Visiteurs: 1128536
Aujourd'hui: 199
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Photo IVania

Saint Sebastien samedi, troisième de la Semana Grande; 3/4 d'arène.
Six toros de Juan Pedro Domecq

Morante de la Puebla: ovation et saluts
Sébastien Castella: oreille et saluts
Alejandro Talavante: oreille et silence

Cartel cumbre pour cette troisième corrida de la Semana Grande. Corrida de Juampedros bien présentés sauf le quatrième, un ton en dessous, et bien armés. Les seconds et troisièmes excellents pour le torero, les cinquièmes et sixièmes compliqués; sosos les deux autres. L'ensemble manquant de force.
Il semble que son aura croit avec son ancienneté! Morante était attendu comme le Messie et il joua parfaitement son rôle, conscient de ses responsabilités. A ses deux passages il donna une leçon de toreo à l'ancienne avec la cape comme avec la muleta. Toujours bien positionné, de trois quart, avec lenteur; dans un rythme idoine et sans forcer la figure el de La Puebla, dans un grand jour impressionna le public et sut extraire le maximum de ses deux exemplaires de Juan Pedro qui possédaient peu de choses en réalité. Comme souvent Morante échoua à l'épée et le succès délirant qui lui était promis se transforma en applaudissement polis mais nourris car il avait fait passer un sacré moment de tauromachie.
Bien Castella une fois encore. Bien pour sa sobriété, son temple, sa maîtrise de tous les moments. Son toreo s'est épuré, le Bitterois est devenu presque froid dans cette domination à la fois élégante et calculée; cette distinction cette classe qui put s'exprimer surtout à son premier passage. Estoconazo : oreille et forte pétition de la seconde. Est-ce cette réserve qui a limitée le trophée ? Le président, pour le public, a semblé en cette occasion bien chiche.
Talavante c'est l'inverse de Castella: cette fantaisie, cette joie de toréer qui s'exprime sans jamais être vulgaire ni démagogique. On le toreo de Badajoz effectuer ces suertes venues du Mexique avec allure à la cape. A la multea du rythme et des séries profondes de la gauche devant un toro tué à la ley face à un animal qui lui décousit la taleguilla lors de l'exécution de la suerte. Cette légèreté plut et Alejandro fut justement récompensé. Le sixième, sur la défensive, ne convenait pas au toreo fantasque et original du torero qui abrégea.
Le "planchot" comme disent les gascons n('est pas représentatif de cette belle après-midi qui confirme San-Sebastien comme bastion toreriste, une arène qui a de la catégorie, de la classe.
PV



pierre Le: 17/08/15
Madrid, dimanche MALAGA