Visiteurs: 1127608
Aujourd'hui: 95
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 

Luis Francisco Esplà revient à Las Ventas. Il revient le 2 mai prochain, date symbolique pour la nation espagnole puisqu’elle célèbre le sacrifice du peuple et sa victoire sur l’envahisseur français. L’initiative de ce retour, on la doit à un français justement: le nouveau directeur des arènes de Madrid, Simon Casas. Elle est célébrée avec justice par le grand quotidien "El Mundo" qui n’est pas spécialement pro taurin sans être anti non plus. Le "2 de mayo", on le sait, fut immortalisé par Francisco Goya dans une œuvre emblématique de la culture espagnole. Goya, le plus grand peintre taurin de l’Histoire qui avait par ailleurs des liens étroits avec la France puisqu’il mourut à Bordeaux en dessinant les « Toros en Burdeos ».



Casas fait ainsi preuve d’humilité et s’inspire de ce que les arlésiens ont réussi l’an dernier marquant les débuts brillants de Juan Bautista comme empresario -grand torero il l'est depuis longtemps! Cette corrida goyesque fut un succès populaire -on fit le plein du Colisée arlésien- et le résultat artistique remarquable fut célébré par toute la presse taurine. Ce fut un jour de gloire qui a fait école… Espla, ce jour-là, prit une rouste qui aurait pu mal tourner qui nous montrait que l’Alcantino – qui s’en sortit dignement- devait s’en tenir là pour ce qui est sa carrière de torero. Le poids des ans décide… mais sa décoration des arènes fut louée unanimement

Apparemment, le plan de Casas n’est pas de faire revenir Esplà sur la piste la plus à risques du monde, mais de s’appuyer sur Luis Francisco pour mettre en scène -comme il l’a fait à Arles- cette corrida du 2 mai. Ce serait une nouveauté à Madrid qui ferait taire une partie de la contestation en montrant de manière concrète la symbiose qui peut exister entre la peinture, la musique et la tauromachie. On sait qu’Esplà qui a beaucoup de cartel à Madrid est aussi un peintre reconnu ; un homme de culture qui peut citer poètes et philosophes, un bon communiquant et un type simple et ouvert.

Si le projet se concrétise et -comme nous l’espérons- s'il est prémonitoire du chemin sur lequel Casas veut avancer, nous disons bravo, car c’est tout de même plus exaltant que d’unir notre cause à celle de la défense de la chasse à la matolle. Aux vieilleries préférons la modernité.

PV
Selon Zabala de la Serna la corrida serait combattue par Lopez Simon et Cayetano.

http://www.elmundo.es/cultura/2016/12/16/5853c39e22601d88178b45e9.html

pierre Le: 19/12/16
CHANGEMENTS DE PARTENAIRES BETISE ANILIMALISTE