Visiteurs: 1125975
Aujourd'hui: 107
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Photo DR

La disparition hier de Manolo Cortés, âgé de 67 ans, des suites d'une longue maladie, nous attriste profondément. Le torero de Gines comptait 53 paseos dans les arènes de Séville. Seul Curro Romero en a effectué plus que lui. Maestro dans l'arène, seigneur dans la vie quotidienne tel était Manolo que nous avons eu le bonheur de rencontrer à plusieurs reprises. Grand artiste, dans la lignée des grands toreros sévillans, moins baroque que Curro ou Rafaël de Paula cependant, en fait plus classique, il pouvait être aussi poderoso et à ce titre il était un des meilleurs spécialistes des Miura, une maison où il était souvent invité à tienter. Manolo a triomphé à Madrid et aussi à Valence où il a laissé un grand souvenir.



Ses liens avec la France et notamment le Sud-ouest étaient profonds. Il a souvent était invité à défiler dans les arènes gasconnes à Mont-de-Marsan notamment. Ainsi, il s'est lié d'amitié avec la famille Dumont propriétaire de l'auberge de Saint-Vidou du côté de Villeneuve-de-Marsan. C'est cet hôte de marque qui fut à l'origine de l'extraordinaire festival de Villeneuve auquel les plus grandes vedettes du toreo ont participé. Citons de mémoire Curro Romero, Rafaël de Paula, Espartaco et un certain Juan Bautista alors à ses débuts. Manolo était l'âme de ce rendez-vous qui a marqué l'histoire de la tauromachie landaise.

Ce fut aussi un extraordinaire passeur. Un pédagogue discret mais efficace et désintéressé qui s'est occupé de près ou de loin de nombreux matadors de la génération montante. Toujours calme, il administrait ses conseils avec mesure et une réelle douceur. Il fut l'inspirateur de notre ami Thomas Dufau qui le connut enfant puisqu'il est né à quelques arpents de l'Auberge de Saint Vidou. Thomas le raconte dans son film, c'est lui qui, alors qu'il était tout gamin, fut à l'origine de la vocation du landais.

Il doit être bien triste Thomas de cette disparition et nous partageons sa peine aujourd'hui ainsi que celle de la famille de Manolo, de ses amis et de toute l'aficion.
PV

pierre Le: 29/03/17
Ricardo Torres: clavicule fracturée POUR VIVRE HEUREUX...