Visiteurs: 1127853
Aujourd'hui: 340
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


“Bonfora”, novillo de Blohorn, logique vainqueur de la novillada concours de Saint-Gilles…

Beau temps, environ 2/3 d’arène.

Six novillos de diverses ganaderías avec par ordre de sortie : François André, Gallon, Blohorn, Jalabert, Malaga et La Paluna, meilleur le Blohorn qui a été crédité de la vuelta posthume et qui a remporté le trophée.

Adrien Salenc (silence aux deux) n’a pas dansé avec les plus belles. Le François André ne s’est pas livré dès sa sortie. Bien pris par Gabin sur le premier puyazo, il s’est avéré long à se décider à démarrer sur le second, se montrant ensuite avisé et de charge limitée. Adrien s’employa à arracher les muletazos lors d’une faena de tanteo qu’il finit par abréger, et pour cause. Entière. Le Jalabert est sorti avec une pointe abîmée suite au débarquement, ce qui avait été annoncé préalablement au micro.

Il s’offrit une virée dans le couloir avant deux rencontres, ce dont il se ressentit par la suite. Brindis à l’assistance et début à genoux pour deux muletazos avant de se relever. Par la suite, le bicho n’a pas cessé de protester bruyamment, plaçant Adrien sous la menace sans qu’il ne puisse lier les muletazos malgré ses ganas et sa ténacité. Une tarde à oublier pour le novillero qui en outre sécha avec les aciers. Otra vez…

Diego San Román (oreille et saluts), tout auréolé de son triomphe biterrois, a débuté avec un Gallon avec lequel il put exécuter quelques muletazos applaudis. Bien pris au cheval puis assez long à se décider pour une deuxième visite, le novillo s’avéra plus tard noble, mais avec le bémol de forces réduites et d’un manque d’allant que le Mexicain compensa par une torería artistiquement aboutie. La suite propre, mais sans émotion, puis deux manoletinas à genoux avant un coup de canon sin puntilla. Avec le quinto, de Malaga, Dizego ouvrit le débat par capotazos genou ployé avant deux bonnes piques de Tito Sandoval, la seconde en partant de plus loin. Bon quite de Rafi puis brindis à l’auditoire d’un trasteo débuté par doblones dynamiques et poursuivi par derechazos valeureux face à un opposant lui donnant une réplique âpre qui requérait un bagage déjà bien étayé. Diego ne lâcha pas vraiment l’affaire, sans pouvoir pour autant totalement s’imposer. Autre espadazo.

El Rafi (vuelta et silence) est passé très près d’un beau triomphe, mais le maniement de la rapière en a décidé autrement. Il eut d’abord en partage le lauréat de l’épreuve, un Blohorn bien roulé qui ira deux fois au cheval en se signalant sur le premier assaut. Brindis au public suivi de plusieurs séries droitières ajustées, profitant de la bonne charge du novillo, avant une suite variée qui transmit sur les étagères. Las, après plusieurs adornos inspirés, Rafi sécha à la conclusion qui se solda par entière au troisième envoi. Vuelta au novillo.

L’ultime, de La Paluna, manifesta rapidement son inclinaison pour l’abri des planches, sortant seul du cheval à trois reprises. Mais surprise, après avoir semé la pagaille au second tercio, conclu toutefois par une bonne paire de José Gomez, le manso consentit à suivre le leurre, ce qui permit au Nîmois d’exécuter un trasteo agréable, bien cadencé et égrené de gestes élégants, ce qui finit par faire penser que ça pourrait lui valoir un triomphe, à condition que… la ferraille vienne à point nommé parachever son œuvre ! Hélas, c’est l’inverse qui se produisit, les pinchazos se succédant en même temps que la désillusion du novillero et de ses partisans augmentait…

Paul Hermé torofiesta.com



pierre Le: 19/08/18
Place aux jeunes! MIMIZAN