Visiteurs: 1126530
Aujourd'hui: 164
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
San Sebastián, vendredi, deuxième de la Semana Grande. 3/ 4 d'arène. Plaza de Illumbe.
Toros de Fermín Bohórquez (1º y 4º) pour rejones; et de Garcigrande (2º, 3º, 5º et 6)
Le rejoneador Hermoso de Mendoza, silence et oreille
El Juli, oreille et saluts
Miguel Ángel Perera, saluts et oreille.


Photo JLL

Nul ne s'attendait à un tel succès populaire! Plus de 3/4 d'arène et un lleno complet au soleil c'est un triomphe que personne ne peut contester. Visiblement les toros manquaient à la magnifique Semana Grande. Un public averti mais bon enfant peuplait les gradins et on s'attend à deux llenazos pour ce samedi et dimanche. Un public bien différend de celui de Bilbao et du sud-ouest de la France, bon enfant et prêt à s'enflammer pour le bon toreo.
Et il y en eut... El Juli, accueilli avec respect, pu démontrer sa tauromachie autoritaire et efficace face au premier Garcigrande qui faisait l'avion sur la corne droite. Julian n'a pas laissé passer l'occasion. Il a construit sa faena sur ce bord en priorité : longues séries par le bas, au ralenti et estocade un poil tombée pour conclure: oreille. Le second moins abordable parce que gazapon ne cessait de marcher, défaut majeur que le madrilène réussit à stopper en fin de parcours. Bonne estocade et applaudissements nourris.
Grosse démonstration de Miguel Angel Perrera qui tomba sur un lot plus amer. A ses deux prestations il donna une leçon d'aguante et de valor seco qui en font un des toreros les plus appréciés du moment. Nettement au-dessus de ses deux opposants, il s'engagea à fond se croisant un maximum; montant à la corne comme c'est écrit dans les traités taurins que plus personne ne pratiquent chez les figuras. Un sang froid qui porta sur le public sidéré par la prise de risque. Grande estocade et grosse oreille au sixième. Il aurait pu en couper une autre lors de son premier passage, au troisième, à l'heure du casse croûte et du gin tonic.. .
Deux adversaires de Firmin Bohorquez manquant de transmission pour Pablo Hermoso de Mendoza. Le cavalier Basque, sur son terrain, nous a paru un poil au-dessous de ce qu'il a pu être dans le passé. Il ne fait plus rugir le public comme autrefois, même si son toreo reste le même dans son concept. Il est vrai que l'inanité des adversaires ne l'a pas aidé.
Ensemble bien présenté, dans le type et armé pointu. Musique géniale et présidence avisée: Que demande le peuple ?
PV



pierre Le: 16/08/15
Dax, Del Alamo en triomphe Bayonne, triomphe de Luque