site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

MORANTE, SAISON III

  



Moquée par les ignorants qui doutent de l’ampleur de son talent, l’annonce récente du retour de Morante de la Puebla dans les ruedos pour la prochaine temporada est pourtant un fait important qui va remettre quelques pendules à l’heure. L’artiste de « La Puebla » revient des mains d’un taurin historique, Manolo Lozano. Issu d’une grande famille toledana, il a pour lui la fortune et l'aficion. Il fait aussi office d’original de la famille, se consacrant pour une bonne part à ses dons artistiques, la musique -le violon notamment. Ce n’est pas non plus un perdreau de l'année. Manolo, âgé de 87 ans, a géré les carrières de Roberto Dominguez et celle d’El Juli notamment. Il connaît la chanson et on ne la lui fait pas… Il prit même l’alternative à Tetuan, coso dont il était le gestionnaire, à l’âge de 46 ans. Véritable passionné il fait ça pour le « fun » c’est en tout cas ce qu’il dit, il y a pas de raison de ne pas le croire.

Morante a toujours eu du mal à se situer avec ses apoderados, on se souvient de son expérience flamboyante mais pitoyable avec Rafaël de Paula ; on ne pouvait trouver pire gestionnaire que le Jerezano. Ce fut un choix lamentable : absent des sorteos, on vit même l’apoderado pieds nus dans les callejons . Trop de fantaisie… et il y a dans la personnalité exceptionnelle de Rafaël une sorte de pessimisme autodestructeur qui n’a pas aidé la fragile psychologie de Morante. Il est probable qu’il ne sentait pas à l’aise non plus dans la grande maison mexicaine de la FIT où prédomine la rentabilité et cela malgré sa sincère amitié pour Antonio Barrera –qu’est-il devenu celui-là ?

On peut espérer beaucoup du nouveau couple formé avec Lozano. Ça ne pourra pas être pire que par le passé. Le plan apparaît bon : toréer un nombre limité de corridas : 25, pas plus. La date prévue du retour est fixée au mois de juin. Il devrait éviter ainsi Séville mais cela laisse une option ouverte pour Madrid. Tout cela reste encore vague. Il est sur cependant que Morante se prépare. Il torée notamment régulièrement au campo. Contrairement à l’image qu’il donne c’est un bosseur et la beauté de son toreo s’appuie sur de grandes qualités techniques. Cette année sabbatique, la mettra-t-il à profit comme Antonio Ferrera le fit ? Ils sont bien peu nombreux ceux qui peuvent décider de s’arrêter une temporada entière sans risque d’être oublié. Morante est de ceux-là. Après une première étape glorieuse terminée piteusement par son un contre six madrilène puis son départ à Miami et son retour triomphal, c'est une troisième partie que jouera José Antonio.

On attend avec impatience cette saison III de la série.
PV
Pour le prochain jour de Noël, la petite ville de TLAXCALA vivra un évènement exceptionnel, comme le Mexique sait en réserver à ses enfants.

La plaza de toros prendra ce jour là le nom de Rodolfo Rodriguez "El Pana" -en réalité panadero c'est à dire boulanger-, et une statue le représentant sera dévoilée à cette occasion.
Une corrida se déroulera à 16h30 , organisée par Mariano del Olmo, et les toros seront de Las Golondrinas.

Les toreros seront: Rodrigo Santos, rejoneador
El Zapata
Joselito Adame

Les organisateurs pour s'assurer du remplissage des gradins ont annoncé des prix accessibles.


Le: 02/12/10


Ceux qui ont eu le bonheur de visiter le "Coso de Los Insurgentes" savent que cette fois le qualificatif de Monumental n'est pas usurpé. Avec ses 55 000 places, ses innombrables statues colossales à l'effigie des plus grands matadors, mexicains ou espagnols, ses plaques qui évoquent le souvenir de tels ou tels aficionados, l'effigie de Cantiflas, le De Funés mexicain, practico et même -selon la légende- membre, un temps, d'une troupe comico-taurine, c'est un lieu de culture universelle, majestueux, à la mesure de ce pays au dynamisme incroyable.

Impressionnante par sa taille et longtemps menacée en raison de sa localisation géographique, au centre d'une des plus grandes et denses villes du monde, la Monumental semble désormais préservée des spéculations immobilières. Pour combien de temps? En tout cas, on le constatera, elle n'est guère entretenue et son confort est très relatif. Il n'y a que peu de publicité autour de ses spectacles, souvent méconnus du grand public et un système complexe -le derecho de aparatdo- réduit l'accessibilité aux billets -en tous cas les réservations. De plus, les cartels ne sont connus que quelques jours avant la corrida et ils sont modifiés souvent au dernier moment.

Il semble que pour cette Temporada Grande on ait mis plus de sérieux à préparer les spectacles. En tous cas les affiches sont prenantes dans ce pays où l' on aime avant tout le toreo et où le principe est de n'inviter qu'un seul matador étranger par corrida. Les figuras font toutes le pèlerinage ; elles ont bien conscience que malgré ses vicissitudes, le Nouveau Monde est aussi la Nouvelle Terre Promise de la tauromachie. Dans ce contexte, il est intéressant de voir le pouvoir d'attraction des uns et des autres.

Enrique Ponce reste le champion, il a fait le plein ou presque, pour l'inauguration de la Temporada, Miguel Angel Perera n'a réuni que 8000 spectateurs même s'il a laissé une bonne impression et Alejandro Talavante n'en a rassemblé que 4000, lui aussi a plu... Sébastien Castella a fait la deuxième entrée de l'année à Mexico: 35 000 spectateurs sur son nom ce qui est considérable. Il sera lui aussi répété. L'Amérique Latine est devenue sa terre d'élection...

On attend avec impatience la venue de Juan Bautista,dans cette arène mythique qui, depuis Nimeño II, a toujours fait bon accueil aux toreros français.

Pierre Vidal

Le: 02/12/10
Quito, mercredi, troisième de la Feria del Gran Poder. Deux tiers d'entrée.

Toros de Peñasblancas et Santa Coloma ( pour rejones).

Le rejoneador Andy Cartagena, oreille et oreille. Il a refusé de sortir en triomphe
Rafael Rubio 'Rafaelillo', qui confirmait: saluts et blessure à cuisse gauche avec de gros dégâts musculaires.
Álvaro Samper, ovation, silence après 3 avis à celui qu'il a tué à la place de Rafaeillo et silence.

Rafaelillo a confirmé l'alternative avec le toro Cigala, de la ganadería de Peñasblancas.

Parte de Rafaelillo : Extensa cornada en la cara externa, tercio medio, del muslo izquierdo, con grandes destrozos musculares. Fue trasladado al hospital Nova Clínica para ser intervenido".

Le: 01/12/10
Quito, mardi, 2ème de la Feria Jesús del Gran Poder. Trois quart d'arène.

Toros de Huagrahuasi y Triana, noble le second Gitano, vuelta al ruedo.

Enrique Ponce, deux oreilles et la queue et pétition d'indulto et ovation.
Morante de la Puebla, division et sifflets après avis.
Curro Rodríguez, qui prenait l'alternative ovation et silence après avis .



Le: 01/12/10
 «  1  2  3 ... 2196  2197  2198  2199  2200  2201  2202 ... 2234  2235  2236  »