Visiteurs: 1126968
Aujourd'hui: 200
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



Oreille pour Rafaelillo et Pérez Mota, triomphe des picadors Juan José Esquiviel et Tito Sandoval, corrida sérieuse de Cebada Gago...
Arènes pleines, beau temps. Six toros de Cebada Gago bien présentés, variés de pintas, sérieux, plusieurs spectaculaires sous le fer, donnant un jeu varié à la muleta, meilleur le cinquième.

Rafaelillo (vuelta et oreille) se fit d’emblée confisquer le capote par son premier qui prit ensuite deux piques, la première sortie fermée, plus orthodoxe la suivante. A la muleta, son adversaire tournait court et le petit Rafael dut combattre en mode bagarre esquivant les hachazos et affichant un bel aguante malgré les cartons jaunes répétés avant de conclure d’une belle entière. Au quatrième, qui le désarma sur les capotes de réception, les aficionados allaient vivre un grand tercio de piques à charge de Juan José Esquiviel en quatre rencontres, le piquero se faisant spectaculairement secouer lors d’une séance de montagnes russes, finissant au sol, puis avec deux autres rencontres dont le toro sortit seul, et enfin un quatrième puyazo en venant de très loin et poussant droit. Salut chaleureusement ovationné du lancier qui plus tard fera la vuelta avec son maestro, puis brindis à l’assistance et trasteo en valiente, à l’énergie, avec des séquences enlevées, essentiellement à tribord, le tout conclu par espadazo sin puntilla.

Javier Castaño (saluts et silence) dut d’abord en découdre avec un toro porteur de deux redoutables aiguilles. Bon tercio de varas en deux rencontres, puis saluts d’Ángel Otero et Fernando Sánchez avec les bâtonnets. Brindis au public et faena placée sous le signe de la menace dont le Salmantino se tira assez bien du côté droit sur plusieurs séquences templées, avant de se faire toucher à la cuisse gauche, sans dégâts apparents toutefois. Demie tendida. Avec « Dormilón », le cinquième, Tito Sandoval allait se mettre en évidence en quatre rencontres avec bonnes arrancadas venant de loin. Musique et sortie sous l’ovation. Bon début de faena par harmonieux doblones, la suite composée de mouvements droitiers marginaux au cours d’une faena qui alla a menos, alors qu’à l’évidence, il y avait mieux à faire. Un tiers tendida et descabello, pétition de vuelta pour le toro non suivie d’effet.

Pérez Mota (oreille et silence) prit un premier client très charpenté qui afficha sa mansedumbre et sa violence au cheval en quatre assauts. Faena brindée au public au cours de laquelle le diestro fit un bel effort en construisant des séries méritoires, surtout à droite. Sur la fin, il subit une voltereta en exécutant des manoletinas et débarrassé de sa chaquetilla, il retourna au front pour placer un estocodón qui libéra une oreille méritée. Avec l’ultime, qui prit trois piques sans style, Pérez Mota se montra encore vaillant, et sans pouvoir totalement cuajer des séries abouties face à un opposant qui jouait du chef, il s’arrima pour signer quelques détails estimables avant de conclure par entière et deux descabellos.
P. Hermé


José Esquivel saluant après son grand tiers. (Photo dr)





pierre Le: 26/07/15
Maurrin Madrid