Visiteurs: 1128331
Aujourd'hui: 452
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



Arles. Dimanche soir.

Environ deux tiers d’arène, beau temps bien qu’un peu frais dans la dernière ligne droite. Toros de Juan Pedro Domecq, le quinto de Parladé, formant un lot noble dans l’ensemble, mais aux forces parfois limitées.

Après une belle ovation à l’issue du paseo qu’il fit partager à ses compañeros, Enrique Ponce (silence et saluts) n’a pu totalement répondre à l’attente en tombant sur un premier ankylosé en cours de lidia et protesté. Avec le quatrième, après un bon tercio de piques, le Valencian exécuta une faena de relief inégal, mais égrené de gestes de classe dont il a le secret, au son de l’Opera Flamenca. Un tiers et deux coups de verdugo.

Alejandro Talavante (oreille et silence) débuta avec un premier dont les forces n’étaient pas la qualité première, mais en qui il a décelé de quoi interpréter une faena correcte. Malgré les protestations, et en mode provo, il a brindé à l’assistance un trasteo qui allait lui rapporter logiquement un pavillon au terme d’échanges allurés puis d’un recibir. Face à un quinto à la motricité douteuse sur ses appuis arrière, l’Extremeño tenta sans grand effet d’intéresser le conclave au cours d’un labeur à l’écho limité malgré quelques gestes soignés, les aciers faisant baisser la note.

Thomas Joubert (oreille et oreille) a été le grand gagnant de l’étape. On pourrait dire que pour lui, les années se suivent et se ressemblent, l’Arlésien sortant a hombros au terme de deux prestations qui ont remué l’assemblée. Il a touché le public par une gestuelle bien personnelle, suave, relâchée, verticale, et surtout sincère. Après s’être fait une petite frayeur, il brinda son premier à la journaliste Julie Zaoui avant de s’engager dans un trasteo rythmé par la Concha Flamenca, le plus souvent dans un périmètre réduit. Entière au second envoi. Il récidiva devant l’ultime qui ne transmit guère, Thomas faisant le boulot dans son style particulier, générant à la fois émotion et soutien d’une assistance sortant les mouchoirs à l’issue d’un combat qui tourna finalement à son avantage. Après entière puis demie, nouveau succès en terre arlésienne pour Thomas qui souhaitons-le, lui permettra d’ouvrir d’autres portes...
P. Hermé

pierre Le: 17/04/17
ARLES, LA NOVILLADA Mugron, matinale: Novillada non piquée pour l'histoire