries estimables à droite malgré des remates qui virent plusieurs fois le toro aller au sol pour la raison invoquée plus haut. A gauche, ce fut moins évident, mais l’impression d’ensemble restait favorable jusqu’à ce qu’un chapelet de tentatives avec les aciers ne vienne mettre un bémol à sa partition. Applaudissements.

Paul Hermé

En matinée, devant une petite chambrée, environ mille personnes, quatre erales du Lartet, bien présentés, se sont avérés compliqués par mansedumbre la plupart ou par un jeu trop défensif. Toutefois, ils sont restés toréables et n’ont pas toujours trouvé en face de quoi résoudre les difficultés.

A l’issue de la course, Alejandro Rubio (Nîmes) et Antonio Santana (Málaga) on raflé la plupart des trophées. Le Nîmois a coupé la seule oreille de la matinée, ses ganas et la bonne estocade ayant fait pencher la balance.
Antonio Santana et Borja Jiménez (Espartinas) ont salué, alors que Mojales Balti (silence), qui avait bien commencé, éprouva pas mal de peine avec les aciers.

[Lire la suite...]

Le: 09/08/10
SOUSTONS. Dimanche. Novillos de Antonio Bañuelos, le 6ème vuelta al ruedo.
Gómez del Pilar, silence et silence.
Cristian Escribano, oreille et oreille.
Thomas Duffau, silence et deux oreilles.


Le: 08/08/10
MILLAS. Dimanche. Novillos de Camino de Santiago, le 6ème vuelta al ruedo.
Patrick Oliver, silence et silence. Mathieu Guillon, oreille et ovation.
José Arévalo, oreille et deux oreilles et queue .



Le: 08/08/10
 «  1  2  3 ... 2197  2198  2199  2200  2201  2202  2203 ... 2315  2316  2317  »