Visiteurs: 1125990
Aujourd'hui: 122
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
align=center][/align]

Plaza de toros de Las Ventas. Onzième de la Feria de San Isidro. Plus de 3/4.

Toros de Las Ramblas.

Juan José Padilla, silence et ovation;
Antonio Ferrera, silence et oreille avec pétition de la seconde;
Manuel Escribano, silence, ovation et saluts.



Nouvelle déception ganadera. L'ensemble de "Las Ramblas" étaient pourtant bien présenté, sans l'exagération habituelle, sérieux sans plus... Le premier était plus haut et moins conforme au physique du reste de la fratrie. Faible, il fut protesté. L'ensemble manquant de race, fuyant le fer et soso et par la suite donnant peu d'émotions par son manque de transmission.

Il fallait tout le métier du trio pour ne pas se décrocher les mâchoires devant la fadeur du lot de "Las Ramblas". Padilla dont on connait l'enthousiasme et son professionnalisme eut son moment: accueillant son second adversaire par quatre largas à genoux. Aux banderilles il n'eut pas sa précision habituelle. Il tua avec efficacité ses deux opposants. Escribano à puerta gayola au sixième, construisit un travail sérieux par la suite. Il démontra ainsi qu'il avait récupéré vraiment de sa terrible blessure d'Alicante. Approximatif à l'épée il échappa au trophée qui, sans doute, l'eut relancé complètement.
Sensationnel Ferrera une fois encore, après ses deux prestations sévillanes. Face à son second, médiocre opposant, il donna une leçon de toreria du début à la fin. Toréant lentement, se croisant à l'extrême, captant l'animal à mi-hauteur et des deux côtés. Du cousu main: trasteo parfaitement adapté à un adversaire manquant de caractère; sans jamais se faire toucher la muleta et, plus surprenant, porté par une grande élégance. Antonio allie donc un sens exceptionnel de la lidia -on le savait!- et désormais de l'esthétique -c'est plus nouveau. Cette année sabbatique -involontaire-, l'aura bonifié. Il revient comme un boulet de canons et arrive au premier plan.
Plus de 20 000 spectateurs malgré la concurrence du Real, pas mal!

Escribano a puerta gayola



http://cultura.elpais.com/cultura/2017/05/21/actualidad/1495400235_773221.html

pierre Le: 22/05/17
Communiqué de l’école taurine “Rhône Aficion”. CANNES, TOREO D'ANTONIO BANDERAS