Visiteurs: 1127732
Aujourd'hui: 219
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
saragosse, mardi. Quatrième de la Feria del Pilar. Lleno.

Toros de Juan Pedro Domecq. Corrects de présentation, nobles dans l'ensemble mais inégaux dans leur jeu, à menos 1º, 2º et 5º. Franchement toréables 3º et 6º. Bon le 4ème, "Fabricante", nº 47, colorado ojo de perdiz, de 536 kilos, de 2012, vuelta al ruedo à l'arrastre, pour lequel une partie du public a demandé une grâce qui aurait été exagérée.




Enrique Ponce, silence et vuelta al ruedo après avis;
Cayetano, ovation et saluts et ovation;
López Simón, oreille etpalmas après avis.

Joselito Rus a salué après avoir banderillé le second.

Final d'apothéose au Pilar pour l'extraordinaire temporada d'Enrique Ponce. Bon toro de Juan Pedro, le quatrième, brindé avec beaucoup d'émotion par le maestro Chiva à une cuadrilla au sommet qui contribue, pour une bonne part, à ses triomphes successifs. Ensuite le récital d'Enrique fut un sommet non seulement dant l'art de dominer les toros, de les réduire pour les faire obéir et de ne jamais passer à côté des qualités l'un d'entre eux fussent-elles minces mais surtout un récital artistique tout court. Car Ponce, avec l'âge et l'expérience, a gagné en profondeur, en sensibilité et en personnalité. Franchement la manière dont il a mené cette seconde faena d'une corrida d'un bon niveau, avait de quoi emballer les tendidos de La Misericordia dont il aura écrit ce jour une des plus belles pages. Il y a d'abord le rythme, ce temple unique marque de la domination sereine de l'homme sur la bête mais aussi la hauteur toujours juste, cette conduite vers le bas certes mais en n'obligeant jamais un animal dont le combat ainsi dure plus longtemps. C'est la marque du respect de l'homme face à l'animal d'une compréhension et peut-être d'une confiance mutuelle. Un charme unique. Il y a enfin la diversité dans ce répertoire fleuri fait de molinetes, changements de mains, tres en uno, doblones et cette manière si originale d'appeler le toro par le bout de la muleta posée au sol. Un chef d'oeuvre, une fanea de rabo sans doute si l'épée avait été là...



L'épée c'est aussi ce qui a manqué à Cayetano qui a montré d'emblée sa disposition en allant à porta gayola, toréant à la cape avec bonheur son premier adversaire maintenant par la suite l'intérêt du public bien que l'animal déclina. Il a encore des choses à dire le fils leplus doué de Paquirri. Sa saison fut discrète mais il a assuré qu'il repartait pour l'an prochain et sans doute faudra-t-il compter avec lui. L'épée c'est ce qui n'a pas manqué à Lopez Simon nettement en-dessous mais qui tuant bien son premier coupa le seul trophée d'une après-midi émouvante.


Le brindis de Cayetano a fait sensation: "Je suis prêt à mourir pour le toro. les anti taurins le sont-ils ?" a-t-il dit. Il faisait référence à cet enfant malade "Adrian" pour lequel un festival vient de se dérouler à Valence. Cayetano a dénoncé ceux qui, sur les réseaux sociaux, ont souhaité la mort de l'enfant au motif de la souffrance animale. Ces prétendus défenseurs des animaux, dans leur radicalité, sont l'expression d'un anti-humanisme répugnant.
*PV

pierre Le: 12/10/16
CALI Le prochain Café Toro