Visiteurs: 1127609
Aujourd'hui: 96
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Sevilla. Feria de San Miguel. Toros de Juan Pedro Domecq et Parladé, bien présentés, braves et nobles, mais justes de forces. Les meilleurs ont été les 2ème et 5ème.
Morante de la Puebla, silence et ovation avec salut;
José María Manzanares, oreille avec pétition de la seconde et vuelta al ruedo chaleureuse après deux avis
Alfonso Cadaval (qui prenait l’alternative) ovation avec salut et vuelta al ruedo.
Le toro de l´alternative s´appelait "Piripipi", noir, de 570 kilos.
Entrée: Lleno.



Séville: on attendait Morante, ce fut Manzanares...

Gros succès commercial, deux llenos de no hay billetes, la San Miguel fut inégale sur le plan artistique. Morante, sur laquelle elle était bâtie puisqu´il avait le privilège de comparaìtre deux fois ne put justifier l´adoration dont il fait l´objet de la part de l´aficíon sévillane. L´icône du Baratillo semblait décidée mais n´eut pas l´occasion de bàtir cette faena complète que ses fans attendaient. Il fallut donc, une fois encore, se contenter de détails plein de charme qui nous laissèrent sur notre faim. Le premier jour les toros ne fonctionnaient pas, le second une rafale de vent vint, mal à propos, gâcher le chef d´oeuvre espéré pour son dernier passage. Ni bien ni mal, "el de la Puebla" n´a pourtant rien perdu de son crédit local...

L´autre idole locale, José Mari Manzanares, s´est totalement justifiée dimanche et, disons-le, relancé face à une corrida de Juan Pedro variée dont il toucha le bon lot: deux toros nobles, avec de la classe, discrets sous la pique mais qui durèrent, terminant à màs. Entrega, garbo et officio de l´alcantino plus plaisant que profond au premier mais sensationnel à son second passage et vraiment convainquant. Faena engagée avec des séries au ralenti et un final terrifiant puisquíl se fit prendre alors qu´il tentait des circulaires inversées à genoux. Pas de dégats heureusement et José Mari boucla sa faena par des manoletinas ajustées au millimètre. Hélàs, il ne connut pas sa réussite habituelle à l´épée: deux tentatives à recibir et un pinchazo lui firent perdre tout espoir de récompense. La vuelta fut d´apothéose néanmoins...

Bien pâle Antonio Cadaval qui prit une alternative barata et qui ne parvint jamais à séduire. Sa vuelta finale fut contestée. L´avenir est sombre pour le jeune sévillan encore bien vert et sans grande personnalité.
Pierre Vidal




thierry Le: 30/09/18
Arnedo: excellente novillada d'Escolar Gil Petit hommage à un grand Monsieur