Visiteurs: 1126949
Aujourd'hui: 181
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



La temporada s’est terminée dans l’amertume et la frustration. Le départ brutal du meilleur torero du moment Alejandro Talavante, le plus créatif, celui qui intéressait le plus les aficionados comme le grand public a surpris. Pourquoi cette retraite alors qu’il semblait au sommet de son art, instrumentant devant un public aragonnais médusé, une des meilleures faenas de sa vie ? Très exactement celle qui devait clôturer le Pilar et par conséquent la saison. Talavante se retire ! on tombait du placard à la sortie de la Misericordia.



Pourquoi ? Alejandro n’a rien dit et on aurait pu penser que cette forte personnalité, un peu compliquée, avait des raisons personnelles de tout laisser tomber. Ses efforts passés pour arriver à ces hauteurs plaident pour des causes externes à cette retraite. On ne fait pas tant de sacrifices pour quitter le navire sans bonnes raisons. Tous les regards se portent donc vers celui qui est consacré désormais comme le boss de la "famille" -le capo comme certains l'ont nommé : Toño Matilla, quitté par Talavante en cours de saison. Matilla d’habitude discret vient de se fendre d’un long communiqué alambiqué jurant la main sur le cœur que la tauromachie était une passion à laquelle il avait beaucoup sacrifié lui et sa famille et que, s’il en était arrivé aux sommets, c’est qu’il avait beaucoup donné. Ainsi il avait traité Alejandro comme il le méritait, c’est-à-dire royalement; resservant par-là la vieille antienne des toreros trop payés. Le coup du gentil patron pris en otage par une base qui prend ses rêves pour des réalités. La base, ici, risque sa vie en piste… C’est autre chose que de faire la loi dans les despachos.

Et voilà que Casas, vole au secours de Matilla. Non ! bien sûr ! Toño n’a jamais rien fait pour que Talavante subisse un boycott chez moi. La preuve : il a été deux fois dans le « bombo » d’automne –ce qui d'ailleurs ne lui a pas réussi. Il en rajoute même une louche assurant que Matilla en faisait beaucoup pour soutenir son torero. Sous-entendu, trop…

Mais Simon plus lucide que les vieilles branches régnantes le dit nettement: l’économie de la corrida est devenue insoutenable. Il cite comme responsable, en premier lieu, les "figures" qui peuvent prendre pour une seule d’entre elles jusqu’à 50% de la recette de las Ventas et il cite des chiffres ce qui est une nouveauté car dit-il avec raison "le secteur a besoin de transparence". Par ailleurs, il considère que la responsabilité de cette dangereuse fragilité n’incombe pas aux seuls toreros mais aux propriétaires des arènes qui imposent des conditions économiques insupportables. Et de citer le cas de Saragosse dont le « canon » est passé de 30 000 euros à 300 000.

Nul n’est indispensable, ce sera le mot de la fin. Celui d’Antonio Lorca dans El Pais qui ne porte pas Talavante dans son cœur. Il faudra bien faire sans lui. Sans Padilla. Sans Juan Bautista, non plus. Sans quelques blessés graves sans doute. Au total entre 130 à 150 postes à pourvoir, souvent dans des arènes de première catégorie. La jeune garde longtemps bloquée par l’absence d’opportunités aura-t-elle là l’occasion de montrer ses qualités ? Ou les anciens vont-ils conforter leurs positions?

Tout cela serait-il un mal pour un bien ?
Pierre Vidal

https://www.mundotoro.com/noticia/talavante-incremento-conmigo-sus-honorarios-un-44-por-ciento/1396223

https://www.aplausos.es/noticia/46390/noticias/simon-casas:-la-economia-actual-de-la-fiesta-es-insostenible.html

https://elpais.com/cultura/2018/10/18/el_toro_por_los_cuernos/1539862674_901578.html

pierre Le: 26/10/18
TOROS EN VISTA ALEGRE ARZACQ, "LA COURSE" EN PHOTOS...