Visiteurs: 1128335
Aujourd'hui: 456
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Plaza de toros de la Real Maestranza de Caballería de Sevilla. Dimanche. Première d'abono. Dimanche de Resurrección. Corrida de toros. Lleno de "No Hay Billetes".

Six toros de Núñez del Cuvillo.

José Antonio "Morante de la Puebla”, silence après avis et ovation après avis.
José María Manzanares, silence et ovation après avis.
Andrés Roca Rey, ovation et silence.

Il fallait en être et la Maestranza était bondée pour ce dimanche de Résurrection. Les mondains s'étaient mis sur leur trente et un et le Noel de Littérature Vargas Llosa était de l'après-midi; splendide sur les bords du Guadalquivir. Le coso du Baratillo brillait de tous ses feux. Le grand jour: celui de la Résurection; celui de toutes les promesses: de revivre les jours de gloire; les grandes heures de Curro ou Paula.
Morante brinda son second toro au grand écrivain péruvien, inlassable défenseur de la Fiesta; geste plein de cette élégance du torero de La Puebla. Les français eux aussi étaient à l'honneur et Aracelli Guillaume avait été invitée à prononcer le "pregon" de la féria. Elle succédait Francis Wolf assis sur les tendidos...
Mais comme on le sait corrida d'expectacion corrida de decepcion. L'affaire tourna en eau de boudin par la faute des Nuñez del Cuvillo avenants de présentation mais nuls de comportement: allant de mas à menos; juste de force et sans transmission. Les trois hommes étaient pourtant décidés. Morante fit un quite sensationnel au troisième et un effort mal récompensé au suivant. Manzanares toucha le seul potable, le cinquième et on vit son toque léger, son temple charmant, hélas il fut maladroit à la mort; il y avait une promesse de trophée. A défaut de briller à la muleta, Roca Rey qui incarne l'impétuosité de la jeunesse, mania la cape avec cette variété tellement latino. Il fit alors un grand succès répondant au quite sévillanissime de Morante. Peu de chose en fait, mais on ne peut en incriminer les toreros. Ils n'auront pas dit, comme Ponce Pilate, baladé sur les tréteaux le Vendredi Saint, avec cette ostentation morgueuse: "je m'en lave les mains". Au contraire, ils auront mouillé la chemise plus que ne le méritait leur pitoyable opposition. Vous me direz: ils l'ont voulu! Ils l'ont même choisie... Paradoxe de la tauromachie moderne!
PV



pierre Le: 16/04/17
DECEPTION MADRILENE Aignan: vuelta au "Camino"