Visiteurs: 1127972
Aujourd'hui: 93
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 



On dira la Colombie c’est loin. Ca n’est pas l’Europe. On le dira chez les anti-taurins naturellement mais aussi chez les taurins. Et pourtant avec la fameuse mondialisation : la baisse des tarifs des avions, et surtout les réseaux sociaux, Bogota c’est à notre porte. C’est le pays du prix Nobel de la paix, d’un prix Nobel de littérature, un des plus grands écrivains du siècle, Gabriel Garcia Marquez et d’un des peintres majeurs du moment Botero. La Colombie est un grand pays qui ne cesse de se développer et de progresser et sa capitale Bogota une ville magnifique qui accueille 8 millions 744 000 d’ habitants. Elle possède un des plus beau musée du monde : le musée de l’or et elle a été nommée en 2007 capitale mondiale du livre par l’UNESCO. C’est ainsi qu’on la surnomme « l’Athènes de l’Amérique Latine ».



Le retour des corridas à Bogota après l’ukase de son maire –un repenti de l’extrême gauche armée, battu désormais- n’est donc pas un événement mineur. La Santamaria est une arène de 10.000 places désormais –elle en a perdu 2000 raison d’un remodelage- et trône au centre de la mégapole ceinte d’un quartier taurin très sympa. Les taurins colombiens se sont battus comme des chiens pour cette réouverture ; les novilleros locaux entreprenant une grève de la faim héroïque où ils se firent rosser par des fascistes, opposants à cette réouverture, en toute impunité.

C’est donc un grand succès pour tous les aficionados que la réouverture de Bogota qui vient après celle de Saint Sébastien et il faut le célébrer comme tel. Même ceux qui n’iront jamais à Bogota doivent le voir ainsi : il inverse la tendance et les animalistes ne peuvent plus se targuer d’être dans le sens de l’histoire. C’est même le contraire. Il reste à croiser les doigts et à espérer que cette réouverture se passe bien et surtout qu’elle suscitera un intérêt populaire considérable : que les tendidos soient bien garnis, c'est capital. L’aficion s’est-elle maintenue après une longue période d’interruption ? Veremos.

Evidemment après Bogota la prochaine étape c’est Barcelone. Mais existe-t-il en pays catalan la même détermination des professionnels taurins que celle des colombiens? Certes la tauromachie est légale mais qui va s’atteler à son retour ? Des intérêts mercantiles vont’ils prévaloir sur les autres enjeux ? L'argent c’est la carte que va jouer désormais la Generalitat pour empêcher un retour qui serait pour elle un terrible camouflet. Tout s'achète à Barcelone où règne la corruption et où l'argent est roi. Le rêve ne deviendra réalité que si se manifeste une vraie pression issue de la base, c'est à dire des aficionados et dans ce sens un premier rendez-vous est organisé dans la capitale catalane ce dimanche.

Ce qui est possible à Bogota ne le serait pas à Barcelone ?
PV

Les cartels de la féria de la Liberté
Dimanche 22 janvier. El Juli, Luis Bolívar et Roca Rey, qui confirme (Ernesto Gutiérrez)
Dimanche 29. Hermoso de Mendoza, Manuel Libardo et Perera (Las Ventas del Espíritu Santo)
Dimanche 5 de février. Rafaelillo, qui confirme, Paco Perlaza et José Garrido, que confirma (Mondoñedo)
Dimanche 12. Castella, Roca Rey et Luis Miguel Castrillón, qui confirme (Juan Bernardo Caicedo)
Dimanche 19. Sebastián Vargas, Ramsés et Cristóbal Pardo (Santa Bárbara)



pierre Le: 19/11/16
Ce vendredi au Mexique Dimanche: Rion