Visiteurs: 1126641
Aujourd'hui: 275
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Le week-end de Pâques est le premier grand rendez-vous taurin de la saison: Séville et Madrid, Arles et Aignan ainsi que Mugron. A cela, il faut ajouter, la corrida de l'oreille d'or en pays Aztèque. Plein de No Hay Billetes à Séville et belle entrée à Madrid; beau succès populaire aussi à Arles et dans le sud-ouest ça allait. Le commerce marche bien! ne nous en plaignons pas c'est -on ne saurait l'oublier- le nerf de la guerre.

Trois personnalités ont marqué ce week-end.




D'abord Juan Bautista qui signe un exploit de plus en sortant pas la grande porte samedi. Juan qui s'attaque à six Miura à Nîmes -un défi exceptionnel- est reconnu comme il se doit par son public, longtemps inique avec lui. Querelle de village dirons nous mais ses détracteurs doivent s'incliner non seulement devant le maestro mais aussi devant l'organisateur qui a su remplir le Colisée arlésien samedi et réaliser de forts belles entrées les autres jours. La clé du succès: une communication habile et des cartels innovants où une forte place était laissée à la tauromachie française avec cette belle idée d'une novillada entièrement tricolore qui a réuni près de 3500 spectateurs...

Dans ce débat arlésien une personnalité s'est révélé aux yeux du grand public: Thomas Joubert. Cela ne nous surprend pas; Thomas lorsqu'il s'appelait encore Tomasito avait déjà de belles dispositions : du courage et une vraie personnalité. Une alternative hasardeuse lui a fait perdre le bénéfice de cette réputation flatteuse. Il a du repartir à zéro avec l'appui moral de Nimeño I et le voilà désormais soutenu par des professionnels solides qui devraient le hisser à la place qu'il mérite: sur le devant de la scène. Il a été d'ors et déjà élu vainqueur de cette féria pascale.

On ne saurait enfin minorer le succès du ganadero gascon Jean Louis Darré. Il a triomphé sur ses terres, à Aignan, avec un toro de vuelta dans une arène où l'on ne brade pas les succès. Lui aussi a fait l'objet d'ostracisme de la part de l'establishment taurin. A l'inverse, ceux qui lui ont fait confiance n'ont jamais été déçus et les espagnols font désormais appel à lui. Comme vous le savez: "nul n'est prophète en son pays". Mais les dictons existent pour être démentis, les tables pour être renversées et les icône pour être brûlées... Comme cela fut en d'autres temps pour les toreros français ou pour nos empresas nationales-Jalabert, Casas, Lartigue-, il faudra bien que cela change aussi pour nos ganaderos.
PV

pierre Le: 20/04/17
CAFE TORO JOURNEE TAURINE A ORTHEZ