Visiteurs: 1127685
Aujourd'hui: 172
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Nous venons d'apprendre ce matin la mort de Damaso Gonzalez à l'âge de 68 ans des suites d'une longue maladie. C'est un torero d'époque, un monstre et un homme droit et sympathique que nous avons perdu, un homme au pouvoir exceptionnel sur les toros qui s'est illustré en France et notamment dans le sud-ouest souvent avec des corridas dures. Ce décès touchera beaucoup les aficionados les plus anciens car l'albaceteño, précurseur de Paco Ojeda, le roi du temple, était un modèle pour eux. Qu'il repose en paix!



J'aime beaucoup cette vidéo qui montre l'aficion, la simplicité et l'énorme talent de Damaso. Je lis déjà un peu partout des avis de jeunes aficionados qui sans doute ne l'ont jamais vu ou très peu. Bien, pourquoi pas? On parle bien de Victor Hugo deux siècles plus tard et beaucoup l'égratignent... II fallait le rencontrer, l'écouter comme il fallait avoir vu et connu Damaso surnommé méchamment "le fakir d'Albacete" pour mesurer son talent et son emprise sur les toros. Un talent fondé sur le courage "el valor seco" comme le dise les espagnols, car l'essentiel de sa tauromachie se déroulait dans le terrain du toro, de face et rien ne lui résistait ni Miura, ni Victorino moins accommodants qu'aujourd'hui et sur lesquels il n'a jamais rechigné comme les figuras d'aujourd'hui.

Comme l'écrit Robert Bérard:"si Damaso avait été plus grand, n'avait pas eu ce visage triste souffreteux, les foules l'auraient sans aucun doute davantage adulé et il apparaîtrait comme une des lus grandes figuras du toreo". On ne peut pas dire mieux... Il avait pris l'alternative le 24 juin 1969 des mains de Miguelin et avec Paquirri comme témoin. Ilfit un break en 1994 et reprit l'épée en 2003 à Quito puis Valence: ses mérites furent alors reconnus. Depuis c'était une sorte de statue du commandeur qui ne commentait ni l'actualité ni le toreo moderne. On peut dire qu'il a inspiré d'autres grands toreros comme Miguel Angel Perera héritier putatif, dans un grand moment comme on l'a vu à Azpeitia puis Bilbao. Comme Damaso, ce toreo basé sur le dominio et en définitive l'honnêteté est critiqué injustement.
PV





pierre Le: 27/08/17
EL FANDI COUPE LA TEMPORADA CARCASSONNE, UN ANTI SAUTE DANS L'ARENE ET SE FAIT PRENDRE