Visiteurs: 1138825
Aujourd'hui: 328
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Plaza de toros de Nimes. Dimanche matin. Quatrième de la Feria de Pentecôte. Corrida mixte. 25 ans d'alternative du Maestro Enrique Ponce. Lleno.

Toros de Bohórquez, pour rejones et Garcigrande, Victoriano del Río, Núñez del Cuvillo et Juan Pedro Domecq pour la lidia à pied. Le sixième, de Juan Pedro Domecq,‘Bobito’, nº29, negro, 02/11, de 501kg a été récompensé par une vuelta al ruedo. Le septième de Juan Pedro Domecq comme toro de regalo.

Pablo Hermoso de Mendoza, deux oreilles et silence.

Enrique Ponce, vuelta al ruedo, ovation, silence, deux oreilles et deux oreilles au toro de regalo.
Enrique Ponce est sorti par la porte des Consuls en compagnie de PHM.



Sortie a hombros par la Porte des Consuls d’Enrique Ponce qui a orchestré une matinée pour l’Histoire…
Dans les toros, il y a mille façons de voir les choses, d’adhérer ou pas, mais incontestablement, cette matinée restera mémorable par l’émotion qu’elle a générée. Une arène pleine, un maestro qui venait fêter un quart de siècle d’alternative et au final, trois heures d’une bien belle histoire débutée par une remise de trophée de la part du Sénateur Maire Jean-Paul Fournier et de son délégué à la tauromachie Frédéric Pastor, une sculpture représentant un crocodile, emblème de la ville.
Certes, il y eut aussi Pablo Hermoso de Mendoza (deux oreilles et silence) qui exécuta une partition remarquable à son premier, montant successivement sur Napoleón, Disparate, Icaro puis Pirata en faisant preuve d’enthousiasme, de temple et de précision, et récoltant deux trophées après un rejón de muerte efficace. A son second toro, les choses ont moins bien tourné, le centaure d’Estella, monté sur Churumay, Berlín, Dali puis Pirata, tombant sur un Bohórquez plus compliqué, en tirant l’essentiel sur plusieurs passages ajustés, mais séchant à l’heure de vérité. Mais la matinée était celle de Ponce et en d’autres circonstances, Mendoza aurait pu sortir a hombros par la porte des cuadrillas, et en grand professionnel qu’il est, il s’est éclipsé à pieds pour ne pas voler une part du triomphe à son compañero.

Pour le maestro de Chiva, qui prit dans l’ordre des toros d’Alcurrucén, Victoriano del Río, Domingo Hernández puis deux Juan Pedro Domecq, le bilan comptable se solda par : vuelta, saluts, silence, deux oreilles et deux oreilles.
Son premier, d’Alcurrucén, qui retourna une bonne dizaine de fois dans le toril avant de se décider à sortir en piste, du jamais vu, prit deux piques, la seconde en poussant jusqu’au centre pour se dégager. Après un bon second tercio et une entame de faena allurée par doblones puis derechazos templés, Ponce se relâcha et termina par entière un poil tendida, un trasteo suivi d’une pétition qui ne trouva pas d’écho du côté du palco. Bon capoteo pour recevoir ensuite un Victoriano del Río qui allait s’avérer le meilleur de l’envoi. Premier assaut sur le réserve puis excellent quite par chicuelinas mains basses et rebolera avant une seconde rencontre bien administrée, bon second tercio, brindis à l’assemblée, le bicho étant emmené jusqu’au centre avec douceur pour de superbes redondos tracés au son de « Degollado », d’Ennio Morricone. Autres redondos sans fin avec changements de mains, suite moins évidente à gauche, mais Enrique se reprit bien sur les derniers muletazos avant de saluer la musique… puis de perdre avec la ferraille tout le crédit auparavant accumulé ! Le Domingo Hernández ne lui permit pas d’ouvrir le score, s’avérant tardo et sans classe après avoir provoqué un batacazo, soulevant la monture de face après l’avoir contournée. Long à cadrer, Ponce l’expédia d’une entière. Dommage qu’il n’en ait pas fait autant au toro précédent !

Restait une dernière cartouche avec le sixième et le maestro de Chiva l’utilisa avec à propos, se distinguant d’abord sur un quite par delantales avant de brinder à l’assistance un trasteo composé d’enchainements templés, suaves et ajustés sur les deux rives, finissant par circulaires inversées en se fendant. Au moment de cadrer, un ténor italien, Francesco Demuro, ami de Ponce, envoya depuis la barrière « Nessun dorma » à la grande surprise du public, et comme il était dit que parfois la magie se pointe quand on ne l’attend pas, Ponce porta une entière lorsque la dernière note retentit ! Accord parfait, émouvant, avec forêt de mouchoirs blancs… S’ensuivit un moment de confusion lorsque le maestro demanda au palco la sortie du sobrero, interprétée par méprise comme le souhait d’honorer ce toro de la vuelta posthume. Sortie du mouchoir bleu, qui franchement ne s’imposait pas.

Mais il en fallait plus pour doucher l’alegría générale et sortit donc le sobrero de regalo, un autre Juan Pedro Domecq, pour une faena brindée à Simon Casas au cours de laquelle, au son de l’« Hymne à l’Amour », Ponce exécuta plusieurs séquences harmonieuses face à un adversaire sans classe qu’il domina avant de placer une entière qui lui ouvrait la porte des Consuls avec deux autres pavillons dans son escarcelle.
Dernier moment d’émotion quand Jean-Marie Bourret a joué le costalero de service pour porter sur ses épaules celui qui a été longtemps son patron, mais surtout un fidèle ami, le Maestrazo Enrique Ponce !!!

Paul Hermé

pierre Le: 24/05/15
Madrid, Leonardo Hernandez en triomphe López Simón en triomphe à Madrid