Visiteurs: 1125968
Aujourd'hui: 100
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Madrid. . Feria de Otoño. Toros de Puerto de San Lorenzo et La Ventana del Puerto(1 et 3 ), bien présentés, de jeux variés. Le meilleur a été le troisième , les 1er et el 4ème sérieux et avec de la transmission .
Emilio de Justo, oreille et oreille;
Román, ovation avec salut puis un avis et silence
Ginés Marín, vuelta al ruedo et blessure.
Entrée: Deux tiers
En 2010 , Emilio de Justo entendait les trois avis à Madrid, aujourd'hui il sort à hombros de ces mêmes arènes. Ce triomphe automnal a été gagné après deux faenas à des toros sérieux , avec de la transmission conclues par deux grands coup d'épée. Le matador de Cacérès, qui doit beaucoup aux organisateurs français , met un point d'orgue à une temporada de haut niveau des deux côtés des Pyrénées. Il triomphe une semaine après avoir perdu son papa et avoir été blessé à Mont de Marsan , respect Maestro.
Face au meilleur du lot, un bicho avec beaucoup de tranco, Gines Marin a construit une bonne faena mais a perdu l'oreille à cause d'une estocade médiocre (demi lame trasera). Il a été blessé au visage par le sixième et a été évacué à l'infirmerie.
Roman le moins bien servi n'a pas connu une grande après-midi.
RT
[/align]

photo De Marchi







Triomphe d’Emilio de Justo qui est sorti par la Puerta Grande, justifiant amplement sa trajectoire ascendante...

Temps toujours estival, deux tiers d’arène environ. Toros du Puerto de San Lorenzo et de la Ventana del Puerto, même maison (1 et 3), donnant un jeu inégal mais toujours intéressant, meilleurs les 1, 3 et 4, avec leurs complications, mais maniables.

Emilio de Justo (oreille et oreille) a été incontestablement le grand vainqueur de cette deuxième corrida du « Bombo ». Je l’avais vu la semaine dernière à Mont de Marsan où la veille, on s’était mis d’accord pour se revoir le lendemain matin afin d’effectuer une entrevista. Las, au réveil, la mauvaise nouvelle était tombée, Emilio venait de perdre son père. Voulant à tout prix toréer l’après-midi, le sort s’était encore acharné sur lui puisqu’il termina la soirée à l’hôpital, suite à la cornada infligée par un Victorino. Devant tous ces aléas de la vie comme de l’arène, Emilio a aguanté et a tenu tout de même à honorer quelques jours après son contrat madrilène. Bien lui en a pris car ce coup-ci, et pour la première fois, il est reparti par la Puerta Grande, celle qui consacre les meilleurs toreros. Quand il a brindé au ciel, puis plus tard quand il a fait le signe de la croix avec sa montera, l’impact émotionnel a été énorme, tout comme en le voyant ensuite tomber dans les bras de Luisito et franchir cette grande porte pour laquelle il a lutté depuis tant d’années ! De quoi avoir les yeux embués...

Le Cacereño reçut une chaleureuse ovation avant d’entamer les débats, il voulut la faire partager à ses compañeros qui sont toutefois restés dans le callejón pour bien marquer que cette marque de respect lui appartenait. Emilio s’employa au capote puis sur un superbe quite par chicuelinas entre deux bonnes piques. Bons début de faena par derechazos templés, gauche moins évidente, mais Emilio s’efforça à soigner le geste et se grandit dans une estocade sincère, de celles qui à elles seules peuvent vous faire gagner un trophée. Un « justopié », quoi... Le quatrième, accusant 598 kilos sur la romaine, poussa fort sur le premier assaut, avec bon maintien de l’équilibre par le piquero, avant un second puyazo administré après belle arrancada en partant de plus loin. Bon second tercio, brindis au public puis au ciel, Emilio donnant ensuite la distance pour exécuter une faena qui alla a más, dans un corte classique et épuré de toutes fioritures qui sied si bien à Madrid, conclu une nouvelle fois par un coup de canon qui libéra l’oreille de la grande porte dans une ambiance indescriptible... Olé !!!

Román (saluts et silence) débuta avec un adversaire qui protagonisa un bon tercio de piques, avec bon rétablissement du lancier sur le second assaut. Il brinda ensuite à l’assistance une faena égrenée de séquences appliquées, mais manquant un poil de transmission à cause d’un opposant aux charges ternes. Román se fit ensuite spectaculairement accrocher, s’en tirant miraculeusement indemne, avant de conclure par atravesada.

Le quinto, une authentique cathédrale de 678 kilos, n’allait pas lui permettre de réussir le desquite. Après deux piques maladroites, Román débuta son trasteo par statuaires, mais dut rapidement déchanter devant le manque d’allant du mastodonte. Echec aux aciers.

Ginés Marín (vuelta puis blessé) démarra avec un adversaire de 609 kilos piqué en deux fois, bien la première, une faena suave et templée sur les deux rives qui eut l’assentiment du conclave. Du toreo pur, avec pétition d’oreille non accordée après demie et descabello. Avec l’ultime, bon tercio de banderilles puis faena débutée en donnant la distance, Ginés manifestant encore ses bonnes intentions jusqu’à une cogida à la face qui fit craindre le pire. Eavacué vers l’infirmerie, c’est Emilio qui en finit avec ce toro avant sa sortie par là où on sait...

Paul Hermé

pierre Le: 03/10/18
Juanito remporte le Zapato de Oro GUADALAJARA ( MEXIQUE )