Visiteurs: 1128738
Aujourd'hui: 19
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Mont de Marsan. Dimanche, dernière de la Feria de la Madeleine. Lleno.
Toros de Victorino Martín, et un sobrero de Cebada Gago (2º),
Manuel Jesús El Cid, silence et ovation;
Alberto Aguilar, ovation aux deux;
Paco Ureña, ovation et silence.

Décevante clôture avec les Victorino Martín...
Arènes pleines, beau temps. Six toros de Victorino Martín plus un sobrero de Cebada Gago remplaçant le second, renvoyé pour faiblesse. Un lot inégal de présentation, donnant un jeu le plus souvent décevant, seul le quatrième s'avérant réellement maniable, même s'il manqua un peu d'allant... Si depuis deux jours, le Plumaçon a vibré en éprouvant des émotions diverses, la clôture aura laissé un goût d’inachevé avec un lot de Victorino Martín qui avait plus de tête que de réelle caste. Dangereux à divers degrés, ils se sont avérés compliqués et n’ont jamais facilité la tâche des piétons. Une corrida « de resaca » où finalement, la plus forte ovation est allée à une banda de Samadet qui a mis beaucoup d’alegría sur les gradins durant les intermèdes !

El Cid (silence et saluts) a dû d’abord s’entendre avec un toro veleto astifino qui prit deux bons puyazos puis qui distribua d’emblée les cartons jaunes à la muleta, le maestro de Salteras se montrant hésitant avant de perdre confiance, abrégeant sous les sifflets. Entière après pinchazo. Avec le quatrième, aux cornes démesurées, El Cid brinda à l’assistance un trasteo comprenant plusieurs bons mouvements droitiers puis tira aussi quelques naturelles de gala à un opposant noble, mais qui toutefois manquait de chispa. Manuel Jesús a rendu une copie en deçà du potentiel exploitable et se fit déchirer la taleguilla, finissant une fesse à l’air et concluant par une vilaine atravesada puis descabello.

Alberto Aguilar (saluts et silence) prit d’abord un sobrero de Cebada Gago après que le titulaire ait rapidement réintégré le toril pour faiblesse caractérisée. Après deux rencontres, bon quite par chicuelinas de Paco Urenña et réplique par farols d’Alberto. Brindée à l’auditoire, la faena débuta bien à droite, la suite devenant plus aléatoire et indécise sur l’autre rive puis sur un final qui le vit désarmé, le Madrilène ayant mis cependant beaucoup de cœur à l’ouvrage face à un animal dangereux adoptant une stratégie résolument défensive. Entière et descabello. Avec le quinto, bien piqué en deux fois, Alberto dut en découdre en se lançant dans un combat à l’ancienne, arrachant les muletazos à force de volonté face à une alimaña qui le désarma deux fois sur les remates et qui ne se laissa jamais dominer. Metisaca caído et entière.

Paco Ureña, venu remplacer Antonio Ferrera, débuta avec un adversaire veleto astifino qui prit deux puyazos sans pousser et qui s’avéra deslucido par la suite. Se débarrassant de ses zapatillas, il brinda à l’assemblée une faena appliquée, mais qui eut du mal à passer la rampe, compte tenu des conditions du Victorino. Une faiblesse de caractère qui se confirma lorsque Paco se retrouva au sol à la merci du « fauve » qui ne bougea pas... Entière. Avec l’ultime, qui prit deux piques sans style, il se trouva rapidement prévenu. Peu désireux de lâcher l’affaire, Ureña le testa en se faisant désarmer, puis poursuivit un temps son trasteo sans résultat, ce qui l’incita à abréger. Trois quarts et descabello pour mettre un terme à cette décevante corrida...
Paul Hermé



pierre Le: 27/07/15
VILLENEUVE DE MARSAN DETAILS OTHEZIENS