Visiteurs: 1127251
Aujourd'hui: 124
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



Est-il opportun d'interroger les candidats à l'élection présidentielle sur la corrida? Il nous semble que non bien qu'il ne faille pas douter des bonnes intentions de ceux qui ont déjà entrepris la démarche. Non pour trois raisons:



D'abord cette campagne est une foire d'empoigne peu reluisante, passionnée et passionnelle, l'ambiance y est plombée tant et si bien que de nombreux observateurs ont parlé "de crise de régime" -à tort ou à raison. Dans ce contexte comment se faire entendre en utilisant les arguments de la raison ? Comment faire une démonstration pas forcément évidente pour ceux qui ne sont pas au fait de la réalité de la France taurine? Comment expliquer son poids économique, son enracinement régional ou son intérêt environnemental par exemple? Il est probable que la démagogie ambiante prendrait le pas sur le débat apaisé et démocratique et que donc les prises de positions des uns et des autres seraient plombées par l'ambiance.

Ensuite le contexte n'est pas favorable à une "nationalisation" du débat autour de la corrida. On voit bien que les "animalistes" ont gagné des positions dans tous les médias. Ces agents sévissent dans le Service Public, Radio France notamment (France Culture comme France Inter). Ils sont aussi présents dans les autres grandes chaines de radio et de télévision; dans les journaux nationaux comme "Le Monde" ou "Le Figaro" où ils interviennent quotidiennement. On ne parle désormais que de "bien-être animal", de "véganisme", de "droits des animaux" -alors que tant d'êtres humains n'en ont aucun. On voit bien que ces propagandistes, stipendiés, parlent de manière péremptoire et qu'ils ne prennent même pas la peine d'inviter ou de reprendre le point de vue de ceux qui ne partagent pas leur avis. Ceux-là sont des déviants car ils possèdent une sorte de vérité révélée, indiscutable -sectaire en réalité. La déontologie est une valeur qui se perd et le journalisme une profession qui sombre. Cette soudaine montée de l'animalisme devrait faire réfléchir les anthropologues qui étudieront notre société. C'est le signe d'une crise morale qui atteint une sorte de paroxysme.

Dans ce climat d'hystérie, il vaut mieux rester discret. La tauromachie, d'ailleurs, est universelle. Elle n'est ni de droite ni de gauche: elle rassemble dans une même famille des gens de tous les bords qui, le jour venu, seront s'unir pour la défendre -espérons qu'il ne viendra pas! Ceci dit, un grand parti, extrémiste, a toujours fait de la prétendue "cause animale" un de ses chevaux de bataille. Il reste désormais discret sur la question mais on ne doit pas l'oublier. Au fond, les aficionados sont prévenus. Ils savent qui est qui et qui pensent quoi. A quoi sert donc de demander des engagements, des prises de positions si ce n'est de risquer de réveiller la bête?

La tauromachie est légale dans les régions où elle est pratiquée. Elle s'inscrit dans l'ordre républicain; ses défenseurs sont paisibles: ils ne pratiquent ni un prosélytisme violent, ni un lobbying mafieux. Il n'y a donc pas lieu de discuter de ce qui est un droit; ce n'est pas utile dans le contexte où nous sommes.

Pour vivre heureux vivons cachés.

PV

Photo: Toro du Camino de Santiago de Jean Louis Darré (Ph.B.L.)

pierre Le: 31/03/17
DISPARITION DE MANOLO CORTES 1er Trophée Sébastien Castella