Visiteurs: 1125968
Aujourd'hui: 100
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Vergèze, la ville qui fait Pschittt, n’en a pas fini avec les histoires d’eau… Après un premier report dû justement à une première douche printanière, nouvelles prévisions alarmantes qui se sont en partie vérifiées puisqu’il fallut attendre une accalmie au dernier moment pour que finalement la course ait pu avoir lieu. Félicitations à tous ceux qui ont œuvré dans ce sens, organisateurs, municipaux, membres du club et areneros de Fiesta Brava…

Avec les adieux de Morenito de Nîmes et le retour des Prieto de la Cal, l’affiche avait de quoi attirer l’aficion torista et à l’heure du paseo, les gradins étaient couverts environ aux deux tiers.

A l’issue du paseo, belle ovation envers Morenito qui a tenu à la faire partager à ses deux compagnons de cartel… Six toros de Prieto de la Cal bien présentés pour la catégorie de l’arène, charpentés, inégaux de bravoure et de jeu, crédité de la vuelta le quinto et excellent à la muleta l’ultime.





Morenito de Nîmes (silence et oreille) se distingua sur les premiers capotazos avant que son opposant ne renverse la pièce montée sur le premier assaut suivi de deux autres d’intensité inégale. Brindis au conclave, début par le haut au fil des planches et spectaculaire voltereta, heureusement sans mal. Lionel tira par la suite quelques naturelles valeureuses, sans pouvoir totalement s’imposer. Quasi entière et descabello. Avec le melocotón, bon capoteo par véroniques puis deux rencontres en étant bien pris, bon quite rematé par serpentina et brindis à Camille Martinion, figure emblématique des toros à Vergèze. Entame décidée par derechazos énergiques, la suite s’avérant plus limitée en transmission avant une tentative pinchée a recibir puis entière libérant l’oreille de sa despedida.



Sánchez Vara (oreille et oreille) débuta avec un castaño bizco qui alla trois fois au cheval par belles arrancadas, mais sans s’employer à fond. Bon second tercio avec troisième paire au violon, brindis à l’assemblée derechazos templés au centre puis passage plus aléatoire sur l’autre rive. Final avec distances raccourcies, desplante, pecho agenouillé puis entière caída. Le quinto allait réserver un des bons moments de cette tarde avec un tercio de varas donné en quatre épisodes en partant de plus en plus loin et en étalant diverses réactions sous la morsure. Ovation au piquero en musique puis, au second tercio, saut à la garrocha de Raúl Ramírez suivi de trois bonnes paires du maestro qui récolta une nouvelle ovation nourrie. Brindis à Morenito de Nîmes puis début droitier entreprenant, la suite s’avérant rapidement en deçà, le bicho réfléchissant beaucoup et se réservant jusqu’à finir parado, le maestro de Guadalajara ayant fait toutefois un bel effort pour en tirer le maximum qu’il pouvait. Entière.

Javier Cortés (silence après trois avis et vuelta) démarra avec un berrendo qui prit une première puya sans style et une seconde rectifiée. Trasteo essentiellement gaucher d’inégal impact puis défaillance totale avec la ferraille jusqu’à entendre le troisième avis fatidique. Avec l’ultime, un autre jabonero, ce fut une tout autre chanson et quelque part, l’inverse du cinquième, du moins son complément, car plus discret sous le fer, il s’employa par la suite nettement mieux à la muleta. Voyant cela, Javier traça des muletazos allurés et templés sur les deux bords, gâchant hélas le crédit de son trasteo par une conclusion défaillante lui faisant perdre l’oreille convoitée.

A la fin de la corrida, Bernard Planchon a remis de la part de l'UCTPR un trophée à Morenito de Nîmes ,en hommage à sa carrière...

Le matin, Fabrice Torrito avait emmené deux machos d’Albaserrada en tentadero mené par Mathieu Guillon « El Monteño » puis Baptiste Cissé, sous les conseils de Richard Milian, avec Luc Tosello sur le cheval.

Une séance très intéressante, d’autant plus qu’elle a permis au mayoral de donner ses impressions sur ses deux novillos provenant de deux rames différentes, le second issu de Tulio Vázquez.

Selon lui, le premier était noble, mais un peu fade, bon pour le torero, mais manquant de choses pour le ganadero. Quant au second il était plus puissant, un peu manso mais avec de l’alegría dans ses charges, exigeant à la muleta et demandant de la suavité…

En définitive, et malgré avoir été en particulier assez satisfait du comportement du second, Fabrice a finalement indiqué qu’il n’en garderait aucun des deux. Dure loi de la sélection…

Paul Hermé (texte et photos)

pierre Le: 20/10/15
Chinchon BRAVO LEA !