Visiteurs: 1139635
Aujourd'hui: 363
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



Simon Casas brille là où se trouve son point fort: la communication. L'annonce des cartels de la San Isidro a été un vrai événement: un succès mondain, le gala lui-même avait des airs de festival de Cannes; le "teasing", cette manière de faire monter la sauce en distillant des informations au fur à mesure, a marché en plein et enfin les cartels eux-mêmes contiennent ces innovations piquantes qui fait qu'on ne peut pas passer à côté. Bravo l'artiste!

Ce n'est pas nous qui critiquerons cet art de la communication, indispensable dans la société moderne pour défendre un spectacle critiqué de toutes parts et pris au piège de son propre conservatisme. Tout le monde s'y met et le spot de promotion de La Maestranza en est la preuve: réussite esthétique, il s'appuie sur la personnalité baroque de Morante, il a été a été vu par 300 000 internautes en 24 heures... Qui ne possède pas ces techniques n'a pas d'avenir,dans un monde où le spectateur potentiel est sollicité de tous côtés!

Simon a dévoilé ses objectifs à la télévision, il compte sur: "100 000 entrées supplémentaires et 20 llenos, 40.000 entrées supplémentaires avant la série Isisdril et 50.000 entrées de plus lors de la féria d'Automne et 15 Puertas Grandes en San Isidro, si l'épée veut bien entrer”. Franchement c'est beau l'ambition. Il en faut et si les objectifs sont atteints, tout le monde en touchera les dividendes. Madrid est la véritable tête de pont de la tauromachie et les bénéfices d'un succès dans ce qu'Hemingway appelait "la Capitale du Monde" profiteront à tous.

On ne pourra pas dire que Casas aura escamoté le caractère torista de la temporada madrilène puisque on retrouve Victorino, Adolfo et Miura en présence de Davila, ce qui ne manquera pas de faire le buzz. Ce sont les trois piliers du dogme torista. On notera que Juan Bautista, qui a la côte d'amour à Madrid, relève le défi des Adolfos. S'il triomphe, il franchira une marche plus dans une carrière qui ne cesse de s'étoffer. Talavante sera cité quatre fois et il s'appuiera les Victorinos: le lleno est assuré. On notera le retour de Ponce et la présence de Morante qui, même vilipendés par le "7", plaisent ici peut-être même plus qu'ailleurs pour leurs bonnes manières; surtout face au toro de Madrid.

Andres Roca Rey, très attendu -à juste titre- assure la présence de l'Amérique Latine,le mexicain Joselito Adame aussi. Ils sont un peu esseulés néanmoins. Et si on peut faire un reproche à cette programmation c'est cette portion congrue faite aux toreros d'outre-Altantique. Le Nouveau Monde a de nombreuses promesses, il est nécessaire de les mettre dans le grand bain européen. Diversité oblige.
PV

pierre Le: 11/03/17
Morón de la Frontera, la famille Cordobés VALENCE, OREILLE POUR ALVARO LORENZO