Visiteurs: 1125970
Aujourd'hui: 102
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



La XXVème édition de la corrida du dimanche de Pâques à Aignan, vient d'être présentée. Au cartel Manuel Escribano, Iván Fandiño et Emilio de Justo, face à deux des meilleures ganaderias françaises du moment: celle des frères Gallon (d'origine Hermanos Sampedro) et Camino de Santiago (origine Marquis de Domecq) appartenant à Jean Louis Darré. C'est le sud-est face au sud-ouest, un duel ganadero sensationnel -et amical- entre deux éleveurs modèles désormais reconnus par beaucoup de grands toreros qui acceptent de les toréer. Gallon comme Darré ont fait de nombreux sacrifices pour arriver à ce qui est désormais une consécration: faire lidier des toros dans des arènes importantes par des matadors de catégorie. Et cela en France où ils sont été victimes d'un long ostracisme. C'est un cartel historique, passionnant, à ne pas manquer.

Nous étions, il y a quelques années, bien peu à croire à la réussite des élevages français. Nous avons été moqués et montrés du doigt. Qu'importe: nous y croyions comme nous y croyons encore, car une des clés de la pérennité de la tauromachie se trouve-là. Après la réussite des toreros français, l'avenir de la tauromachie passe par une reconnaissance définitive des élevages français. La corrida n'appartient à personne, elle est universelle. Paradoxalement, ce sont les professionnels espagnols et, notamment, César Jimenez -torero sous-estimé et bon organisateur- qui y ont cru les premiers. La cause qui nous est chère avance désormais et nous aurons d'autres bonnes surprises dans le sud-ouest, comme dans le sud-est où on peut citer déjà Saint-Martin de Crau et Alés.

C'est donc un moment historique. C'est aussi une lourde responsabilité pour nos ganaderos enfin reconnus. Ils vont passer quelques nuits blanches, on connaît leur volonté de bien faire. Nous leur souhaitons un franc succès. Ils vont clouer le bec de tous ceux qui leur ont tourné le dos, refusant de leur donner une véritable chance. Bravo à nos amis organisateurs d'Aignan c'est vraiment une très belle idée: il fallait le faire, ils l'ont fait !

PV


Manuel Escribano, chef de lidia (photo JB)



Le matin: novillada sans picador: erales de Lartet, avec Juan Collado Díaz et Carlos Domínguez Cabrera.

pierre Le: 26/02/17
Les premiers festejos du week-end ISMAEL JIMENEZ GAGNE LA FRAGUA