Visiteurs: 1140251
Aujourd'hui: 289
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Finito : "más allá de polémicas, la única pena que me queda es que ese animal hoy no pueda estar en el campo criando para dar continuidad a su bravura y su nobleza y hacer así más grande esta Fiesta, tan maltratada incluso por los que forman parte de ella y dicen quererla tanto".





Pour avoir assisté en personne au fameux incident qui a opposé Finito de Cordoba au président de la corrida du 29 mai dernier à Cordoue, je suis bien placé pour en faire ici un petit résumé. D'abord il s'agit d'une tempête dans un verre d'eau. L'essentiel est que Finito ait donné le meilleur de lui-même, réalisant la faena de sa vie face à un toro de Nuñez del Cuvillo, "Labrador". Juan est un grand torero, les aficionados le savent mais, comme beaucoup d'artistes il est trop souvent déprécié par le grand public pour son irrégularité défaut commun à tous : Curro Romero, Rafaël de Paula hier, aujourd'hui Javier Conde ou Morante de la Puebla. Et c'est vrai aussi dans sa ville Cordoue, qui a une aficion différente de celle de Séville sans doute moins toreriste... Paquirri disait des toreros artistes que malgré leur inconstance "ils duraient" et c'est tout à fait exact, il n'y a qu'à voir les carrières des uns et des autres.

Si le public Cordouan s'est enthousiasmé c'est que Finito l'a conquis ce jour là et, malgré l'intransigeance présidentielle, des jeunes gens voulaient le porter en triomphe ce qui aurait été justice vu la qualité de son toreo mais qui aurait ajouté au scandale. Comme l'a écrit un grand critique espagnol je pense qu'il aurait fallu partager l'amende au regard du bonheur que nous a procuré sa faena équivalente aux meilleures de Curro ou de Rafaël -mais qui les a vu aujourd'hui ?

Le président pouvait-il indulter ce fameux toro qu'il voulait rejeter au sorteo et que sans la fermeté d'Antonio Barrera nous n'aurions pas vu ? Cela aurait-été se contredire... et de plus nous étions dans une arène de 1ère catégorie. Fallait-il le puntiller derrière les arènes après les trois avis ? C'était indécent. Dans le tohu-bohu général le diestro a-t-il entendu ces avis ? Le public non !

Les réactions de la presse locale (Le "Diario de Cordoba" hostile à Finito depuis toujours et soutien de l'autre Cordouan José Luis Moreno conseiller municipal PP) se fondent sur des considérations d'ordre général, politique en réalité : face au désordre urbain l'exemple donné est négatif. Cela peut s'entendre: dans l'arène, lieu symbolique, les règles doivent être respectées. Encore faut-il qu'elles soient explicites, claires et sans arrière-pensées. Les lois évoluent en permanence et il y a-on le sait un problème de présidence dans les arènes d'Espagne. Celles de Cordoue en perdition depuis plusieurs années ont vécu une féria de qualité avec une hausse des spectateurs -résultat encourageant après les affres sévillans soldés par la démission de Canorea. En définitive Finito recevra le prix de la meilleure faena, ce qui est justice. Souhaitons que l'amende ne soit pas trop lourde et que la féria soit du même tonneau l'an prochain: le public Cordouan reviendra alors aux arènes. Que ce soient des Espagnols, des Français ou des Mexicains aux manettes n'est-ce pas ce que nous souhaitons tous?
PV


pierre Le: 12/06/15
Salamanque avec Juan del Alamo Communiqué de Nîmes Métropole…