Visiteurs: 1127513
Aujourd'hui: 386
site hébergé par nuxit
www.nuxit.com
pour contacter les auteurs
corridasiinfo@gmail.com
Pour transmettre une information, un programme ou une opinion , vous pouvez contacter Corrida Si à l'adresse mail suivante
corridasiinfo@gmail.com
Pour être informé en temps réel des articles parus sur Corrida Si, rejoignez le groupe CorridaSi infos sur Facebook
 
 
Simon Casas, nouveau directeur des arènes de Madrid, il n’en faut pas plus pour que certains se répandent en cocoricos et cris de triomphe sur les réseaux sociaux. Il faut savoir raison garder. Tout d’abord par respect pour ce que représente Las Ventas, cette « victoire » n’est pas l’aboutissement d’une croisade conquérante. Il est fort probable qu’elle soit due plus à une erreur stratégique de Taurodelta qu’au sentiment d’accueil, pour l’aficion madrilène, d’accueillir un sauveur en la personne de Casas et de ses associés.




Le bouillant français n’est pas seul dans le montage financier et son partenaire est un voyagiste « opportuniste » qui, il y a peu, retirait de ses programmes toute référence taurine. Il est vrai que de l’autre côté, la présence des financiers du FIT n’avait pas de quoi rassurer.
Je n’ai jamais caché que je ne suis pas un fan de Simon Casas. Je n’ai jamais accroché à sa dialectique ésotérique quand il parle de toros, ni à sa vision de la corrida. Les cartels de Nîmes et Valencia et le triomphalisme qui y règne ne sont pas ma tasse de thé. Mais je lui reconnais des capacités « créatrices » et une pugnacité hors du commun. Elles lui ont permis de s’installer à la tête de l’arène de référence.
Je lui souhaite qu’il ne soit pas victime de la loi de Peters et que cette victoire ne l’ait placé à son premier niveau de non compétence. Au-delà d’une charge de travail non négligeable, il devra prendre sur lui et composer avec les autres acteurs influents de l’Aficion madrilène. Il lui sera plus compliqué de leur imposer son autorité qu’aux CTEM et autres présidents des arènes qu’il a déjà sous sa coupe. Il devra aussi composer avec le Tendido 7, gardiens du temple tout aussi passionnés mais bien plus virulents et influents que les montois de l’Escalier 6.
Qu’il le veuille ou non, le français devra mettre de l’eau dans son vin et réfléchir à deux fois avant de tendre un doigt vengeur vers les tendidos. Il est grand garçon, les madrilènes aussi, on verra bien à l’usage.


vidéo TV Sud



Thierry Reboul

BRAVO SIMON

Libre et de bonne moeurs, n'ayant aucune accointance avec Casas auquel j'ai serré la main deux fois dans ma vie ni proximité quelconque avec les ultras du tendido 7 ou d'ailleurs qui m'alignent régulièrement et, à vrai dire, peu d'estime pour le mundillo en géneral -il y a des exceptions notables évidemment-, je tiens à le dire clairement je me réjouis à priori de ce succès très net de Simon Casas. Il est juste de prendre un peu de recul et de voir l'extraordinaire chemin qu'il a parcouru entre 1968, où il recut le prix de la vocation avec Nimeño I, des mains du publicitaire Beusten Blanchet, et le succès du jour. Il faut mesurer ce que cela représente pour l'aficion francaise entièrement dominée -ou presque- par les Espagnols -la famille Chopera notamment- il y a encore 20 ans. La tauromachie est universelle. Un Francais aux commandes de Madrid, les anciens le savent, c'était impensable il y a peu encore: ne perdons pas la notion de l'histoire c'est utile si on veut comprendre la suite. Donc bravo Simon !
Que cela fasse des jaloux et des aigris ca n'est pas étonnant c'est le vice de ce milieu mais cela compte peu. Casas on connaît ses défaut et ses qualités. Il a un sens de l'innovation, de la création que personne ne lui conteste et c'est mèmejustement ce qu'on lui reproche: Parfois, il "est trop" et son caractère emporté est difficilement gérable. Il lui faudra, à Madrid, arrondir les angles. Surtout, l'aficion madrilène ne lui fera pas de cadeaux; même si son arrivée est plutôt bien accueillie, il lui faudra assurer -ce qu'avaient réussi ses prédécesseurs- et introduire du changement à dose homéopathique car l'environnement est conservateur. "Le changement dans la continuité" quoi... on a vu que cela n'a pas porté bonheur au promoteur de ce slogan et pourtant il n'y a pas d'autres voies. Les premiers moments seront décisifs. Les discours ne suffiront pas au public de La Ventas, capitale mondiale du toreo, Casas sera jugé aux actes et c'est bien ainsi.
PV

pierre Le: 29/09/16
Corella : pas de Miura mais une oreille pour Michelito Le Mexique aura sa journée à La Rochefoucauld