Visiteurs: 1125911
Aujourd'hui: 43
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 


Une oeuvre de Botero, le grand peintre colombien.



Suite aux incidents survenus lors de la corrida de réouverture de la plaza de toros de la Santamaría de Bogotá, la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois a fait parvenir à l’Ambassadeur de Colombie en France le communiqué suivant :
"Monsieur l'Ambassadeur,
Suite aux violents incidents du 22 janvier 2017 envers les personnes se rendant aux arènes de la Santamaría situées dans votre capitale, la Fédération des Clubs Taurins du Biterrois - 16 clubs à Béziers dans l'Hérault, ville où est né le Maestro Sébastien Castella marié à une Colombienne et possédant une maison dans votre pays - soutient le retour de la Corrida à Bogota.
En Colombie, comme en France, personne n'est obligé d'aimer la Corrida ou d'aller aux arènes, mais il n'appartient pas non plus à une majorité (si elle existe) d’empêcher les gens d'y aller ou de vouloir l'interdire...
Les minorités et les diversités culturelles doivent être respectées dès l'instant où elles ne portent pas atteinte aux droits de l’Enfant, de la Femme et de l'Homme.
Recevez, Monsieur l'Ambassadeur, nos salutations respectueuses".




Initiative heureuse, qui rappelle des principes élémentaire dans un monde mondialisé. Ce qui se passe dans ce lointain et très taurin pays ne peut plus nous laisser indifférent. Vue de notre fenêtre, l'aficion colombienne semble se porter comme un charme : les grandes ferias ont vu une affluence record, on annonce une innovation spectaculaire avec la présence conjointe de Castella et des Gipsy Kings et surtout la réouverture réussie -deux llenos successifs malgré la violence- des arènes de Bogota semblait présager d'une consolidation de la corrida dans un pays riche en potentialités économiques et culturelles.

Patatras, voici que des nuages lourds d'un de ces orages colombiens se pointent à l'horizon. D'abord la violence des antis et le manque de réaction des forces de l'ordre -pourtant très efficaces quand elles veulent- a laissé désemparés les aficionados bogotanos. Ils sont revenus en masse malgré tout le dimanche suivant. Personne ne sous-estime ce coup de force néanmoins. Plus grave encore, le ministre de l'intérieur colombien a reconnu le bien fondé des revendications des antis lors d'une récente rencontre -postérieure aux incidents de Bogota. Il s'est prononcé "es qualité" pour une pure et simple disparition de la corrida au nom de la pacification de la société colombienne; s'appuyant de facto sur le récent accord avec les Farc.

Argument spécieux car pourquoi ne pas prohiber la boxe où se sont illustrés tant de colombiens ou le foot où les passions se déchaînent etc., etc.? La cour constitutionnelle a été saisie du dossier en urgence. Un recours contre une des juges a retardé la procédure qui devrait reprendre et l'équilibre entre juges pros et antis serait très serré. Avec une issue très incertaine. L'ouverture du processus débouchera, de toute façon, sur de nouvelles polémiques et des déchirements dans une société qui retrouvait un semblant de paix.

Faut-il s'en inquiéter? Oui, car personne n'est à l'abri d'un brutal retournement de situation. Par les temps qui courent, il faut s'en rappeler.
PV

NB Les dernières nouvelles -elles datent de ce jeudi- ne sont pas bonnes puisque la Cour Constitutionnelle a donné deux ans au Parlement pour transformer les corridas sur tout le territoire de la Colombie en spectacles "incruentes"; c'est à dire sans mise à mort, ni piques, ni banderilles. Deux temporadas seulement d'assurées. Ceci dit en deux ans il peut se passer des choses... la loi pourrait même être discutée dans un délai plus court au Parlement.Il ne s'agit plus de spéculations: la corrida est désormais menacée dans son existence même en Colombie.

pierre Le: 03/02/17
Présentation des participants à La Fragua MAGESCQ, OUVERTURE DE LA TEMPORADA