Visiteurs: 1126954
Aujourd'hui: 186
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Vergeze (France), dimanche 2 avril 2017. Novillos de Luc et Marc Jalabert, très bien présentés et de jeu varié
Miguel Ángel Pacheco, silence et silence;
Adrien Salenc, palmas et vuelta al ruedo;
et André Lagravere "El Galo", que debutait avec picadors en Europe, silence et silence.
Entrée: Media plaza

La piste le samedi

On finit par se demander qui plante les aiguilles du côté de Vergèze car les années se suivent et le plus souvent se ressemblent…

En effet, depuis deux jours, les organisateurs de Fiesta Brava ont été contraints de revoir leur programmation, annulant la journée complète du samedi et la finale du Bolsín le dimanche matin. Bref, avec une piste préservée, seule la novillada piquée a finalement eu lieu sous un ciel nuageux, un vent désagréable pour les toreros et un temps frais, plus automnal que printanier, le tout pour une ambiance passablement plombée, et pour cause, avec une demi-arène.



Une minute d’applaudissements a été observée à la mémoire de Philippe Cuillé.
Six novillos des frères Jalabert très bien présentés et armés, inégaux de forces et de comportement à la muleta.
Miguel Ángel Pacheco (silence aux deux) n’a pas connu une grande tarde. Son premier tapa fort au burladero après deux rencontres, appuyée la première, puis accusa le coup à la muleta. Brindis à l'assistance et faena proprette, mais un brin marginale, essentiellement droitière, de peu d'écho sur les tendidos. Avec le quatrième, Miguel Ángel connut l'infortune de le voir s'ankyloser au sortir d'une paire de banderilles. Boulet visiblement touché, le Jalabert eut alors beaucoup de mal à se mouvoir. Faisant fi de ce handicap, Pacheco s'attira la répprobation en allant tout de même brinder au public et dut se contenter d'une séance de surplace sans aucun intérêt, et pour cause. Otra vez...

Adrien Salenc (palmitas et vuelta) débuta avec un client qui prit deux piques, la deuxième pour la forme, puis brinda au conclave un trasteo qui comprit un début très alluré. Poursuivant sur le côté droit face à un adversaire noble mais manquant d'allant, Adrien fit un effort pour animer les débats, sans toutefois pouvoir s'imposer à bâbord. Atravesada puis entière. Il accueillit ensuite le quinto par larga agenouillée avant de se faire confisquer le capote puis brinda à Michel Hermet, le patron du Wine Bar, soit dit en passant un excellent restaurant situé en face des arènes de Nîmes. La suite comprit quelques bons moments mais resta inégale à mesure que le novillo, passablement âpre, baissait. Deux pinchazos avant entière.

André Lagravère "El Galo", débutant ce jour en novillada piquée en Europe, a combattu en premier lieu un imposant adversaire qui avait sa corne droite en pinceaux pour avoir tapé fort au débarquement, ce qui avait été annoncé préalablement au micro. Après deux rencontres sérieuses, il prit en charge le second tercio avec plus ou moins de bonheur puis brinda à l'assemblée une faena marquée par son énergie et son désir de vaincre lors d'échanges décidés. Trasteo conclu par entière après pinchazo puis deux coups de verdugo. Le Galo clôtura les débats avec un accueil par chicuelinas, mais se fit désarmer sur le remate. Premièr puyazo appuyé en carioca, changement refusé et deuxième en simulacre. A nouveau, le cadet des Lagravère prit les palos et se disingua notamment sur une troisième paire au violon. Faena débutée à genoux avant que le manque de forces de son opposant n'empêche le franco-mexicain de bien lier les muletazos. Final volontaire plus encimista puis entière tendida.

Le prix au meilleur novillero du CT Fiesta Brava - UCTPR est resté desierto...

Texte et photo Paul Hermé www.torofiesta.com

pierre Le: 03/04/17
Madrid : grave blessure de Garcia Navarette TEXCOCO, TROIS OREILLES POUR CASTELLA