Visiteurs: 1128759
Aujourd'hui: 40
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Nouveau triomphe de Del Alamo (Photo R. Costedoat)

Arènes de Bayonne, samedi 03 septembre : 1ère corrida de la Féria de l’Atlantique 2015, 2/3 d'entrée.

6 toros de la ganaderia Pedres « supérieurement » présentés avec plus de carrosseries que de moteurs pour
Eugenio de Mora : salut au tiers, un avis et quelques sifflets
Juan del Alamo : salut au tiers, deux oreilles
Juan Leal : une oreille, un avis et silence
Le cinquième, se casse une corne et est remplacé par un cinquième bis lui même renvoyé au toril pour faiblesse.
Salut des peones d’Eugenio de Mora au premier et de Juan del Alamo au cinquième
Vuelta non justifiée au cinquième ter grandi par la lidia de del Alamo mais inexistant à la pique.
Bonne prestation de la cuadra de caballos de Philippe Heyral à la hauteur face à ce bétail de respect.
Blessure du peon de brega au sixième ; bousculé et piétiné il est transporté à l’infirmerie.
¾ d’arènes
Superbement présentés, avec un promedio de 605 kg, très bien armés, dans le type Aldanueva, les toros de Pedrès ont manqué de forces et parfois de race.
Aucun toro n’a été complet, mais il y a quand même eu des moments d’émotion en raison du danger qu’il représente.

Le premier, estampe de toros, raccourcit sa charge dès les premières passes de cape. Il obtient la chute du groupe à la seconde. Entrepris par Eugenio de Mora, le toro fléchit .Il se livre peu aussi bien à droite qu’à gauche, s’arrêtant à mi-passe. Il est faible mais dangereux. Mora tue vite mais avec précaution et salue au tiers.
Le quatrième discret à la pique, manque de race, est tardo et querencioso .De Mora, lui, manque de motivation. La faena tourne court. De Mora prendra la tangente pour quatre sorties à matar et descabelle) à toro quasi vif. Toro et toreros sont sifflés.
Le premier opposant de Juan del Alamo à une charge courte .Del Alamo va le lidier en l’allongeant au maximum, à droite et à gauche, pour le replacer et le reprendre dans la muleta. Très lidiador et très élégant. , avec beaucoup de temple et d’autorité, il fait aller le toro à mas révélant ses qualités de noblesse. . Tout est prêt pour le triomphe à côté duquel, Del Alamo passe faute d’engagement et d’efficacité avec les aciers. Il doit se contenter de saluer au tiers.
Le cinquième ter prend deux picotazos sans bravoure. Le toro a un fond de noblesse qu’il faut révéler Lidiador et d’artiste , Del Alamo l’embarque avec temple dans de superbes séries des deux mains A la technique qui fait aller le toro à mas s’ajoute l’élégance et la sincérité qui font vibrer le public. Deux séries de passes inversées inutiles sont quand même conclues par Splendide changement de main puis Adorños très relâchés avant une épée plate, trasera, et concluante, le président sort tout à fait normalement les deux mouchoirs blancs. Il sort aussi le bleu injustifié pour un toro inexistant au premier tiers (sic).

Le troisième est mal piqué. A la muleta, Juan Leal lui impose sa tauromachie habituelle malgré sa faiblesse. Le toro va à menos et n’avance plus. La faena, malgré quelques détails manque d émotion et traîne en longueur.
L’arlésien tue d’une entière dans le rincon, avec hémorragie. N’empêche pas l’octroi d’une oreille Ce qui n’est pas du goût de tous les aficionados présents.
Le dernier toro est superbe .Il prend une superbe pique en s’employant avec une rare énergie sous le fer d’un excellent piquero.
Après avoir blessé un peon, le toro baisse de ton dès le début de la faena. Sans intérêt et sans émotion, elle finit par lasser le public.



Bayonne samedi matin

4 erales de la ganaderia du Lartet ,donnant du jeu pour
Adrien Salenc : un avis et salut au tiers, un avis et vuelta
Baptiste Cissé : une oreille, une oreille
Salut du ganadero qui a reçu également le prix de la meilleure non piquée 2014
Baptiste Cissé, déclaré vainqueur de la compétition, sort en triomphe à l’issue de la course.

Bons erales de Paul et Jérôme Bonnet avec un vrai fond de noblesse, et du piquant. Ils ont tous, selon l’expression à la mode, donner du jeu . Adrien Salenc a été très loin de son niveau habituel, Baptiste Cissé, en net progrès, a construit deux faenas élégantes qu’il a su conclure avec plus d’efficacité qu’à Rion. .
Les erales ont été applaudis à l’arrastre.
Le premier eral accroche à droite à sa sortie du toril. Adrien Salenc . Le toro est assez paradoxal. Il met la tète dans la muleta avec noblesse mais essaie de s’échapper vers les barrières si le torero n’impose pas sa volonté. Bon début de faena ,le torero réussit à garder l’eral au deux tiers de la piste. Mais petit à petit la faena devient brouillonne. Salenc après deux séries, qui ont pesé sur le toro, se fait déborder.Bonne dernière série à droite avant une épée plate qui nécessitera l’usage du descabello (deux tentatives), le novillero salue au tiers.
Le troisième est haut sur pattes et gacho. Noble mais de charge est courte, il manque de « chispa » et devient rapidement soso. Adrien Salenc se fera déborder par le novillo à gauche. A droite, il est profilé et pèse plus sur le public que le toro. Seules ressortent les passes d’adorño finales. L’arlésien effectuera, motu proprio, une vuelta après une mise à mort « moyenne ». Que ce soit en solo, ou en le partageant avec son concurrent, il a été en grande difficulté avec les banderilles.

Baptiste Cissé accueille son premier novillo de rodillas. Le landais a fait de gros progrès avec les palos .ll dominera Adrien Salenc, banderilles en main. Le novillo est noble mais il est un peu tardo .Il faut le citer à mi-distance . L’élève d’Adour Aficion alterne de bonnes séries à droite (qui confirment les progrès entrevus à Rion) avec d’autres moins efficaces. A gauche il n’insiste pas assez. La faena va quand même à mas et se termine deux séries très élégantes. Le landais coupe une oreille après une demie de côté efficace.
Face à un quatrième eral noble et avec du piquant, Baptiste réalise la meilleure faena que je lui ai vu faire. A droite, il se croise et torée avec élégance et finesse .Il est moins bon à gauche. La faena baisse de ton vers la fin et est conclue par une entière contraire. Le public obtient une oreille et Baptiste peut recevoir tous les prix qu’il a gagné dont la convoitée Coupe de la Ville de Bayonne.


Baptiste Cissé, un beau succès Photo ED
Textes: Tierry Reboul



pierre Le: 06/09/15
UTRERA: RABO POUR CASTELLA Aranjuez, concierto de Lopez Simon