Visiteurs: 1127822
Aujourd'hui: 309
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Saint Martín de Crau. Dimanche. Seconde de feria. Trois quart d'entrée. Corrida concours d'élevages
.
Toros de Aimé Gallon et fils, Alain et Frédérique Tardieu, Héritiers de François-André, Valverde, Concha y Sierra, et Blohorn. Morenito de Aranda, oreille et oreille;
Medhi Savalli, vuelta al ruedo et silence;
Thomas Joubert, palmas après deux avis et palmas.


Le toro "Desertierto" de Gallon a été déclaré vainqueur du concours. (Photo Paul Hermé)



Triomphe de Morenito de Aranda qui est sorti a hombros par la grande porte. Aux frères Gallon le Toro de la Feria…
Trois quarts d’arène environ, temps maussade avec pluie en seconde partie. Six toros français, respectivement de Gallon frères, Tardieu Alain et Véronique, François André, Valverde, Concha y Sierra et Blohorn.
Morenito de Aranda (oreille et oreille) est reparti par la grande porte au terme de deux combats sérieux et une lidia soignée. Il a débuté avec « Desestierto », un colorado des frères Gallon, qui malgré un fonds de faiblesse afficha une belle caste, allant trois fois au cheval en partant de loin, avec la musique, avant une malencontreuse vuelta de campana. Brindis à l’assistance puis faena harmonieusement menée face à un bicho de grande noblesse qui mettait bien la tête, sur un bon rythme et avec la gestuelle d’un diestro qui a su donner de l’importance à son trasteo. Entière trasera. Avec « Bonito », de Valverde, un lucero qui portait bien son nom, le petit brun d’Aranda de Duero allait doubler la mise. Trois rencontres et faena appliquée correspondant au retour de la pluie. Les séries se sont enchainées avec dynamisme et entrega, Morenito faisant admirer un classicisme bien en phase avec les conditions du toro dont il sut tirer le meilleur, à force de patience et de bonnes manières. Conclusion par estocodón.

Mehdi Savalli (saluts et silence) débuta avec « Barbudo », d’Alain et Véronique Tardieu, qu’il entreprit d’emblée par véroniques, chicuelinas et demie avant deux rencontres au cheval puis un second tercio, avec troisième paire au violon, qui lui valut de saluer. Brindis à l’auditoire puis enchainement de séquences méritoires sur les deux bords, bien que d’inégale amplitude. Entière caídita. Avec « Aceitulero », de Concha y Sierra, une estampe accueillie par deux largas afaroladas de rodillas, tercio de piques en quatre assauts d’inégal relief. Long à placer aux banderilles pour deux paires de Mehdi, le toro allait ensuite garder la tête haute et inquiéter l’Arlésien sur des échanges aussi brusques que brefs, sans trouver de véritable solution. Deux pinchazos, demie et descabello.

Thomas Joubert (saluts et palmitas de despedida) prit en premier lieu « Imperuoso » de François André, un toro aux défenses acérées qui réfléchissait beaucoup. Tercio de varas souligné par la musique en trois rencontres poussées, avec batacazo à la première, Mathias Forestier se faisant justement ovationner. Deux bonnes paires de Marc Antoine Romero puis désarmé dès la première approche. Thomas mit en exergue sa volonté et sa vaillance dans un contexte difficile et sous la menace à chaque échange, l’accrochage étant évité de peu à plusieurs reprises. Echec aux aciers. Face à « Kalao », de Blohorn, une authentique cathédrale, réception décidée au capote, deux piques en mettant les reins à la seconde, bon second tercio, brindis au public et en avant pour la bataille… Thomas tenta de monter à l’assaut de la forteresse en mettant en exergue ses ganas, arrachant les muletazos à l’énergie, certes sans possibilité de s’imposer, mais en récoltant la compréhension des aficionados. Pinchazo, trois quarts et descabello.

« Desestierto », des frères Gallon, a été déclaré « Toro de la Feria ». Comme quoi il y a aussi d’excellents toros chez nous…

Paul Hermé

pierre Le: 26/04/15
BEZIERS, LE GALA TAURIN MADRID, GRAVE BLESSURE D'ANTONIO PUERTA