site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Plaza de toros de Béziers. Trois quart d'entrée. Première de féria.

Toros de Fermín Bohórquez y Nuñez del Cuvillo.

Lea Vicens, vuelta al ruedo et oreille.
Sebastián Castella, oreille, silence, oreille et oreille.

Emouvante minute de silence à la mémoire d'Ivan Fandiño et de tous les aficionados morts cette année. Sébastien Castella fêtait les 17 ans de son alternative. On l'a vu, pour l'occasion, devant les siens, "dans sa meilleures version".



Pour l’ouverture de la Feria, triomphe de Sébastien Castella qui a coupé trois oreilles aux toros de Núñez del Cuvillo...
Doublant son poste pour remplacer Manzanares, Sébastien Castella a pris quatre toros de Cuvillo aux côtés de Léa Vicens qui a combattu deux Bohórquez devant trois quarts d’arène et face à un invité surprise, le vent qui par moments a gêné Sébastien. Une formule mixte réussissant en définitive au Biterrois qui a quitté les arènes, ses arènes, sur les épaules d’un costalero.
Léa Vicens (vuelta et oreille) a ouvert la séance après que la public ait réservé une minute d’applaudissements à ceux qui nous ont quittés cette année, en particulier Philippe Cuillé, le père de Cayetano Ortiz et Iván Fandiño.

Elle posa une farpa avec Bach, puis continua pour les banderilles avec Bético, se faisant remarquer aussi sur des poursuites templées. Dansant devant le toro avec Bazuka, Léa posa encore une banderille, puis deux roses avec Greco avant de revenir montée sur Espontaneo pour conclure d’un rejón puis d’un descabello. Curieusement, il y a eu peu de réactions de la part de l’assistance, alors que je pensais qu’une récompense aurait été loin d’être imméritée ! Avec son second, elle débuta montée sur Icare pour deux farpas, revenant pour les banderilles sur Gacela, étant encore applaudie pour une autre banderille puis un violon. Avec Deseado, elle cita en dansant, se distinguant par sa grâce, son charme et son alegría. Deux roses puis des pirouettes avec Jazmín, puis final avec Espontaneo pour une conclusion efficace au second coup. L’oreille finit par tomber, consacrant pour sa présentation sur le Plateau de Valras une prestation qui sans être triomphale, a été plus qu’honorable. Digne.

Sébastien Castella (oreille, silence, oreille et oreille) s’est fait applaudir d’emblée par véroniques et demie avant deux piques légères puis un bon quite au centre. Brindis à Yannick Casajust, l’aumônier des Arènes, et début par une énorme série arrodillada au centre enchainée par derechazos valeureux, compte tenu en outre des tracasseries d’Eole. La suite templée et allurée, avec entrega et domination dans un pouce de terrain avant entière foudroyante. Il est dommage que le Cuvillo, qui ne manquait pas de noblesse, n’ait pas eu un poil supplémentaire de forces pour générer l’émotion qui a fait parfois défaut. Le troisième, un superbe castaño oscuro, a été entrepris par capoteo élégant. Deux rencontres suivies d’un quite par chichelinas du sobresaliente Jérémy Banti puis deux paires applaudies de Marco Leal. Sébastien débuta au centre en enchainant des derechazos appliqués et par la suite, face à un adversaire qui avait les mêmes qualités et défauts que le précédent, à savoir un déficit de race qui le contraignit à faire le boulot tout seul, ce qui n’a pas été le moindre de ses mérites. Avec le quinto, Castella s’est montré quieto malgré le vent et servit plusieurs séries ajustées d’autant plus méritoires qu’une nouvelle fois, il fit le boulot pour son compte, avec notamment plusieurs naturelles ajustées, jusqu’à un final encimista conclu par entière au second envoi. L’ultime ne sortait visiblement pas du même tonneau. D’emblée, il joua la défensive et en cours de faena il se montra violent, menaçant le Biterrois qui ne lâcha pas le morceau et alla chercher une autre oreille à base de décision et de maitrise technique, finissant par une séance de surplace puis entière.

Des toros de Cuvillo, on retiendra davantage de noblesse que de présence, de forces et de race. Quant à Sébastien Castella, il a une nouvelle fois étalé dans sa ville l’étendue de son potentiel, autant sur le plan artistique que technique. Dommage donc que ses adversaires n’aient pas donné plus de jeu...

En matinée, devant une bonne chambrée, le tentadero de trois vaches de Margé pour les jeunes de l’Ecole Taurine de Béziers, sous la direction ce jour de Marc Antoine Romero, a été une réussite. L’initiative, qui se veut avant tout pédagogique, avait un double but, faire toréer les élèves de l’école, bien sûr, mais aussi montrer à un public en partie néophyte ce qu’est la sélection du bétail, avec explications au micro.

Trois vaches ont été tientées successivement par Lucas Miñana, Anaïs et Clément, avec aussi de seconds Lény et Thibaut, Olivier Margé assumant la pique. Tous sont à féliciter et la vuelta finale était à la fois sympathique et encourageante....

Paul Hermé

Le: 13/08/17
ILLUMBE POUR ROCA REY DAX, SAMEDI