Visiteurs: 1126534
Aujourd'hui: 168
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Arènes de Nîmes. Dimanche soir. Cinquième de la Feria de Pentecôte.Trois quart.
Toros de Victorino Martín décevants dans l'ensemble.
Rafaelillo, ovaction après avis et ovation après avis.
Manuel Escribano, oreille et silence
Paco Ureña, qui confirmait l'alternative oreille et silence.



Vídeo Nimes 24-5-2015 par Cultoro



L’après-midi, devant trois quarts d’arène, six toros de Victorino Martín corrects de présentation, dans le type, donnant un jeu inégal, mais toujours intéressant dans leur diversité, meilleur le troisième.
Paco Ureña (oreille et silence) a fêté sa confirmation d’alternative avec « Dirimente » qui prit deux piques sans style et avec lequel il construisit une faena classique comprenant des mouvements harmonieux des deux côtés lui valant après entière la première récompense de la tarde. Avec l’ultime, plus compliqué, il ne put récidiver, affichant son envie, mais ne pouvant transmettre davantage que ce que son toro ne l’autorisait. Entière après pinchazo.

Rafaelillo (saluts aux deux) tomba d’abord sur un adversaire qui passa par le callejón après avoir brisé quelques planches. Poussant sur le premier assaut, il permit au petit Rafael, après un bon second tercio puis un brindis au public, de tracer quelques mouvements décidés et dynamiques, toréant à la voix et transmettant son entrega. Entière et trois coups de verdugo. Il reçut son second par deux largas afaroladas de rodillas puis deux bonnes piques de Juan José Esquiviel, ovationné, brindis au conclave et nouvelle débauche d’énergie, aguantant la menace avec vaillance, mais séchant avec les aciers.

Manuel Escribano (oreille et silence) brilla au capote puis au second tercio avec en particulier une paire par quiebro au violon. Brindis à Alain Montcouquiol et bonne entame droitière suave et templée. Par la suite, Manuel se fit accrocher, perdant ses zapatillas, mais surtout pas ses ganas ! Entière d’effet immédiat. A son second, reçu par larga afarolada de rodillas, Escribano se fit encore ovationner palos en mains, surtout sur une troisième paire au quiebro citée assis sur l’estribo. Brindis au public pour une faena démarrée par cambio mais contrariée par la suite par les conditions d’un adversaire peu propice au succès, manquant singulièrement de transmission. Deux pinchazos puis entière.
Paul Hermé

pierre Le: 25/05/15
Vic, Valdellan: une corrida pour le souvenir Vic, les Escolar: Une après-midi taurine très ordinaire