Visiteurs: 1140116
Aujourd'hui: 154
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Le lot de Conde de la Maza combattu à Roquefort (photo Ch. Lamoulie)

On vient de l’apprendre il y a quelques jours, la ganaderia « Herederos Conde de la Maza » n’existe plus : tout le bétail a été vendu et la finca "Cortijo de Arenales" est en vente. Celui qui l’achètera aura en prime le fer, désormais inutile, d’un élevage qui aura marqué l’histoire puisqu’il détient son ancienneté depuis 1963 et qu’il est sorti dans les plus grandes arènes, régulièrement à Séville. Conde de la Maza, c’est un nom familier aux plus anciens d’entre nous. Cette décision a été prise par le conseil de famille qui est organisé en société. La famille se sépare donc définitivement de l’ensemble, bétail et installations, situé à Moron de la Frontera.



Il y eut cette année une novillada de La Maza à Roquefort, une corrida à Cenicientos, une autre novillada à Añover del Tajo et une sans picador –ultime sortie- à Ayllon. Un des propriétaires, Leopoldo Sainz de la Maza s’est exprimé ainsi : « nous ne sommes pas les premiers et nous ne serons pas les derniers ». Il y a donc de l’amertume dans sa bouche et, bien qu’il se réfugie dans un silence élégant sur les raisons de cet « abandon », on peut en déduire qu’il est motivé par des raisons économiques.

Le « modèle économique » -comme on dit aujourd’hui- étrangle ces camadas courtes et ces élevages atypiques, essentiellement toristas. Ce sont désormais des ganaderias beaucoup plus rentables, aux moyens financiers considérables qui occupent la place, avec l’aval des grandes empresas et le consentement des veedors des principales figuras. Nous sommes passés de l’ère artisanale à l’époque industrielle ; raison de plus pour être attentif aux premiers. Il s’agit de défendre un patrimoine culturel et surtout génétique qui disparaît définitivement ; c’est grave.

Roquefort aura eu le triste privilège de présenter cette année le dernier lot de La Maza en France. Un ensemble terriblement présenté au trapio impressionnant et avec beaucoup de tête. Trop disaient beaucoup au sorteo. Très sérieuse, et en cela dans la tradition de la « Monumental des Pins », la course s’est avérée toréable et a procuré un spectacle sérieux mais agréable aussi, car après de nombreux désistements, Aquilino Giron et Kevin de Luis, venus au dernier moment, se montrèrent à leur avantage et coupèrent chacun une oreille. Le premier se montra même, ce jour-là, comme une des révélations de la saison. Ce fut une course émouvante qui tint le public en haleine. Un très bon choix.
Nous ignorions alors que nous vivions, avec passion, le dernier tour de piste de cette devise prestigieuse.

Pierre Vidal



pierre Le: 16/11/18
Communiqué Ecole Taurine Pays d'Arles Marché d'hiver...