Visiteurs: 1127072
Aujourd'hui: 304
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Manuela Carmena maire de Madrid (photo Cultoro)



La commission culturelle de la ville de Madrid vient de décider de ne pas reconduire la subvention de 60 000 euros qu'elle accordait à l'école taurine de la capitale. Elle a décidé aussi de ne plus affecter la Venta del Batan aux futurs toreros ni à aucun spectacle qui comporterait la présence d'animaux. Pour qu'il n'y ait pas d'ambigüité la commission a annoncé la nouvelle en priorité à un groupuscule animaliste 'La Tortura no es Cultura' promut ainsi en interlocuteur privilégié. Le Batan sera fermé dès 2016. Ainsi l'a annoncé Celia Mayer l'adjointe à la culture du parti "Ahora Madrid".

Cette décision va exactement à l'opposé des récentes déclarations rassurantes de la maire de Madrid Manuela Carmena de la même chapelle -extrême gauche- que son adjointe. Elle avait amadoué les taurins assurant que, même si elle ne partageait pas leurs goûts, elle ne ferait rien contre eux. Comme disait l'autre les promesses n'engagent que ceux qui les croient... Il s'agit d'un mensonge patent en pas moins de quatre jours. Une provocation. Bien sur il serait suicidaire pour un maire de Madrid de se mettre en travers de Las Ventas et de la San Isidro qui font pleuvoir des millions d'euros sur la ville. C'est plus facile de s'en prendre au maillon faible: les jeunes, le futur de la fiesta qui désormais ne seront plus assurés et n'auront plus de lieu pour s'entraîner.

Interdire, mentir, punir la jeunesse et une partie de la population c'est donc la politique d'"Ahora Madrid". Cela rappelle un passé pas si lointain où un dictateur féroce -qui détestait la corrida- brûlait les livres qui ne lui agréait pas, fermait les théâtres, déprogrammait les expositions. Contre ces atteintes aux libertés, contre cet arbitraire insupportable se sont battus les parents ou les grands parents de ceux qui soutiennent la politique de "Ahora Madrid". Une bataille sanglante qu'ils ont perdu; une immense tragédie. Que penseraient-ils de cet anti-humanisme ? De cette place donnée aux animaux alors que l'Espagne est en crise et que tant de défis sociaux sont à relever dans la capitale madrilène ? De ces atteintes aux libertés ? De cette ségrégation à l'égard d'une composante importante du peuple systématiquement méprisée?

Désolée de le dire Manuela votre autoritarisme est symptomatique d'une conduite post-franquiste et on peut avoir peur, avec vous aux commandes, pour les libertés publiques en général.
PV



pierre Le: 25/09/15
Munera, blessure du banderillero Valentin Arenas ARNEDO