Visiteurs: 1127817
Aujourd'hui: 304
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Plaza de toros de Nîmes. Vendredi. Toros de Daniel Ruiz, Juan Pedro Domecq, Jandilla, Zalduendo, El Pilar y El Tajo.
El Juli, oreille;
José María Manzanares, silence;
Miguel Ángel Perera, vuelta al ruedo;
Alejandro Talavante, silence;
Jiménez Fortes, oreille;
Juan Leal, oreille.
La chronique de Paul Hermé

Oreilles pour El Juli, Jiménez Fortes et Juan Leal, mais…

On ne peut pas dire que cette corrida de six toreros a connu le succès escompté et forcément variée dans sa composition, tant au niveau des hommes que du bétail, les avis étaient très divisés à la sortie. Un peu comme l’histoire de la bouteille à moitié pleine… ou vide !

Environ deux tiers d’arènes, beau temps. Six toros de différents élevages avec par ordre de sortie Daniel Ruiz, Juan Pedro Domecq, Jandilla, Zalduendo, El Pilar et El Tajo (Joselito).

El Juli : oreille.

Manzanares : silence.

Miguel Ángel Perera : vuelta.

Alejandro Talavante : silence.

Jiménez Fortes : oreille.

Juan Leal : oreille.

El Juli prit un adversaire qui reçut un premier puyazo sortie fermée puis après un bon quite par chicuelinas, un second pour la forme. Bon tercio de banderilles et excellente entame de faena genou ployé avant séries courtes de derechazos templés poursuivies par des mouvements gauchers de bonne facture. La suite baissa un peu, à l’image du toro, mais une séance de surplace est venue compenser le déficit d’intensité par des gestes spectaculaires qui portèrent sur l’auditoire. Quasi entière tombée.

Manzanares prit un adversaire qui sortit au pas et s’en alla derechef mesurer les planches. Premier puyazo brouillon avant que le bicho ne se colle longuement au peto puis seconde pique légère. La faena débuta par l’expression de quelques gestes allurés des deux côtés, mais le « juanpedro » eut rapidement tendance à se diriger vers les tablas, la suite devenant soporifique par manque de liant et d’émotion. Long à cadrer, le cornu finit par tomber après une conclusion médiocre.

Miguel Ángel Perera finit par s’entendre avec un Jandilla qui étala des manières de manso à la pique avant de receler un fonds de caste qui permit à l’Extremeño d’en tirer le meilleur parti sur les deux cornes au cours d’un trasteo entretenu qui porta sur les tendidos, hélas gâché dans la conclusion par trois descabellos après entière caídita.

Alejandro Talavante tomba sur un Zalduendo auteur de trois rencontres sans relief suivies d’un bon quite par chicuelinas serrées de Jiménez Fortes, avant d’exécuter une faena en demi-teinte relevée par quelques naturelles bien dessinées… avant débâcle aux aciers.

Saúl Jiménez Fortes se fit encore remarquer au capote avant un puyazo sans éclat puis un bon quite de Juan Leal. Après un bon second tercio, brindis à l’auditoire puis séries suaves sur les deux rives en maintenant son opposant à mi-hauteur, puis séance plus encimista pour tenter de générer plus d’émotion avec final par bernardinas millimétrées. Entière basse d’effet rapide.

Juan Leal tomba sur un client qui prit deux piques insipides avant de brinder sa faena à tous ses compañeros. Début par deux cambios au centre, suite irrégulière sous la menace d’un toro âpre, sans grande posssibilité d’enchaîner. Voyant cela, Juan se lança dans un final rapproché jusqu’à se faire bousculer sans mal, affichant aguante et volonté. Trois quarts de lame.

pierre Le: 14/09/13
Salamanque DURA LEX SED LEX