Visiteurs: 1128589
Aujourd'hui: 252
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



Il ne faut jamais prendre ses désirs pour des réalités. Nous en avons ces derniers temps de nombreuses illustrations. Une élection n'est jamais faîte et ce qui semble évident à chacun d'entre nous ne trouve pas toujours sa consécration dans les urnes. C'est ainsi et il faut l'accepter; c'est le charme -si on peut dire- de la démocratie. Cette règle concerne évidemment le champ de la bataille autour de l'avenir de la tauromachie. Il n'est pas en dehors des conflits d'idée qui traversent le monde et il l'est même de plus en plus en raison de sa charge symbolique: le courant animaliste est une manifestation du climat de crainte identitaire et trouve sa source dans l'anti-humanisme. Il se développe car c'est une solution simple aux interrogations d'un monde qui se complexifie et laisse ainsi les plus humbles -ou ceux qui ne veulent pas penser- sur le trottoir. L'avenir de la tauromachie c'est une question radicalement moderne. Il faudra bien l'admettre dans nos rangs.



Ainsi dans un récent article du journal El Pais, deux grands juristes espagnols démontrent ce que nous signalions dès la décision du tribunal constitutionnelle: les toros ne sont pas prêt de revenir à Barcelone http://cultura.elpais.com/cultura/2016/11/22/el_toro_por_los_cuernos/1479794554_227066.html.. Ils rejoignent ainsi notre premier sentiment : nous doutions des premiers cris de joie prématurés. La décision du TC même si elle autorise formellement la corrida à Barcelone, elle laisse au gouvernement Catalan la liberté de gérer les questions d'environnement, la protection animale et de l'organisation de spectacles. "C'est une sentence de mort pour la fiesta' déclare un des deux juristes. "rien ne peut empêcher la Generalitat d'interdire les banderilles, la pique ou la mise à mort" c'est à dire extirper l'essentiel du spectacle que nous défendons.

Si nous n'avons pas Barcelone, nous avons Bogota ce qui n'est pas si mal. Mais le site Cultoro http://www.cultoro.com/actualidad/2016/11/18/cuando-estar-20792.html, souligne que dans le retour dans notre giron de cette grande arène, le milieu taurin et singulièrement les vedettes n'ont pas fait l'effort indispensable pour que ce report soit un succès capital. Ainsi, selon Felipe Negret qui met en musique ce retour ni José Tomás, José María Manzanares, Morante de la Puebla, Alejandro Talavante, Enrique Ponce, López Simón, Juan José Padilla ou El Fandi n'ont consenti à faire un effort financier nécessaire à leur présence dans ce moment historique -Castella en sera, il faut le souligner. Ainsi, dominé par l'appât du gain et par l'égoïsme, le milieu taurin -les mieux dotés d'entre lui en tous les cas- se tire des balles dans le pied; une fois de plus.

PV

pierre Le: 25/11/16
JEAN MICHEL GOUFFRANT A BOUJAN GARRIDO CONFIRME DIMANCHE A MEXICO