site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
14 juillet. Toros de Miura pour Paulita, Octavio Chacón et Pepe Moral.

15 juillet. Matinal. Novillos de Raso de Portillo pour Mario Palacios, García Navarrete et Maxime Solera.

15 juillet. Tarde. Toros de Saltillo pour Sánchez Vara, Pérez Mota et Gómez del Pilar.

16 juillet. Toros de José Escolar pour Fernando Robleño et Alberto Aguilar, mano à mano.


Maxime Solera (photo dr)



A Céret, l'ADAC fête ses trente ans d'organisation. Un seul français, le novillero de Fos-sur-Mer Maxime Solera, sera invité à cet anniversaire; c'est symbolique et cela fait bien peu... quand tant d'autres auraient mérité une opportunité dans cette arène compliquée certes mais où beaucoup se sont illustrés. Sont-ils capables ? Suffisamment attractifs ? Auraient-il acceptés une invitation en pays catalan ? Oui bien sur, pour certains en tout cas, même si nous n'allons pas les citer par discrétion. Faut-il rappeler qu'il n'y a pas de pays taurin sans toreros ni élevages ? Que dans toutes les férias espagnoles, même les plus toristas -celles du Nord ou de la région madrilène-, le ou les toreros de la tierra ont leur place ? Ce fut le cas à Pampelune, ça l'est à Bilbao, Azpeitia, Saragosse... Ce sont vérités élémentaires que l'on évacue trop vite dans ces temps difficiles.

Oui, bien sur, c'est le toro d'abord à Céret: c'est une identité et c'est très bien ainsi. Néanmoins il faut des hommes à la hauteur pour les combattre... Donc respect pour ceux qui se joueront la peau dans ces arènes si exigeantes. On se réjouit de voir ainsi un bon torero comme Paulita -trop longtemps dévalué en France- en tête de la corrida de Miura et un véritable combattant, expérimenté et méritant, comme Sanchez Vara, chef de lidia, le lendemain. Ce sont des valeurs sures, des pépites... Quand au mano à mano final, comment ne pas saluer ces deux battants que sont Robleño et Aguilar qui, toujours, paient comptant ?

En ce qui concerne les ganaderias, nous en avons dit tout le bien que nous en pensions il y a déjà quelques temps. Ouvrir le cycle avec une Miurada c'est du luxe, les Raso del Portillo se font rares, les Saltillo malgré une décevante sortie en 2016 à Las Ventas, se sont bien comportés en novillada à Roquefort -autre temple du torisme- qui les propose à nouveau cette année et on ne ne présente pas les Escolar, rares -voir inédits- cette année en France. Tout cela fera le bonheur des amateurs.
PV

Le: 20/04/17
FIESTA CAMPERA AU VOMITOIRE 105 NIMES, LE UN CONTRE SIX DE JB