Visiteurs: 1138459
Aujourd'hui: 279
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


photo V Serrano

Arènes de Mimizan : corrida des Fêtes 2018
6 toros de Loreto Charro, les cinq derniers bien présentés et armés, les deux premiers de peu d'intérêt, nobles les deux suivants et plus compliqués les derniers pour
El Fandi : silence : un avis et deux oreilles (la seconde généreuse)
Juan del Alamo : un avis et une oreille, un avis et salut
Tomas Campos : une oreille, un avis et une oreille
Vuelta très généreuse au quatrième qui n'a pris qu'un léger picotazo
Onze piques, cavalerie Bonijol
Président : Didier Godin
Soleil et vent frais
Deux tiers d’arène
Comme le Vesoul de Brel, ceux qui sont venus à Mimizan pour voir du Fandi , ont vu Fandi. A savoir un bon tercio de banderilles au premier , un grand tercio au second et des faenas de pueblo, superficielles , marginales et qui toréent plus le public que le toro. Cela fait sourire quand le toro est de peu d'intérêt comme le premier. Cela fait grincer des dents les aficionados quand le toro a plus de potentiel et d'intérêt comme le noble et collaborateur quatrième. Le public a fonctionné avec le torero, sic gloria mundi.
Juan del Alamo , mal servi par le sorteo, a fait une faena technique au cinquième compliqué à droite mais a mal tué.
Il a coupé une oreille à un fade premier avec une tauromachie plus pueblerina qui ne lui convient pas.
Tomas Campos a su exploiter la noblesse du troisième avant qu'il n'aille à menos et coupe une première oreille.
Au sixième, le plus compliqué du lot, il s'applique, toréé avec beaucoup de courage et coupe une nouvelle oreille après un grand coup d'épée.


rt





pierre Le: 19/08/18
SAINT-GILLES, AU BLOHORN LE GROS LOT SAINT-GILLES, NOUVEAU TRIOMPHE D'EMILIO DE JUSTO