Visiteurs: 1125968
Aujourd'hui: 100
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Nîmes. Samedi après-midi quatrième de la feria des Vendanges. Presque plein.
Toros de Victoriano del Río; 2ème et 3ème avec le fer de Toros de Cortés 6ème commesobrero, et Juan Pedro Domecq (4ème et 5ème.
Enrique Ponce, oreille et deux oreilles après deux avis.
Juan Bautista, oreille après avis et deux oreilles
Andrés Roca Rey, qui prenait l'alternative oreille et oreille.


Photo R. Costedoat



Après que les trois toreros aient été invités à saluer, Enrique Ponce (oreille et deux oreilles) débuta avec un adversaire qui prit deux piques sans éclat particulier. Après un bon quite par chicuelinas de Juan Bautista, entame suave à droite puis face à un toro qui lui cherchait quelques mouches, le maestro de Chiva exécuta par la suite plusieurs naturelles d’école, le tout donné avec autant d’élégance que de maîtrise technique. Trois quarts de lame en éprouvant une douleur qui le contraignit à passer par l’infirmerie, une lésion aux adducteurs s’étant réveillée. Revenu pour lidier son second qui prit deux piques sans style, Enrique brinda à l’assistance un trasteo relâché dès les premiers derechazos, poursuivant ses échanges en étant visiblement diminué, mais terriblement décidé. S’ensuivit une leçon de temple et d’aisance technique couronnée par des changements de mains, des naturelles au ralenti puis des circulaires inversées avant desplante et un estocodón qui fit hurler les gradins. Un pur chef-d’œuvre…
Juan Bautista (oreille et deux oreilles) reçut son premier par larga cambiada de rodillas avant deux bonnes piques. Bien Rafael Viotti avec les palos puis brindis au public avec entame décidée par derechazos puis pechos redoublés. Au son de la Concha Flamenca, Juan poursuivit par séries droitières templées données en toute verticalité, la gauche étant moins évidente. Demi-lame a recibir puis descabello. Avec le quinto, excellent capoteo débuté à genoux, bon premier puyazo, léger le second, quite alluré de Roca Rey auquel Juan répliqua avec aplomb avant de poser lui-même les bâtonnets, ce qui lui valut une belle ovation après une troisième paire au violon. Brindis au conclave et début décidé à genoux suivi de redondos ajustés face à un adversaire noble. La suite variée sur les deux rives avec au passage un cartucho de pescao avant final encimista, le tout conclu par un coup de canon a recibir.
Andrés Roca Rey (oreille et oreille) débuta en se signalant au capote. Deux rencontres, la première sans style et la seconde en simulacre, quite par faroles puis bonnes paires d’Iván García qui salua.
Après la cérémonie puis brindis à son père et à son frère, Andrés débuta par le haut puis se montra appliqué sur des séries alternées, faisant fi des rafales pour proposer un trasteo cohérent et somme toute bien léché jusqu’aux luquecinas finales avant une entière d’effet immédiat. Avec l’ultime, il débuta par excellents capotazos rematés par larga à genoux qui déclencha la musique. Hélas, son adversaire qui promettait se mit soudainement à boiter. Mouchoir vert. Avec le sobrero de Cortés, bon capoteo, deux rencontres, la seconde en simulacre, puis bon quite par zapopinas avant désarmé. Brindis à la clientèle et entame délicate, le bicho s’avérant compliqué et dangereux. Mais le Péruvien ne voulut pas lâcher prise et visiblement très motivé, il s’arrima pour aguanter la menace, se faisant finalement toucher. Malgré la douleur, Andrés poursuivit son labeur avec cran avant d’en finir par entière. Une alternative réussie.
Paul Hermé

Nîmes samedi matin
Nîmes, Troisième de la féria des Vendanges. Corrida de toros mixte matinale, près de trois quart.
Trois toros de Hermanos Sampedro, pour le cavalier et trois de Victoriano del Río qui n'ont pas servi.

Diego Ventura: palmas, deux oreilles, et oreille
Julián López "El Julio”: Silence, silence et silence

Sobresaliente, Morenito de Nîmes qui faisait son dernier paseo. El Juli lui a brindé un de ses toros.
Diego Ventura (palmitas, deux oreilles, oreille) a fourni un gros effort lors de ses trois passages pour intéresser le public face à des adversaires qui ne l’ont que trop rarement aidé. A son premier, il plaça deux farpas avec Maletilla avant de mettre le feu monté sur Roneo pour la pose de trois banderilles avec poursuites templées. La suite avec Chalana pour deux autre banderilles avec pirouettes à la clé, trois courtes avec Remate et conclusion un peu cafouillée.
Diego voulut accueillir son second avec la garrocha, mais son adversaire se montra bien peu intéressé. Il plaça alors deux farpas avec Suspiro, poursuivit avec Nazari, affichant beaucoup de maitrise pour le placer avant de poser deux banderilles. Deux autres au quiebro avec Milagro, trois courtes puis une pose à deux mains avec Remate avant rejón foudroyant. Avec l’ultime, Il essaya avec difficulté d’intéresser son opposant avec Lambrusco, posant deux farpas, puis deux quiebros avec Sueño, deux autres avec Nazari suivis de trois roses et une paire à deux mains face à un toro totalement parado. Rejón en place et Porte des Consuls pour un labeur très méritoire et artistiquement abouti.
El Juli (silence, saluts depuis la barrière et silence) accueillit son premier par bonnes véroniques puis demie, une pique sortie fermée, bon quite par chicuelinas avant un second puyazo en mode simulacre. Brindis à Morenito, bonne entame genou ployé puis désarmé sur les naturelles. Reprise à gauche peu évidente, le toro s’avisant et le désarmant à nouveau sur l’autre rive. Autres échanges sans pouvoir totalement dicter sa loi et conclusion par deux pinchazos, un tiers et deux descabellos. Au quatrième, qui sortit abanto puis qui prit un bon puyazo avant un second pour la forme, Julián débuta sa faena par le haut avant quelques échanges suaves sur les deux bords avant que le toro ne baisse et finisse museau au sol en fin de séries. Final décidé, mais total échec avec la rapière, quatre pinchazos avant entière. Remonté comme une pendule, il reçut le dernier par larga afarolada de rodillas poursuivie par véroniques et demie. Une pique sortie fermée suivie d’une vuelta de campana, quite mentionné plus haut de Morenito, brindis à l’assemblée et faena débutée par deux cambios au centre, bons enchainements sur les deux côtés avant une nette baisse de régime de son opposant, El Juli insistant en vain et étant dans l’impossibilité dans ces conditions de mettre le cirque en ébullition. Entière après pinchazo et descabello pour conclure une prestation fort décevante.
PH





pierre Le: 20/09/15
Arande de Duero: Padilla évacué à l'hôpital MADRID, PAS DE PUERTA GRANDE POUR DEL CASTILLO