Visiteurs: 1125925
Aujourd'hui: 57
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
"El Mundo" vient de publier une chronique brillante sur la montée de l'animalisme signée de FERNANDO GOMÁ membre de la Commission Juridique de la Fundación Toro de Lidia . Cette chronique fait le bilan des récentes violences anti-taurines et souligne à juste titre que notre société est habitée par des individus qui considèrent que "leur vision de la société et de la nature est la seule possible et imaginable et qui veulent l'imposer aux autres". Il n'y a d'autres loi morale que la leur et tout le monde doit s'y plier. Et de citer Elvira Roca Barea, éminente philosophe:"depuis que les églises ont cessé d'élaborer la loi morale, des sortes d'administrateurs de la morale ont surgi qui viennent nous dire quoi faire et quoi penser".


Pedro Almodóvar: il sera à Cannes





Pour les dévots de ces nouvelles religion laïques, il faut faire obtempérer les individus qui n'ont pas intérêt à sortir du rang. Avec ces possesseurs de la vérité révélée, nouveaux fous de dieu en quelque sorte pas de discussion possible. Il s'agit d'un groupe sectaire dont le dernier avatar -en France- est la tentative de faire exclure le cinéaste Almodovar de la présidence du jury de Cannes sous prétexte d'avoir réalisé plusieurs films sur la tauromachie; sans se préoccuper de savoir s'il était lui-même aficionado. Voilà qui nous rappelle cette nuit de cristal où les livres non conformes furent brûlés gaiement en place public.

Ces agents de la pensée unique ont trouvé des relais zélés dans les médias, toujours à l'affût de ce qui peut rapporter en terme d'influence et au bout du compte de monnaie sonnante et trébuchante. Tout le monde le voit, nous avons une presse délabrée et la profession de journaliste est dévastée. C'est un des ressorts principal de la crise de confiance que nous traversons. C'est là-dessus que Trump a fait, contre toute attente, son élection. Cette presse a trouvé dans la cause animale un nouvel alibi à son incapacité non seulement à penser le monde mais aussi à l'expliquer ou tout simplement à en décrire les soubresauts. Pas un jour où les journaux ne mettent à leur une le thème de la "souffrance animale", que les médias télés et radios n'y consacrent une place en prime time comme ce soir. Le service public (?) se distinguant dans ce secteur. On ne fera pas de délation: il suffit de parcourir les programmes télé ou les grands quotidiens. C'est désormais l'urgence absolue!

Il faudrait d'abord savoir de quoi on parle quand on parle de "souffrance animale". Donnons la parole à des scientifiques indépendants qui pourront la cerner et nous permettre de sortir de cette confusion mentale qu'est l'anthroporphisme. Si on étudie la question (pourquoi pas): avant de jeter l'anathème essayons d'enquêter, de réfléchir de manière contradictoire. C'est le moins que l'on puisse demander aux journaliste, ces rois du monde.

La fin de la chronique du "Mundo" souligne à juste titre l'intérêt pour toute la société d'avoir des hommes de bonne volonté qui résistent et qui refusent la loi de ces nouveaux prescripteurs moraux. Etre taurin aujourd'hui cela profite à ceux qui sont pour la liberté de penser par eux-mêmes et qui ne veulent pas se laisser dicter par d'autres leur manière d'être, ni de vivre. En ce sens, les taurins français sont les héritier des philosophes des Lumières. Et comme le dit El Mundo: "leur présence est un bénéfice pour la société civile, aussi bien pour la partie qui aime la corrida que pour celle qui ne l'aime pas".


PV

http://www.elmundo.es/cultura/2017/02/27/58b3ee85ca4741a22a8b45d0.html.

Photo (DR)

pierre Le: 02/03/17
Indulto en Jalostotitlán THOMAS A L'ENTRAINEMENT...